Rechercher dans ce blog

vendredi 12 mai 2017

Challengers of the unknown

 Nous reparlerons probablement de ces nouveautés de DC mais l'annonce me plait : l’éditeur décide de freiner sur l'imbécile (et longue) mode des scénaristes rois (sans renier leur rôle des scénaristes bien sur) en redonnant les rênes du storytelling aux dessinateurs. Enfin!
Pour cela ils attaquent avec un pool de narrateurs top niveau : Jim Lee, John Romita Jr, Greg Capullo et Andy Kubert
DC créé de nouveaux personnages. Cf la liste ci dessus
(Tout ne m’intéresse pas mais à part Daniel et Rocafort, je pense que je suivrai)

Un seul titre n'est pas une vraie création, mais
une ré écriture : Challengers of the unknow
Snyder au script, Andy Kubert au dessin

 Qu'est ce donc? Un titre de 1957, dessiné par...Jack Kirby. Sorti de son duo avec Joe Simon, mais pas encore passé chez Marvel il créé ce groupe qui va, en assez peu de numéros, lancer véritablement la mode du groupe de super héros

  Challengers...va clairement être un modèle pour Stan Lee (qui, parait il, le conteste un peu) et ses FF
 Hum hum
 Et là? Toujours pas de lien?
 Trêve de polémiques, ça doit être un mois Mike Zeck car revoici ce grand artiste, sur un numéro que malheureusement je n'ai pas et qui me parait excellent
 Les crayonnés me plaisent beaucoup
 L'encrage est de Denis Rodier, dont j'aime beaucoup le travail. Je ne l'ai pas énormément suivi, car il me semble qu'il a longtemps travaillé sur la franchise Superman dont je me moque depuis ma plus tendre enfance, mais son duo avec Zeck sur Damned m'a à la fois surpris (mais cela venait du changement de style de Zeck) et beaucoup intéressé. Là encore il garde la puissance du trait de Zeck, avec un encrage vivant et spontané
J'aimerais voir des pages encrées en noir et blanc, mais je ne trouve que de la couleur sur le net bien sur
 


Peut être trouverai je un jour ce comics en bac de back issues

9 commentaires:

RDB a dit…

Je ne sais pas s'il faut être aussi spontanément enthousiaste à l'idée de confier les clés aux dessinateurs : je ne nie pas leur apport narratif, bien sûr, mais le flou demeure quand à l'influence qu'ils exercent sur les scénarios et si les idées qu'ils y apportent sont bonnes ou mauvaises, tout simplement (par exemple, Mark Waid et Chris Samnee ont formé ces dernières années un tandem aussi complémentaire qu'inspiré, au point de créditer Samnee - à la demande de Waid - comme co-"storyteller". Il avait essayé d'obtenir le même crédit avec Wieringo sur leurs "FF", mais à l'époque Marvel avait refusé).

En revanche, cette initiative est une réponse concrète à celle sollicitée par Declan Shalvey dans son essai #artcred : le dessinateur a réuni des collègues scénaristes et/ou dessinateurs pour montrer à quel point l'artiste est littéralement oublié par les editors (au moment de la publication, notamment des collections de recueils du style "... Par untel" ou "Untel présente...") et les lecteurs (qui mentionnent rarement dans leurs commentaires et/ou leurs critiques le dessinateur, analysent son style, son apport à l'oeuvre - comme si ça allait de soi, ou en résumant ça à un "c'est bien dessiné/joli/spectaculaire/etc").

Lors d'un panel récent, Shalvey a permis à ses copains de raconter des anecdotes édifiantes sur ce sujet : par ex, Jason Latour qui rigolait d'être souvent confondu avec le scénariste Jason Aaron pour lequel il a dessiné la série "Southern Bastards" : les fans ignoraient qui écrivait ou dessinait ou s'en fichait ou n'attribuait la réalisation du comic-book qu'à Aaron, reléguant Latour au rang d'assistant. Chip Zdarsky en rajoutait une couche, ironiquement, en disant que depuis qu'il dessinait "Sex Criminals" (écrit par Matt Fraction) et écrivait "Howard the duck", certains fans étaient persuadés qu'il ne dessinait plus "Sex Criminals" (laissant ça à un "ghost-artist" ?). Fraction déplorait aussi qu'on distingue son run sur "Hawkeye" comme s'il en était le seul auteur alors que sans David Aja et Annie Wu (et les autres), la série n'aurait ni existé ni eu tous ses prix ni de succès !

