Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 30 juillet 2015

DK3

 L'image ci dessus est sur tous les sites de news de comics depuis plusieurs semaines.
Ce que vous ne verrez pas partout par contre (tu vois JP, déjà du "scoop") c'est le crayonné
A noter qu'Andy a, chose rare, encré sa signature lui même, sur un bout d'encrage

Andy Kubert participe donc à ce volume 3 (et final) de Dark Knight. Klaus Janson encre et boucle ainsi une vraie boucle
Le 1 (le seul?) de 1986 est un chef d'oeuvre. Le 2 s'est fait avec un Frank Miller sans Klaus Janson, et il est ...discutable. Le 3 parait étrange car Miller (en mauvaise santé) ne fait que le pitch et, parait il, aide au scénario. C'est Azzarello qui le signe. Ce 3 commence à paraitre à la rentrée, soit presque 30 ans après le 1. Quelle aventure!
Ce qui m'amuse dans ce dessin, c'est que le très bon Andy Kubert reprend les codes d'un Miller post Dark Knight, c'est à dire période Sin City. L'ironie est que Janson encre donc un dessin représentatif d'une période de Miller pendant laquelle il ne l'encrait plus
Mais des dessin du chevalier noir façon Sin City, Miller en a fait des tas, après la mini série originale .Dès qu'il a eu les aventures de Marv au bout du crayon son trait s'est noirci et Batman semblait alors sortir de la ville du pêché
 
 
 
 
 Pourtant, à part quand il silhouettait le perso, comme ici, Miller dessinait un Batman plus fin dans la mini d'origine
 Il faut dire que l'un des tics de Miller a toujours été de faire évoluer (consciemment?) le physique de ses perso, au fur et mesure d'un récit, en parrallèle de leur évolution psy. Cf Marv de Sin City, presque maigrelet en 91 au début de l'histoire, qui devient quasi aussi fort que Hulk sur la fin
Pareil avec Batman
Sur ses premières recherches le gars n'est pas plus épais que celui de Neal Adams
 Au début de DK 1 il est costaud (surtout pour son âge) mais pas hors du commun

 
 Sur la fin le Monsieur a pris des amphèt pour dérouiller Superman
 Janson n'a pas évolué à ce point sur le personnage, comme en atteste des récents dessins de commande
 
 Et ceci me permet de conclure en vous invitant à rechercher la toute dernière édition de son meilleur boulot sur la chauve souris : Gothic avec Grant Morrison. Plus qu'une énième réédition. Je ne l'ai pas encore vu mais le travail s'est fait à partir de scans récents des planches originales
Et une nouvelle couv pour l'occasion

mardi 28 juillet 2015

Coletta Forever?

 Le dessin ci dessus est de Jack Kirby, encré par Vince Coletta (période Romance Comics)
Et c'est très beau
Donc Coletta savait être bon
Voilà, c'est dit
Passons au négatif, bien plus visible
J'ai déjà montré cet exemple d'encrage de Coletta enlevant/gommant des parties de dessins de Kirby. 
Parfois (très rarement) dans un souci de lisibilité/clarté, et la plupart du temps pour gagner du temps
 
 J'en ai trouvé d'autres
Un Monsieur disparait en second plan
 
 Idem
 Coletta simplifiait souvent les constructions de Kirby.
Impardonnable
 On se rapproche de la finesse que j'ai apprécié sur l'image d'entrée de ce jour. Coletta était marqué par la Romance, et la finesse. Ce visage n'est pas vilain mais ce n'est plus Kirby
 Ca vient de cette planche. A part le visage de la nana il respecte plutôt pas mal le trait de crayon, mais il enlève clairement de la puissance, il affine trop et son trait est trop "délicat". Le Thor de Kirby c'est du raw power, pas de la guimauve. Je lui reproche même plus cette approche que d'enlever des choses en encrant
 
 Même chose, ce genre de pleine page a besoin du pinceau de Royer, pas de la plume fine de Coletta
 
