Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 28 août 2014

Bête Baiser

 Les couv iconiques, accrocheuses, sans lien direct avec le contenu du comics, ont (presque) toujours existé (sauf chez DC pendant l'âge d'or) mais tout de même, avant les années 90 il était plutôt rare d'avoir une illu gratuite, pour flatter l'oeil du potentiel lecteur, sans aucun lien avec rien. C'est ce qui arrivé à Alan Davis qui, un temps scénariste des X-Men, se vit demandé de faire une couv avec Jean embrassant Wolverine. Non que ce ne fut jamais fait (cf image ci dessus) mais c'est l'explication qui lui a été donné par l'editor qui le choqua; Aucune raison sauf que "ca plaira au lecteur"
L'explication, en vo, que donne Davis

This was drawn as a joke that I faxed into editorial during the period I was plotting the X-books. I hadn’t sought the writing assignment and only ever intended to fill the role while a new regular writer was found. So I approached the job in a purely professional way as a “short term problem solver” rather than forging a long term plan of my own. There were always lists of characters, events and themes which had to be included in the two main X-books to spin off into the other X-titles. I enjoyed the challenge of pulling the disparate demands together in a, hopefully, cohesive and entertaining story, but there was one “request” that baffled me—a cover image with Wolverine and Jean Grey kissing. My question was always why, what is the story behind it? The answer was always the same, it’s what the fans want and it’s gonna be big—and it will boost sales! I sent my sketch as an alternative that would certainly boost sales.

L'image dont il parle est grandiose, la voici (et j'adore le "next issue", en bas)

 Au final on l'a eu cette couv, plus tard (avec ou sans lien avec le contenu? Je l'ignore, ne lisant plus ce titre depuis des lustres) Je sais juste qu'elle est moche...
 mais qu'on peut encore faire pire
 Pour se laver les yeux, voici (en plus grand que sur la 1ère de cette entrée) ce qui fut probablement la 1ère image de ce baiser, pendant l'évènement Inferno, avec cette fois une vraie justification narrative. Belle image par Silvestri/Green (dans l'un de mes numéros d'Uncanny favoris)

lundi 25 août 2014

Coipel, Romita Jr...et des logos



 Je dois reconnaitre que parmi les (pourtant assez rares) auteurs de l'hexagone ayant réussis dans le comics mainstream, je ne me suis jamais particulièrement intéressé à Olivier Coipel. Il y a quelques années je trouvais son style trop proche d'un Chris Bachalo période Shade/ Death, sans l'égaler. Mais avec le temps, et les bons encreurs, je m'aperçois que le Monsieur est balèze. Le dessin ci dessus m'a bien plu
Puis lorsqu'il a fait la couv ci dessous, pour Comic Box, je me suis dit que le dessin n'était pas mal du tout, même si un peu trop noyé par la titraille du journal
la preuve avec l'original vu sur le net. Un beau crayonné (retourné pour les besoins des placements de titres de CB)
 Ce qui m'a ramené en mémoire la couv exclusive (avant que CB ne cesse d'en commander) de Romita jr pour cette même revue. Là ce n'était pas les logos qui m'ont gêné (même si le titre sur Hulk fait un peu cache sexe) mais la mise en couleur d'Isanove. Colo techniquement sans reproches, mais quel dommage qu'il lui ait été demandé de mettre en couleur le noir du costume volontairement laissé noir par le dessinateur

 Sur cette autre couv JRjr/CB c'est bien le retour du souci de titrailles qui est là. C'est TRES chargé
Pour les curieux le rough et le crayonné de ce dessin sont

 Alors que l'utilisation d'origine du dessin, pour le grand évènement de San Diego, avait joué la sobriété (mais il n'était certes pas question de devoir placer un sommaire de mag)
 Sur le récent relaunch de Spider-Man c'est Tom Palmer qui encre cette couv de JRjr (cf ici pour la couleur sans le titre, et des images du numéro)
 CAF nous permet de voir l'original. Palmer encre et met un lavis qui va servir de guide au coloriste (Paul Mounts je crois) Nous pouvons donc constater que pour une fois le coloriste ne prend pas sur lui de transformer des immeubles noir, en couleur, mais qu'il suit ce qui est déjà sur l'original
Le n et b reste supérieur
 Conclusion sans rapport, si ce n'est le dessinateur. Il est tellement rare que je tombe sur quelque chose de Romita jr que je n'ai pas déjà vu...une vieille couv de mag encrée par Janson. Bof bof (pour le Batman qui s'est fait enfoncer la tête dans les épaules et qui parait ajouté artificiellement sur l'image) mais j'aime bien la pêche du Punisher

