Rechercher dans ce blog

Chargement...

lundi 24 novembre 2014

Debuts noirs de Miller

 J'ai montré il y a peu la couv du tout premier numéro de Daredevil dessiné par Frank Miller, ci dessus. 
Là c'est la 1ère page que je montre, parce que j'ai trouvé une haute res de sa version noir et blanc.
Lisez les textes, il était rare qu’un nouveau dessinateur soit accueilli avec tant d'honneurs (la starisation des auteurs n'était pas le but premier de Shooter)
 
 Les influences films noirs de Miller n'ont jamais été cachées, même si l’enthousiasme (légitime) suscité par ce jeunot a pu faire oublier les grands anciens dont il s'inspirait : Gil Kane, Krigstein, Craig...Son amour du film, et du noir est évident dès ses premières planches
 Sur cette page une autre influence saute aux yeux. Il la revendiquera toujours. Qui est ce? 
Regardez la page en dessous, sortie 34 ans avant celle de DD
 
Alors?...

vendredi 21 novembre 2014

Narratif Davis

 Alan Davis est un très grand dessinateur. Depuis longtemps. Comme son collègue John Byrne, il n'est pas ravi de la tournure que prennent les comics depuis des années, mais contrairement à Byrne il a su/voulu s'adapter pour rester assez demandé par les éditeurs. La preuve avec cette couv, relativement récente. Un majestueux Black Panther (et son épouse de l'époque, Strom/ Tornade)
Ce n'est pas sa tasse de thé car c'est une couv iconique. Or Davis est un narrateur. Il sait dessiner des pin up mais il aime avant tout raconter des histoires, et ce dès la couv
Sur cette couverture il a proposé 2 versions proches, et en dessous vous avez le crayonné
 Davis ne s'encre pas car il considère qu'il pousse beaucoup ses crayonnés, et la finition lui donnerait l'impression de refaire 2 fois le même dessin. Paul Neary était un bon encreur mais Mark Farmer est encore meilleur. Leur duo est aussi bon que pouvait l'être Pacheco/Merino
 Même si tous ses gars son beaux et ses filles sublimes, Davis focalise sur la narration. Il raconte, joliment, et lisiblement. Les scènes d'action, il maitrise, sur simple ou double page
 Il est encore meilleur sur des scènes tranquilles, intimistes, se concentrant alors sur le jeu des acteurs, leurs expressions et tout ce qui faisait la force du cinéma muet : le body language
  Sur ce que je considère comme son meilleur boulot, Excalibur, il truffait ses comics de fun et d'action, mais ajoutait plein de détails qui donnaient toute leur saveur aux scènes (ici Diablo, plâtré, qui se lave les dents)
 Ses couv racontaient des histoires
 allant jusqu'à , une seule fois, faire démarrer l'action (et les dialogues) sur la couv
 et je considère que sur l'illue, pourtant assez iconique, qu'il a eu la gentillesse de faire pour mon "vieux" magazine sur Eisner/Le Spirit, il a aussi raconté une histoire

mercredi 19 novembre 2014

President Watterson

 Tous les fans de BD/Strips savent que le génial Bill Watterson est le président du 42ème festival d'Angoulême (dernier WE de janvier 2015) Tous le monde savait que les probabilités qu'il se déplace étaient plus que minimes. Depuis qu'il a  arrêté Calvin et Hobbes il répète à l'envie que la BD est terminée, pour lui. Mais à la surprise générale il a réalisé l'affiche, qui circule partout depuis des semaines (ci dessus) Un évènement! Il ne sera pas là mais il prête des planches pour une expo (rien que ça me pousserait presque à faire le périple)
Il indique donc, sur l'affiche, son amour du strip (à l'ancienne?) Ce n'est pas la première fois, cf cette illue, déjà vue ici, pour un reportage
 Et voici ce qu'il a régulièrement "dit" sur le strip et son approche et son évolution
 
 
 Il est notoire qu'il a toujours refusé toute utilisation de ses personnages pour quelque support que ce soit (sauf 2 calendriers)
 Seul "merchandising" existant, officiellement : ce T Shirt fait à l'occasion d'une expo
Un peu moins autiste sur les bords que Steve Ditko, Watterson n'en est pas moins l'un des auteurs majeurs les moins connus en dehors de son œuvre. Il a refusé quasi toute interview et se fait plus que rare depuis 20 ans qu'il a cessé son travail dessiné

 Il nous révèle quand même son mode de production
 
 Document intéressant, rendu public par son éditeur : la lettre par laquelle il l'informe, en 95, de la fin de Calvin et Hobbes
 Encore plus rare, je ne sais plus d'où je tiens ces strips, anciens, mais je m'étais noté qu'il s’agissait, au moins pour le 1er, de bandes jamais reprises dans le moindre album