Pour ma part, quand je tenais mon blog de critiques, je consacrais toujours une large part à la partie dessinée des comics : pas par obligation, mais parce qu'il faut être deux pour danser, c'était inconcevable de n'attribuer le mérite qu'au scénariste.

Philippe Cordier a dit…

L'absence de crédit des dessinateurs sur des recueils, est plus qu'une honte, c'est surréaliste. Ce serait drôle si ce n'était aussi pathétique
Il ne s'agit pas d'ouvrir le trop large débat de l'intérêt du dessin par rapport au scénar, du peut on lire une bonne histoire emal dessinée ou une jolie bd sans histoire...C'est intéressant mais déjà la bd c'est les 2 (histoire Et dessin, peut on aller plus loin dans l'évidence) Il s'agit juste de dire que le dessinateur, quand il le veut et quand il en a le talent, apporte au moins autant que le scénariste en terme de découpage. Les grands qui ont façonné l'univers du super héros actuels étaient des auteurs qui découpaient Et dessinaient. c'était certes pour gagner du temps et libérer un Stan Lee débordé, mais imagine t on un scénariste dicter, case par case avec les plans dans la case (oui, ça se fait) son histoire à Buscema, Romita ou Ditko?
On en revient en fait au "full script vs Marvel plot" mais tout est là : si des dessinateurs préfèrent travailler sur des découpages du scénaristes, très bien, laissons le scénariste prendre en charge cette partie,mais quand un éditeur dit que seul le scénariste compte et donne à des gars du calibres des 4 cités en haut de cette entrée, des scripts trop précis, sclérosant, et ne les laissent pas découper, ce peut être une hérésie
Eisner disait que les meilleurs BD se font quand le scénariste et le dessinateur habitent le même corps. C'est un poil extrême mais il est vrai que des exemples de vrai partage intelligent du travail deviennent très rares (Waid/Samnee en effet)

Lionel Garcia a dit…

Il me semble que le duo W.Haden BLACKMAN et J.H. WILLIAMS III sur Batwoman peut également être associé une équipe créative telle que Waid/Samnee.

Lionel Garcia a dit…

... être associé à une équipe créative telle que Waid/Samnee, tant l'osmose entre le scénariste et le dessinateur est évidente.

Philippe Cordier a dit…

ah, connais pas
Quand les egos n'entrent pas en conflit les équipes gagnant/gagnant sont possibles

Jim Lainé a dit…

Tu connais pas le tandem Waid / Samnee ?
Toi ?

Attends, je m'assois.
;)

Plus sérieusement, file regarder leurs Daredevil et leurs Black Widow.



Jim

phil cordier a dit…

mais...mais...qu'est ce qui te fait dire ça!!?
Il y a toutes ces entrées sur Samnee
http://philcordier.blogspot.fr/search/label/samnee

je suis fan de ce gars, même si j'ai lu trop rapidement ses Black Widow, qu'il me faut relire
Ses DD avaec Waid était une cure de jouvence, parfaite

Jim Lainé a dit…

C'est sans doute moi qui ai lu trop vite. Et tu devais parler du tandem Blackman / Williams III quand tu as dit "connais pas".
Et ouais, c'est sympa aussi, ça. Plus travaillé / expérimental / stylisé, mais avec des recherches formelles impressionnantes.
Je suis davantage sensible à un dessin plus immédiat, mais ça reste un boulot impressionnant, ne serait-ce que pas la variété des styles employés.


Jim

Philippe Cordier a dit…

C'est ça, je ne connais pas
Dans les lignée je ne suis pas les III , je m'arrête aux Junior :)