Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 27 août 2015

Gene Colan II

Après Colan, DD et son influence j'axe sur 2 choses : son boulot le plus reconnu, et son encrage

Il a bossé sur des tas de persos, presque tous ceux de Marvel, et sa carrière fut telle que chaque lecteur a ses favoris (moi je l'ai découvert trop tard pour avoir un effet madeleine de Proust) mais le perso qu'il affectionnait le plus était Dracula
 Le run fut très long et d'un niveau assez exceptionnel pour l'époque. Duo magique avec Tom Palmer qui interprétait divinement les aplats de crayon, et respectait le trait. Les trames étaient nombreuses, et belles
 Son crayonné était poussé mais un cauchemar pour une encreur qui ne saurait que "tracer" à l'encre sur le trait de crayon
 Colan expliquait que Dracula fut le seul et unique perso pour lequel il a demandé à travailler sur le titre. Stan Lee refusa, disant avoir promis la série à Bill Everett. Colan a donc fait spontanément cette planche "test", envoyée à son chef, avec un Dracula très inspiré de Jack Palance. Appel de Lee : "tu as le titre"
 Des centaines de pages aussi belles que celle ci ont donc pu suivre

 S'il a eu de bons encreurs (et de très mauvais) et si une partie de sa (fin de) carrière fut faite avec des crayonnés imprimés, il ne faut pas oublier qu'il fut également son propre encreur. 
Rarement chez Marvel, et dans les années 90 ce n'était pas top, son trait était un peu trop gras et son dessin léger (ici sur un Wolverine 1ère époque)
 Mais pour Creepy ou Eerie, bien avant, c'était fabuleux. Il avait déjà ces découpages qui ne m'emballent que rarement, mais son encrage était très bon et l'ambiance extra
 J'ai souvenir de cette sublime page/case (peut être un Echo des Savanes Spécial Usa?)
 Observez enfin ces 2 pages. N'y retrouvez vous pas un approche similaire à celle d'un grand artiste? Surtout la 1ère?
 
Alex Toth bien sur. Géant très productif à l'époque et donc influence certaine

mardi 25 août 2015

Gene Colan et le Mazz

 J'ai déjà eu plusieurs occasions de montrer le boulot de Gene Colan (allez cliquer sur son nom en colonne de droite) Un prince du crayon qui fut très difficile à encrer. Quelques uns étaient bons (Giacoia, Shores, Abel, Leialoha...) d'autres étaient très bons (Janson, Williamson...) et un seul très au dessus de la mêlée : Tom Palmer
Aujourd'hui autre sujet puisque je voulais parler de son influence sur un demi Dieu de mon panthéon perso : David Mazzucchelli, sur Daredevil
Pour Colan le plus important de tout était le mouvement. Il voulait de l'action, raconter une histoire comme un réalisateur de ciné, et surtout que ça bouge!!! A l'opposé d'un Gil Kane qui accordait une importance considérable à la structure et à la composition, Colan avait des anatomies parfois...étranges, des compo tarabiscotées (ses découpages en angles me gênaient parfois) mais il y avait du mouvement
 
 
 Il était fréquent qu'il décompose un mouvement en plusieurs images dans la même scène (on en reparlera pour le Mazz)
 Mazzuccheli a certes pris beaucoup à Alex Toth dans son approche less is more, mais c'est après Born Again. Ce chef d’œuvre a entrainé une inévitable comparaison avec Miller, mais avant qu'il ne travaille avec lui, quand il était sur des (bons) scénar de Denny O'Neil) c’est du côté de Colan qu'il faut chercher les influences
Une preuve indubitable?
Une case de Colan
 Le Mazz
 
 même décomposition du mouvement, même fluidité
 Sur cet épisode, qui est mon favori pré Born Again, on a le "nouveau Mazzuccheli" en germe mais on a encore du Colan
 les poses des perso
 Le langage corporel du tireur, avec une structure anatomique moins marquée que ce que fera le Mazz plus tard...Colan
Tout ceci m'a donné envie de creuser vers Colan, donc dans 2 jours...on remet ça

