Rechercher dans ce blog

Chargement...

mercredi 30 novembre 2011

Byrne qui fut et aurait pu être

Vu il y a quelques temps sur le forum de John Byrne, deux choses qui m'ont bien interpellé
Il s'agit d'un color guide. A l'ancienne. Le coloriste utilisait ce qu'il voulait (peinture, marker, crayon de couleurs...) l'essentiel étant de bien indiquer le code couleur (chaque couleur correspondant à un code précis, interprété par le séparateur pour l'impression)
Independament du côté stakhanoviste de l'affaire, je me dis qu'il fallait avoir sacrément la foi pour prendre le temps de faire (et de noter) des nuances, qui ne paraissaient jamais à l'impression. Comparez par exemple les version color guide et imprimée de la case 4 : un reflet noté sur le visage de Lilandra, qui disparait à l'impression
L'ordi a changé bien des choses, en bien parfois (mais pas toujours :-)


Rien à voir, mais toujours Byrne : en 1979 il s'était amusé, pour un fanzine, à donner "sa" (ou au moins "une autre") version des X-Men. Son idée étant, si j'ai bien compris, que cette équipe disparate pouvait au moins s'harmoniser par le costume.
Il a très récemment, et pour le fun, donné sa version actuelle de cette vision. Passé un certain choc (le visage masqué de ceux que l'on a toujours connu sans masque, un Wolvy très couvert...) je trouve l'idée plutôt sympatique (sans compter la progression graphique fulgurante)




mardi 29 novembre 2011

Qui encre?

Il m'a fallu quelques secondes pour identifier l'encreur de Camuncoli. Qui le trouve en un instant sans hésiter? (et sans tricher, pour qui suit les previews), Top chrono
Pas très dur mais...
Et je voulais aussi pointer un truc d'une stupidité étonnante : visiblement quelqu'un a jugé que les doigts de la main qui serre le bad guy étaient trop longs, mais qu'il suffisait donc de ne pas les colorier jusqu'au bout!!?. Sauf à ce que ce soit un simple effet, raté alors, de lumière. Bof pour le coup

Les Laurents on trouvé super vite, alors je mets la réponse là, et j'ajoute un image qui me bluffe autant (tjs le même duo) Je crois n'avoir jamais vu Klaus Janson respecter autant le trait d'un dessinateur (à part peut être S Eaton sur Black Panther)



lundi 28 novembre 2011

Zoo 36

Tout nouveau tout beau, juste à temps pour vous aider dans les achats BD de Noel, il est dispo en ligne, comme d'hab,
De mémoire (pas sure) je n'ai "que" deux choses dedans, deux courts articles : un sur le dernier tome de Cixi par mon idole d'adolescence, Vatine, et un par le demi Dieu du petit écran, Alexandre Astier et son dernier tome BD de Kaamelott

Case Mate 43


Un coup de projo dans le tout dernier numéro, qui fait d'autant plus plaisir que j'achète cette revue depuis le 1er numéro, après avoir acheté tous les Bo Doi
Pour ceux qui arrivent en cours de route, les infos sont et 13€ c'est le prix avec les fdp

dimanche 27 novembre 2011

Une Affaire de BD

Ma pile de BD à lire (+ mags, essais, livres...) menace de faire crouler la table de chevet, et pourtant je suis me suis d'abord jeté sur un livre qui m'a "obligé" à relire les 3 précédents
Que voici une lecture non reposante. Mais incontournable
Ce tome 4 termine une fresque d'environ 700 pages (re-lues en 12 heures, ca fait masse :-)
Denis Robert, que l'on ne présente plus, rend les affaires Clearstream (et ce qui peut en être associé) intelligibles. Ce qui rend le tout d'autant plus effrayant.
Une vision personnelle, posée (sans voyeurisme sur la vie privée, et brillant sur le domaine public) mais qui ne laisse jamais le lecteur perdu dans les méandres de ces hautes sphères de la politique/finance/magouille.
Un propos si complexe aurait pu laisser la narration à la porte et se paumer dans des textes surabondants. Et bien non. Du tout. Son ami Lindingre à très intelligement découpé le tome 1, imposant une narration BD bienvenue. Laurent Astier se charge de dessiner sur ce storyboard (du Lindingre pur eut été d'un goût étrange étant donné le sujet et son sérieux) Dès le 2 il était évident qu'Astier n'a besoin de personne pour raconter une histoire. Il s'occupe seul des 3 tomes. Le plaisir est réel pour le lecteur. Un sens du dessin tel qu'il arrive à l'oeil de se poser, dans une histoire réelle prenante et nerveusement pas toujours évidente, pour admirer l'art du cadrage, de l'ellipse ou de la métaphore graphique. C'est limpide, le trait est sûr, nerveux, efficace. Peu d'auteurs seraient capables de rendre lisibles et intéressantes, visuellement, tant de scènes de "talking heads", de salles d'audience, de discussions...Un grand coup de chapeau. Je ne sais pas si Denis Robert s'est aussi approprié un peu le langage BD ou si cela ne vient que du dessinateur, mais le final est une grande réussite.
Le fond et la forme se rencontrent pour donner quelque chose d'assez inclassable  : autobio, témoignage, récit, enquête, polar, pamphlet, roman, exutoire... un livre.