jeudi 21 août 2014

Super...Neal

 S'il est dommage que longtemps la création de Marcel Super Gotlib et du regretté Jacques Lob fut mise à l’écart (par leurs propres papas) pour éviter une tentative de récupération nauséabonde par la FN, ce personnage aura marqué une époque. En 1983 un évènement secoue le magazine Fluide Glacial. La couv et l'histoire intérieure de Super Dupont sont l'oeuvre de ...Neal Adams!!
 Gotlib et Lob concoctent une histoire un peu datée (selon les critères actuels) façon gros rouge qui tache, mais je me souviens du choc visuel que cet extra terrestre américain apportait aux pages. Adams n'a quasi pas changé son style réaliste, ce qui rend le contraste saisissant avec le ton "gros nez"
Je ne sais pas ce que j'ai fait de ce Fluide (acheté quelques années après parution) mais on trouve des extraits sur le net, comme ceux ci




lundi 18 août 2014

Terrible Travail d'Art...Adams

 Il a raison le Monsieur (de Byrne) Ca c'est une sacrée couv
 Dans le cadre du mega crossover 2014 "qui va tout changer mais en fait qui ne va rien changer mais c'est pas grave on le fait tous les étés maintenant pourquoi ne le faire que de temps en temps c'est pas rigolo si c'est un vrai évènement"... Marvel a demandé à celui qui n'est malheureusement quasi plus que cover artist, de faire une très très grande couv, rassemblant 8 couv. Et comme Art Adams ne fait pas les choses à moitié il rend quelque chose de plutôt impressionnant techniquement
Un rough
 un autre
 Le boulot fini
Adams explique qu'on lui a imposé les persos principaux mais qu'il s'est amusé avec ceux plus petits ou sur les bords
 le Monsieur à sa table, donnant une aperçu de la bête
 et une petite perspective pour donner le tourni

jeudi 14 août 2014

Will Eisner sous substances

 
Non je n'ai pas perdu la raison. Eisner n'était pas un modèle psychédélique mais Bill Sienkiewicz (in Comic Book Artist Eisner tribute je crois)  nous apprend qu'il a failli illustrer...ce livre là. Si!
Contacté pour cette bio du demi Dieu de la gratte, Eisner a fait le layout de l’album avant de conseiller à l'éditeur de se tourner plutôt vers le grand Bill. Quel choix plus que judicieux!
Difficile d'imaginer un personnage aussi fantasque, démesuré, mis en scène par un génie certes, mais un génie plus théatrale dans sa mise en scène, que délirant
Regardez ces comparaison layout./pages finies. Si si, il s'agit bien des mêmes pages. Bill S dit s'être parfois inspiré d'Eisner, mais je pense que c'est plus par courtoisie qu'il dit cela





Du pur Eisner aurait été didactique. Avec Bill ce fut psychédélique
Pour terminer et pour les quelques âmes égarées sur ce blog en cette période déserte, un peu de pur Eisner, roi de l'ambiance en son temps
C'est beau en couleur
Mais encore mieux en n et b (qui révèle aussi  ce que le coin de pub cachait sur la couv publiée)
Quant à l'image suivante, je ne sais pas du tout d'où elle vient
Laissons Gil Kane conclure, graphiquement

lundi 11 août 2014

Byrne, FF et +

Morte saison ne veut point dire pas de programmations d'entrées de blog. Soyons fous
John Byrne (qui reprend ci dessus la sympathique même si un peu vieillotte, tradition de Lee/ Kirby des perso posant pour le lecteur) a fortement marqué le super quatuor
J'ai retrouvé ce qui ressemble bient à du corner art (les héros en petits dans un cartouche ,en haut à gauche de la couv) 
L'encrage est de son X-compère Terry Austin
 Un peu plus tard Byrne fourni un tout nouveau corner art, encré par ses soins. Les FF tels que les lecteurs de l'époque s'en souviennent
 Je fais une mini digression graphique puisque ce sujet est l'occasion de montrer ces dessins proches de corner art mais qui, a priori, sont des concept designs. Carlos Pacheco, graphiquement pour moi alors au sommet, magnifiquement et finement encré par Jesus Merino
 Toujours aussi fin mais des regards étranges, absents, et un "cousinage" étonnant entre les 2 amants
 Retour à Byrne avec deux pages (moyennes) de découpages. Il lui était alors clairement demandé de ne pas pousser ses crayonnés. Regardez la différence de traitement. Scott Hanna fait un bon boulot (ou disons un boulot honnête) sur des crayonnés finis, mais il n'est pas à l'aise sur du découpage. Le résultat est à la fois trop "détaillé"/maniéré, et loin de Byrne...
 
 ...tandis que que Al Milgrom, sur un découpage pas forcément bien meilleur, rend un travail proche de ce qu'en ferait Byrne lui même, plus rond, ayant compris l'approche du dessinateur