jeudi 20 août 2015

Du beau Miller

 Pour "fêter" la fin proche des vacances voici une entrée motivée par l'actu : IDW doit sortir ces jours ci (si ce n'est déjà fait; j'ai hâte de le recevoir) un Artifact Edition de DD de Miller/ Janson. Contrairement aux Artist Ed qui sont des récits complets en repro de planches originales (au format d'origine) ces Artifact reprennent des bouts d'histoires, ou des illues/ couv...l'ensemble des planches ne pouvant être récupéré chez des tas de collectionneurs privés
La couv choisie vient de ce comics
 Michael Lark en avait, pour un fan, fait une "suite"
 IDW sort une version spéciale pour une convention (bien plus onéreuse) avec une illue 100% Miller
 Voici le type de repro que l'on doit y trouver
Sur ce dessin Miller a crayonné et à l'encrage Janson a utilisé pas mal de techniques dont le duo tone (trame dans le papier révélée au pinceau)
 La ville en fond reste intéressante à la colo mais le costume du perso perd de l'intérêt
Rien à voir avec ce bouquin, mais pour le fun je vous mets des repros d'originaux de Romita jr/ Williamson, avec leur version publiée. Ca donne envie de voir un Artifact (ou, mieux, Artist Edition) de ce run mémorable non?











 Pour rester dans le ton, la couv de Mike Zeck pour Back Issue, et sa version publiée

 Et enfin,  l'une de mes couv préférées de Miller/ Janson, saccagée par un "hommage" de Greg land



mardi 18 août 2015

Adam's pencils

 Après le père, l'un des fils
L'image du dessus vous induit en erreur car c'est un boulot de Andy Kubert, sur la "vieille" mini série Origin, censée tout dire des origines de Wolverine (récit qui m'a laissé assez froid, les origines du griffu commençant et s'arrêtant pour moi avec le brillant rcm de BW Smith)
Le frenchy Richard Isanove mettait en couleur les crayonnés et le résultat n'était pas mal du tout
Pour  la suite de cette mini, suite totalement dispensable en terme d'histoire, c'est Adam Kubert qui s'y colle.
J'ai été un peu surpris car je pensais que le coloriste Frank Martin mettait là aussi (sur ordi) en couleur des crayonnés; Mais en fait non, Adam a encré les perso et les premiers plans (finement) et laissé uniquement les décors au crayon. Je trouve le résultat plus fade qu'avec Isanove, mais intéressant à observer

 
 
 

jeudi 13 août 2015

Joe's pencils

 J'avais raté une info importante au moment de la disparition de ce monstre sacré qu'est Joe Kubert
Quand il nous a quitté, en 2012, il était en train de terminer une histoire courte pour une anthologie Vertigo Ghosts
Karen Berger montre 2 pages à leur stade du crayonné. C'est à partir de cela que Kubert aurait encré, sans étapes supplémentaires
A noter que la lecture de ces 2 pages est très étrange,avec une résonance toute particulière avec le recul

 
 A part cette histoire inachevée il venait de terminer une mini série en 6 parties (compilée ensuite) avec des boulots de lui et d'autres par des amis à lui. Voici encore un crayonné et la version finie, d'une case

Bien des années avant, ce type rough pour Tarzan lui servait de référence pour un crayonné à peine plus poussé, ou bien il le donnait comme base à celui qui devait le dessiner quand il ne s'en chargeait pas lui même

 
 C'est pas compliqué de dessiner Tarzan, c'est Joe qui vous le dit
 
 Pour en fini avec Tarzan (le boulot favori de Kubert) j'ai trouvé un recueil petit format de quelques épisodes,en italien et en noir et blanc et je peux vous dire que le trait de Kubert est fait pour le noir et blanc
Sur l'intégrale que nous vous préparons avec Black and White des passages en couleurs de la série d’origine n'étaient pas mal, mais globalement la couleur dénature son trait ou, au mieux, n'apporte rien
 Vous verrez que ce sera nettement mieux en n et b
 J'ai revendu ses Tex en couleur pour m'acheter l'intégrale n et b et dire qu'on y gagne est un euphémisme
 
 Et que dire de son Batman black and White...
 comparé avec ce qui est probablement le boulot le plus faible de sa carrière (manque de motivation semble t il) sur la "recréation" de Batman avec Stan Lee
 
Dans quelques jours...Adam