samedi 26 novembre 2011

JRjr en pleine lumière


John Romita jr n’aime pas être ainsi mis en lumière. Vraiment. Pas une fausse modestie mais un vrai héritage de discrétion, qui lui vient bien sur de son père. Il est assez mal à l’aise avec les nombreuses publications qui le mettent en avant. Et il y en a pourtant, et c’est mérité.
Pour moi il est simplement le meilleur dessinateur de comics de super héros des 25 dernières années (car je fais démarrer ce "titre" avec son DD).

Je vais lister ici, pour ses fans, les publications intégralement, ou en grande partie, axées sur cet auteur, en étant le plus exhaustif possible.
 L’occasion m’en est donnée par la sortie récente de cet ouvrage magnifique : the Marvel Art of John Romita Jr (l’art du pléonasme, car hors Marvel il n’y a guère que Gray Area chez Image, sans compter Kick Ass un peu à part sur Icon)


Je ne voulais pas l’acheter, car cher et a priori redondant avec l’existant. J’ai bien fait de le commander quand même car il est vraiment superbe. Ce n’est pas une compil de pages mais un tour d’horizon très complet de tous les titres sur lesquels il a travaillé (si on exclu les projets de juste quelques pages)

Cartonné, grand format, à l’italienne, avec belle mise en page. Beaucoup de couleur mais aussi une section de 25 pages de crayonnés, rough… Le fan ultime que je suis n’a rien appris ni rien vu d’inconnu, mais quel plaisir de retracer une telle carrière. Dommage que la majorité des interventions de ses collègues et amis soit tirée d’une autre publication. Peu de textes inédits alors qu’il aurait été vraiment bien de faire parler tous ses scénaristes et tous ses encreurs (même s’il y a là les principaux de cette catégorie Oh combien importante)

Petit tour d’horizon des publications antérieures. J’ajoute d’avance qu’il y a aussi 3 rough cut Marvel parus, qui ne sont pas un « tribute » mais permettent de voir 3 comics entiers (Thor 1, Eternals 1 et Sentry 1 en version crayonnée)
Il y a assez peu de temps Marvel a sorti ce premier (pour eux) hommage, pour ses 30 ans de carrière. Souple, format comics. Rien de bien exceptionnel si ce n'est un tas de rough reproduits et, surtout, une histoire courte bien sympa sur JRjr exclusivement pour ce comics, par Gaiman et Barta

Je ne sais pas ce que contiennent ces 2 livres qui, je pense, sont en fait le même avec 2 couv (montage) différentes et qui, j'imagine, reprennent des histoires déjà parues, sans rien de plus 


Premier spotlight sur JRjr il y a au moins 20 ans. Interview sans rien de plus mais je le mets quand même car il y a cette couv exclusive superbe de mise en abîme... 

...couv que je retrouve sur ce bouquin espagnol qui, je pense, doit simplement reprendre un livre existant cité dans cette entrée. La nouvelle colo et le "nettoyage" (le petit Spidey en bas à gauche de l'original dont je n'ai jamais compris le rôle, fut viré) justifieraient presque la commande (pour le malade que je suis en tout cas) 

Comme tous les Marvel Masters de chez Twomorrows Publishing, celui ci est indispensable. Grosse itw bourrée de repro de planches et de photocopies (dont pas mal viennent de chez moi :-) Incontournable 

Très beau livre cartonné qui met en avant le père et le fils, avec itw des deux, et un gros tas de repros couleurs, de recherches, rough... Indispensable également 

Autre principe : la repro d'histoires dans leur intégralité. Des classiques comme le 1 du Punisher War Zone, un DD, le Spidey du 09/11, le 1 de MwF...Rien de non vu mais un beau papier et un format un peu plus grand que les comics d'origine 

La malheureusement défunte revue de chez Twomorrows, tenue par Bob McLeod, qui décortiquait avec les auteurs leur cuisine interne. Celui ci permettait de connaitre le mode de "fonctionnement" de JRjr, avec encore pas mal de "avant/après" 

Encore une revue défunte qui, pour ce numéro, interroge de façon intéressante le père et le fils, avec des illues bien rares. A acheter car, en plus, le bouquin a une seconde partie sur le même principe, sur la famille...Kubert!