 Ayant commencé par sa vision (actuelle?) du strip, je termine par sa vision (ancienne?) de notre support favoris : les Super Héros

lundi 17 novembre 2014

Gadgets de Spidey

 Attention : entrée hautement intellectuelle. J'avais envie de parler des lance toiles et de la ceinture de Spider-Man. Si si! (bon ok, toujours prétexte à montrer de jolis dessins)
On oublie la théorie stupidement rationnelle de Sam Raimi ("si moi je suis incapable d'inventer des lance toiles, un ado le pourrait encore moins et je fais donc des lance toiles organiques dans mes films")
Maitre Ditko nous montre la toile dès le début
 Puis nous avons rapidement droit à un descriptif du costume (Romita?)
 Les lance toiles avaient régulièrement cette forme étrange, faussement High Tech
 y compris sur ce comics, probablement le plus émouvant depuis la création du perso (The Kid who collects Spider-Man)
 Alors que le lance toile le plus cohérent c'est celui là (ho, JRjr!)
 que Steve Ditko dessinait aussi, donc c'est le bon
 Cette page (qui montre aussi la ceinture) détaillait les lance toile. J'ai beaucoup aimé cette scène, ado, du coup je vous mets également la planche n et b
 
  A noter que sur la période du costume noir (qui deviendra Venom) dès les premiers design (beaux) de Leonardi il était clair que la toile partait cette fois du dessus de la main (adieu la célèbre pose à deux doigts appuyant sur la paume)
  Ceci demanda un temps d'adaptation
  Re JRjr, mais cette fois on passe en dessous de la ceinture
Ceinture servant à stocker les cartouches de toile, un mini appareil photo...
 Ceinture permettant également de ranger une lumière en forme de tête de Spidey, projetée régulièrement sur la première partie du run de notre Homme Araignée (pour faire peeeeur)
Gadget clairement inspiré/copié sur Batman. Il me paraissait un peu incongru quand j'étais gamin, mais j'aimais les effets que Ditko faisait avec...
 Effets que, dans les années 80, Romita Jr/Janson ont encore mieux rendus
 Même assez récemment il fut fait mention de ce bidule amusant (mis au goût du jour, façon les Experts)
Les comics, comme le reste, étant basés sur des cycles/balanciers plus ou moins courts, nous sommes passés de la mode (inspirée des premiers films) "il faut un costume qui fasse vrai, sans lance toile, redesigné..." à un nostalgique mais cohérent "back to basics"
Dessin de Cammuncoli (et Janson je crois)
 Pour insister sur les emprunts à Batman, un clin d'oeil par Ron Frenz
 Pour finir, sans remonter jusqu'à l'éphémère (heureusement) Spider-Mobile, il y eut d'autres gadgets. Peut être à l'occasion d'une autre entrée...

vendredi 14 novembre 2014

Noir et Blanc de Novembre

 En effet, on en publie des beaux livres.
Ce mois ci 2 pavés axés noir et blanc, coup sur coup
Grâce à Alexandre Astier et son Asterix qui arrive ce mois ci sur les écrans, l'éditeur nous sort une réédition de la BD ayant inspirée le film d'animation du génial créateur de Kaamelott. Outre le fait qu'il s'agit d'un bon cru d'Astérix, nous avons surtout, pour moins de 40€, le livre en couleur un peu plus grand, une trentaine de pages de bonus plus ou moins dispensable et surtout TOUT l'album en repro noir et blanc
 Ce ne se voit pas bien sur ces petits exemples mais il ne s'agit pas d’une simple version noir et blanc, ils sont visiblement partis de scans de planches en niveau de gris (mon dada). Dommage qu'ils aient, dirait on, joué un peu des contrastes pour se rapprocher un tantinet de "noirs pleins", mais on voit quand mêmes les coups de pinceau. Ouf! Uderzo, qui a toujours été excellent dessinateur, s'encrait lui même à l'époque et il était aussi bon encreur que dessinateur
 
 Autre incontournable : Le tome 10 (et dernier je pense) de la réédition de Rahan en grand et ...en noir et blanc
Virtuose, lui aussi, du dessin et du pinceau, Chéret était un peu trop sage, moins "bon" selon moi, sur cette période, mais les planches restent très agréables à détailler
 
 Sur les volumes des débuts le niveau était au dessus, avec des planches de ce genre, dont voici, pour le plaisir de la comparaison, la version couleur de l'époque. Des couleurs certes faites rapidement, mais qui rendaient toutefois bien mieux sur le papier "limite à grain" de Vaillant, par opposition au moche papier glacé des 1ères rééditions Soleil

 Le Monsieur savait bougrement jouer des ambiances
 Et quitte pour le coup à flirter allégrement avec une forme d'auto promo, rappelons que ce mois est également sorti le tome 2 de Photonik. C'est un pavé, c'est en noir et blanc, donc raccord avec le sujet du jour