 Kirby s'encrait peu, et ce n'était pas son meilleur encreur, mais il mettait plus de gras
Joe Sinnott c'était la classe
 Mike Royer également. Des gars qui permettaient de moins perdre du trait du King (car oui on perdait quand même toujours tant le crayon était costaud et aurait du se suffire à lui même)
 On termine avec l'illu du chapitre concernant Kirby, du livre de conversations de Will Eisner avec plein de grands auteurs du siècle dernier (probablement le meilleur livre que j'ai dans ma bibliothèque, sur le sujet). Chacun se dessine

vendredi 24 juillet 2015

Estival

Vacances
A bientôt

Ben non en fait je suis incorrigible et j'ai programmé des entrées pendant mon absence. Moins que sur de la période normale (je crois que je serai sur les mardi et jeudi) mais venez quand même, il y aura peut être un peu de "lourd"
Pis je pense que j'irai voir de mon tel portable donc je pourrai répondre à des commentaires éventuels
Addiction quand tu nous tiens
Calvin a raison (même si je me sens assez moyennement concerné)


mercredi 22 juillet 2015

Scott Williams ou les limites de l'adaptabilité d'un encreur

Sous ce titre à rallonge se cachent des choses
Tout commença, comme souvent, avec une haute def d'un bout de page de Miller/ Janson sur DKR
Klaus Janson a encré le fond, en partie, avec ...les doigts
 Miller a usé de ce procédé plus récemment, mais ce fut un poil moins bien intégré
 Je sais que Scott Williams est un grand admirateur de Janson, mais il explique que viscéralement il se sent incapable d'approcher l'encrage de la même façon. Et en effet le plus proche qu'il puisse tenter d’être est dans sa façon d'encrer certains fonds, au pinceau sec
Partant de cette image j'ai voulu montrer que Williams est un excellent technicien de l'encrage, mais que sa polyvalence est limitée malgré tout du fait de son style cassant, nerveux
Évidement THE duo est formé depuis longtemps avec Jim Lee. Dès les X-Men il faisait des merveilles, et sur Batman ça fonctionnait aussi à plein régime. Complémentarité des 2 amis
 
 Le trait du Silvestri période Image (le mauvais donc) collait assez à son encrage, mais il avait encore pas mal de tics graphiques (blinder les dessins de hachures inutiles par exemple)
 Idem sur Portacio
 Il assouplit un peu son encrage pour coller plus au sensuel Campbell (même si les hachures étranges sont toujours là, cf fond de la case 3)
 L'excès de maniérisme est flagrant ici, mais la faute en revient forcément à Finch. Lisibilité un peu moyenne à mon goût mais techniquement chouette
 Plus de sobriété, et de maitrise sur Andy Kubert
 Une base anatomique bizarre made in Portacio encore, que l'encrage ne corrige pas, au contraire puisque Williams n'embellit pas, il encre fidèlement
 Sur Romita Jr il se retient et c'est plutôt agréable
 Une curiosité car Williams est crédité comme co encreur de cette planche tirée du plus beau boulot de Travis Charest. Un trait si détaillé et fin qui ferait passer Art Adams pour un fainéant, mais j'ai du mal à trouver trace de Williams
 Du mauvais McFarlane, fidèlement encré, donc mauvais
 Un peu épais sur JL Garcia Lopez mais une agréable surprise
 A l'inverse de la page de Charest, celle de Quietly souffre clairement d'un encrage qui peine à respecter la finesse du crayon
 Bret Blevins se trouve trop rigidifié par un encrage pas assez souple
 Du mauvais Ron Lim (pléonasme?) mal encré? Dur de juger l'encrage sur une base aussi atroce
Alex  Saviuk fait de son mieux pour singer Romita Sr, plutôt pas mal, et on voit là un énorme effort de Williams pour assouplir son trait et coller au style. Difficile mais intéressant
Je crois que j'avais déjà montré cet encrage sur Neal Adams. On sent là aussi un effort considérable pour aller avec le style récent d'Adams. Plus cassant que ce que ne ferait lui même Adams, mais ce n'est pas un mal étant donné que Neal Adams est loin d'avoir le niveau de sa grande époque
 Pour terminer, un essai de "finissions" plus que d'encrage technique, sur le roi du rough John Buscema. On devine Williams transpirant devant la tache, mais là encore pas inintéressant