Ce petit livre ( format, poche) est une bible. Tous les auteurs notés en couv sont interrogé sur le process de creation d'une page. Pas assez d'exemples à mon goût mais l'un des seuls endroits où JRjr parle de sa façon de découper un scénar

 
On recentre sur l'hexagone avec le 61 de Scarce. Un gros dossier (par bibi) que j'espère complet et qui va jusqu'à 2001. Un paquet de repro noir et blanc de planches 

Restons egocentré avec le gros article que j'ai fait il y a quelques années pour le mag US de chez Twomorrows (encore eux) et qui, s'il focalise certes plus sur Miller et Janson,evoque aussi (avec itw exclusive du bonhomme)  le DD de Nocenti/ JRjr et Man Without Fear. Intéressant, si je puis dire, par les docs fournis n et b

Encore plus narcissique, ma version plus complète qui traduit cet article de Back Issue, en apportant bien plus de docs inédits 

Et enfin mon Spider-Mag dans lequel on retrouve beaucoup de doc crayonnés,rough, illues... n et b de JRjr sur Spidey
Voilà pour cet auteur hors du commun par sa force de travail, sa productivité, et son talent. Il y aura toujours un meilleur dessinateur sur certains points (anatomie, technique, décor...) mais aucun ne s'en sort aussi bien sur tout.
Et surtout c'est un narrateur naturel. Si c'est malheureusement un peu moins visible depuis que la mode des "full scripts" (le scénariste découpe l'action case par case) il suffit de (re)lire tout ce qu'il a fait avant cette mode (avant JMS sur Spidey en gros) pour s'en convaincre

En attendant de pouvoir fêter ses 40 ans de carrière, une mini salve choisie pour clore cette entrée :
2 cases tirées du meilleur épisode de DD, celui qu'il a co scénarisé (seul cas officiel de co scénarisation hors work for hire) puis le meilleur perso qu'il ait co créé (avec Nocenti) et enfin un magnifique changement de traitement graphique du costume de DD avec le géant Al Williamson à l'encre



vendredi 25 novembre 2011

Scarce Palmer 5...Big John et Cowan

Suite et fin de cette semaine de bonus de la rubrique Point d'Encrage du récent Scarce 77
Tom Palmer montre ici deux facettes de son immense talent
Sur cette ancienne page des Avengers par John Buscema ce dernier est en mode découpage sommaire. Si la base est plus que solide, le boulot pour Palmer est là encore immense. Il a même carrément eu à changer (demande de l'editor?) le visage et la position de la nana en case 2



Alors que sur cette couv de Denis Cowan, certes plus récente est crayonnée (et non pas juste découpée) il prouve qu'il sait respecter un trait à merveille s'il le faut. Il ne se permet que quelques fantaisies en épaisseur de trait et, surtout, sur la cape et la "fumée" qu'il traite d'une manière proche de ce que fait Bill Sienkiewicz (noirs puis des traits blanc sur noir...)


Voilà, fini pour cette fois. Encore merci à Tom Palmer pour avoir tellement pris sur son temps pour nous offrir une très belle rubrique papier, avec tant de docs qu'il a en plus alimenté une semaine de ce blog
RDV dans le prochain numéro de Scarce qui, promis, ne sera pas trop long à venir, pour une mise en lumière de celui qui a déjà donné son accord (et ses pages) pour la rubrique Point d'encrage.
Il devrait plaire à du monde (j'espère) mais je ne dirais rien pour l'instant :-)

jeudi 24 novembre 2011

Scarce Palmer 4...Big John

Ces pages ne furent pas vue, en wip, ailleurs.
Sur ces FF le boulot est le même que celui montré hier : Buscema découpe, Palmer fini et encre. Il doit terminer les expressions, les textures, placer les noirs, finir les décors et gérer les plans (masses de noir en fond pour faire ressortir un premier plan sur la dernière case de la dernière page par exemple)




Suite et fin demain

mercredi 23 novembre 2011

Scarce Palmer 3...Big John

Voici deux pages dont, à chaque fois, une seule case (en plus gros) fut montrée dans Scarce. Allez voir le mag pour une meilleure resolution de ces cases. Le reste ne fut pas utilisé
Tom Palmer a adoré bosser, longtemps, avec John Buscema.
Buscema met ici tout ce qu'il faut savoir pour un découpage : anatomie, placement, masses...Palmer suit les indications mais a évidemment beaucoup de boulot de "finitions". Un encreur qui ne sait pas dessiner ne peut pas accepter ce genre de découpages sans devenir fou :-)
Les FF



Plus, inédit, demain

mardi 22 novembre 2011

Scarce Palmer 2...JRjr

Encore le duo Romita Jr/ Palmer sur KA2, non vu dans le dernier Scarce.
Toujours le même principe de découpage/ encrage/ lavis/couleur, sur deux pages et sur une couv
Pour rappel l'absence de masses noires et voulue. Dès l'origine du titre JRjr a décidé de marquer le changement de style/ton en se passant totalement d'aplats de noirs











Demain, Palmer toujours bien sur, mais sur Big John