Rechercher dans ce blog

vendredi 20 septembre 2019

1986

 1986 est pour moi, mais pas que, probablement le top du top des années, en terme de comics.
Déjà, juste avec la sortie de Daredevil Born Again, et du Dark Knight Returns (sans compter Watchmen...)
Mais c'est aussi une sorte d'anniv/ 25 ans de Marvel.
Bien moins profond, ça reste gentil et sympa
Les comics d'un mois donné avaient tous une frise (JRsr probablement)
Et des couv inédites
Il y avait du bien, du moins bien, et du...étrange
 Comme celle ci, que j'aurais attribué bien sur à Ditko mais qui est d'un autre Steve, Lightle
 Je lis que ce serait de Leonardi/Layton!? Absolument indécelable
 On a déjà dit que l'encrage de Sienkiewicz sur ce DD de Simonson était, lui aussi, indécelable
 Tandis que que ces deux là sont du pur Simonson (enfin, il me semble)
 
 Une étrangeté made in Milgrom/Sinnott
 Milgrom seul, en mode Trimpe/Kirby
 Barry Smith nous renvoie à l'une des ses meilleurs aventures des FF/Thing
 puis il livre un bien bof visage pour New Mutants
 Mark Bright, que j'aimais bien, s'occupe d'une armure que j'aimais bien moins que la rouge et or
 Terry Austin, seul (et il ne devrait pas)
 Magnifique Storm par Art Adams
 Tom Palmer a forcément plus travaillé sur ce rendu "réaliste" que John Buscema
 Romita Jr/Wiacek feront tellement mieux sur un futur run Iron-Man
 Beatty encrait mieux Mike Zeck, mais Rubinstein respecte le dessin sur ce visage iconique
 Le meilleur pour la fin (mais non, j'déconne)

mercredi 18 septembre 2019

Tout frais, et à lire!

 La rentrée littéraire, c'est un raz de marée, qui touche aussi la BD
Que lire?
Je fais cette entrée pour 5 livres très récents, qui sortent en moins d'un mois, de mi août à mi septembre, et que je conseille très chaudement
(nul doute qu'il y en aura d'autres, les arrivées ne faisant que commencer)

Will Eisner disait que tout le monde peut dessiner, mais que ce qui compte, c'est ce que l'on raconte.
Comment contrarier un tel génie? Et pourtant, je pense que si le récit est important, il y a ce que l'on raconte, comment on le raconte, et avec quels moyens graphiques
 Mon mini florilège présente en peu de bouquins une bonne diversité d'approches il me semble.
On commence
 Je suis très client de Denis Robert, quel que soit son support d'expression.
La BD n'est pas "son medium naturel", ce n'est pas le rabaisser que dire cela mais il a un dessinateur, je dois bien l'avouer, qui théorise depuis si longtemps, avec un talent certain, et une mise en application continue, du coup l'ensemble est assez irréprochable, formellement. On sent bien que Franck Biancarelli connait son complice, et qu'il fait sienne la matière première qui lui a été donnée.
Ce polar est très bon. Il ne réinvente pas le genre contrairement à ce que suggère la 4 de couv, mais il est terriblement bien mené, avec des tiroirs où il faut comme il faut. Il fait réfléchir sur la justice, la morale, les zones grises, l'amour et pas mal d'autres choses, enveloppées dans un récit qui ne donne pas de leçons.
Franck Biancarelli n'a pas un dessin vers lequel j'irais spontanément. En vieillissant je vais vers plus de stylisation, de "radicalité", voire de cartoony...Il faudrait que je lui consacre une entrée pour étayer, mais pas celle ci, déjà bien (trop?) longue.
Il a une exigence qui force le respect et, surtout, un sens de la narration, et du non dit/non vu (rappelons que narration et sens de l’ellipse sont frères jumeaux et à la base de toute la bd selon moi)
 Il cherche, il essaie, il bricole, il rend hommage, il s'amuse (je pense) il prend des risques, il se plante, il réussit...avec au final un vernis (serait ce du professionnalisme/expérience?) qui lisse et harmonise l'ensemble.
Je reconnais avoir préféré l'approche graphique de Grand Est, le précédent livre du duo, car il y avait une urgence visible, un aspect brut qui me parlait plus, mais là il y a aussi de grands moments et des scènes plus "banales" qui, pour moi, fonctionnent à merveille
Morceaux choisis

 
 
 La case que deviendra ce rough est formidable, mais il vous faut acheter l'album pour le vérifier
 Le GROS best seller attendu de la rentrée
J'y allais à reculons, pour pas mal de raisons : surmédiatisation, un scénariste reconnu dont je sais ne pas être fana des bd (mea culpa) un dessin virtuose mais qui parfois me laisse dehors...
Des avis m'ayant poussé, j'ai plongé et je ne le regrette pas
On ne peut rien déflorer des astuces de cette histoire, et tout ce qui peut être dit fut dit par les auteurs en de multiples supports/entretiens
 C'est brillant, malin et super agréable
On comprend à quel genre de dessin nous aurons droit dès la première planche

 Le noir et blanc parait intéressant, mais Guarnido excelle lors de la mise en couleurs
 
 C'est le tirage de luxe qui révèle les recherches et le noir et blanc
J'aime beaucoup ce lavis/recherche d'ambiance

Depuis les Brigades du Temps et "je suis pas petite", je suis tout ce que fait Bruno Duhamel dont j'apprécie la rigueur, l'approche, la morale apparente et bien sur le dessin
 Attaquer les réseaux sociaux et parler d'un monstre type Loch Ness, c'est casse gueule et un peu repoussoir pour moi tant je ne suis pas fan du sujet 2 et que le 1 me semble un cliché.
En réalité il nous parle de ça, mais pas que. Il y a bien plus dans cette histoire de vieux bougon ermite qui se retrouve sous les feux des médias
On peut penser que l'auteur annonce/dénonce des évidences, sur la superficialité actuelle, la bêtise humaine, l'effet de groupe...mais ces portes ouvertes ne sont pas enfoncées elles sont contournées, approchées avec finesse et sourire en coin
Ca,et le fait qu'il dessine bien et qu'il raconte bien

 
 
 Lui, il est presque hors jeu car sorti le 15 août, mais je le mets car je suis hyper client de Libon, de tout ce qu'il fait, et que ces cavaliers sont un régal de gentille bêtise, de sens de l'absurde, avec un dessin qui semble si simple qu'il ne l'est pas
L'impression que donne Libon est de ne pas s'intéresser à son lectorat, au sens où il ne parait pas écrire telle ou telle série pour tel ou tel lectorat. Il semble juste s'amuser puis il laisse le bouquin chercher son lecteur
Ca marche, ce livre est pour tout le monde
 
 
 Encore un presque hors concours car dispo en théorie depuis quelques temps, mais ils se trouve que les envois aux souscripteurs n'ont pu se faire que récemment, et du coup c'est en ce moment que la grande majorité des livres arrive chez leurs propriétaires
Du coup c'est presque une nouveauté du moment, 
et tous les prétextes sont bons pour rappeler que c'est une tuerie (dans tous les sens du terme) et que le fait qu'il n'y ait pas de texte ne le rend pas plus court à la lecture
 

 En guise de conclusion, ce livre aussi est de ce mois-ci, mais sans images.
C'est l'auto bio d'un extraterrestre passionnant
Que l'on aime, ou pas, Metal Hurlant, Les Enfants du Rock ou tout autre chose que ce passeur a pu faire, on se régale des 400 pages
Je n'ai pas lu Metal Hurlant et je ne regardais pas ses émissions télé, probablement né trop tard, mais j'aime l'écouter

lundi 16 septembre 2019

Lalit Kumar Sharma

 Je trouve la reprise du titre Daredevil, par le scénariste Chip Zdarsky, intéressante.
Il a de bonnes idées, il les traite bien, et va jusqu'au bout.
J'ai évoqué, ici, ses débuts, avec le dessin de Checchetto.
Le dessinateur cité étant plutôt lent il reprend son souffle pendant que l'arc actuel (aussi intéressant, avec une énième conquête de Matt mais bien traitée, je n 'en dirais pas plus) est confié à un dessinateur indien, dont vous avez le nom complet en titre d'entrée.

Ma première réaction fut de le trouver étrange, au dessin pas vraiment fini, avec un air (marqué) de Igor Kordey
Puis j'ai regardé de plus près, et constaté qu'il maitrise pas mal de choses et ne triche pas. Il y a des maladresses de postures ou d'attitudes mais il raconte carrément bien, pose son cadre général, tourne autour des perso sans embrouiller...et il fait des personnages expressifs.

Je n'ai trouvé que peu de propos de ce dessinateur mais il évoque, entres autres influences, Miller. Moi je trouve surtout qu'il est assez proche de Janson par endroits.
Je ne retrouve plus le lien sur lequel j'ai pris, il y a des semaines déjà, les crayonnés ci dessous, mais voici du coup quelques comparaisons pages finies/crayonnées de son premier DD

 
 
 
 Petit reproche : on dirait souvent que Matt a une perruque, et se bat avec le vent
 
 
 
 
 
 Son Caid/Kingpin emprunte à pas mal de styles, de Pope à Mazzuchelli en passant un peu par le manga, mais au final ça fonctionne plutôt bien
 
 A l'encrage c'est Jay Leisten
Gros a priori car je ne le connais que comme le traceur du traceur de photos/videos Greg Land, autant dire dire l'intérêt que je lui porte...
Là, si vous revenez sur les exemple de pages ci dessus vous verrez qu'il suit plutôt bien le crayonné, reste dans un "style Janson" plus ou moins, mais sans la couleur on voit mieux qu'il est quand même empêtré entre un style de dessin brut, exigeant un encrage spontané, et un style d'encrage plutôt léché, minutieux...incompatible
Au final on a un entre deux
 Et juste quand je me dis que l'encrage de Janson collerait très bien au dessin, je vois qu'il l'a déjà encré, sur du Nightwing
CQFD
 
 
Pour en revenir à DD, dommage que ce dessinateur ne termine pas son arc. Il a fait 4 parties sur 5.

Je mets ici, pour finir, les deux dernières couv de DD ,qui sont peintes par Julian Tedesco, que j'apprécie beaucoup