Rechercher dans ce blog

vendredi 24 mai 2019

JLGL JLA

 J'ai vu sur le net ce récent dessin de commande de Batman, par Jose Luis Garcia Lopez
Je le trouve extra, avec ce lavis superbe
Du coup, je regarde s'il y a d'autres choses du même genre et je tombe sur un "prelim" pour une double couv
Elle fonctionne bien, très efficace, classique et dynamique...
 Je trouve le crayonné final. Surprise, il n'a rien à voir. Tout a changé
Je préfère la première version
 La version finale est là, avec des perso dont je n'ai rien à faire (et un titre encore moins) mais il est toujours sympa de suivre un process
 En parlant de perso dont je me moque, je trouve que JLGL, même sur de "simples dédicaces" a un talent pour rendre un visage original avec des subtilités d'expressions. Là WW est, n'ayons pas peur des mots, belle. Pas vulgaire, pas agressive, juste belle
 Terminons sur un JL Garcia Lopez en 1993 qui a nettement moins changé que le Mignola à ses côté (et David Mazzucchelli un peu aussi quand même)

jeudi 23 mai 2019

Le Cross Over ultime!

 Entre deux entrées, moment "amis et crowdfunding"
Même pour qui ne s'intéresse pas au financement participatif,c'est pour le plaisir des yeux
Thierry Martin et Laurent Lefeuvre, tous les deux très présents ici, en entrées ou/et commentaires, ont décidé d'un truc que je n'ai jamais vu : un cross over entre campagnes Ulule!
Tout est dans l'image ci dessus

Fox-Boy par Thierry
Quant à Laurent, il a appliqué sa palette, ultra personnelle, de couleurs, sur une image existante du livre de Thierry

Pour rappel, il reste pile 2 semaines pour la campagne Dernier Souffle, et moins d'une semaine pour celle de Fox-Boy

Troisème Souffle

Edité pour rajouter que Mister LL, relativement bavard, oh surprise, parle longuement à Top Comics, dans une itw fort intéressante
ici

mercredi 22 mai 2019

A l'os!

 Quand ton banquier te fait clairement comprendre que tu ne dois plus acheter de livres ce mois ci, et que tu en prends un quand même, tu croises les doigts pour qu'il soit bon

Il n'est pas bon, il est bien mieux!
 Ok, le risque était minime, après la belle claque que fut Ailefroide il y a peu.
Petite crainte quand même car le livre est bien moins épais, chez un auteur qui, pour moi, a besoin d'espace. De plus le sujet peut prêter au manichéisme, voire au prêche.
Un loup, un berger, des moutons, un combat dans la montagne
Crainte effacée par ces 100 pages d'un récit hors du temps

Le Berger a les traits de JM Rochette lui même

 Je ne sais pas si je ferai grincer des dents, ou pas, à celui qui m'a fait découvrir Ailefroide (Franck B) mais j'ai trouvé le dessin de ce livre encore au dessus de celui du précédent.
A priori réalisé en peu de temps (4 mois semble-t-il) il parait pourtant plus pensé, plus mur...Supérieur
Je suis conquis par cette approche graphique qui, au début, me faisait un peu penser à Cosey sur certains paysages, mais qui, au final, me semble plus profonde et, je me répète, meilleure
 Rochette ne s'est pas chargé de deux choses :
Le lettrage, absent des pages que je montre ici, mais très adapté au trait. L'approche de Fanny Hurtrel ne heurte à aucun moment la lecture, adhère au style de dessin avec une discrétion efficace qui est le signe d'un travail réussi, comme pour une bonne colorisation.
Et la couleur justement
Le boulot d'Isabelle Merlet m'a bluffé et je l'ai trouvé encore mieux que la propre mise en couleur de l'auteur sur Ailefroide, c'est dire! Délicat, sobre là encore, plein d'ambiance en harmonie avec le sens du trait...une merveille!
Je ne saurais trop vous conseiller, en passant, d'aller lire ce que Mme Merlet dit sur son boulot, et la BD en général. C'est plein de bon sens et c'est ici

Je suis conquis par ce livre d'apparence simple, au message fin et sans réelle prise de position tranchée, qui laisse entrevoir un homme, l'auteur, que l'on se plait à imaginer bon, et droit!

lundi 20 mai 2019

Young Sup's coming

 Bien que pas fan du perso, j'ai hâte de lire, dès le mois prochain, le premier numéro de cette réécriture, en 3 épisodes très vite compilés ensuite, de l'enfance de Superman,
par Miller/Romita jr/Miki/Sinclair
 Je sais très bien que je ne peux en attendre autant que le Man Without Fear des même Miller et JRjr
Déjà parce que les auteurs ont changé/vieilli/évolué, que le perso me passionnait alors et que l'encrage était de Williamson
Toutefois, je suis très intrigué car les deux artistes ont procédé comme pour le DD, à la méthode Marvel : simple plot/résumé de Miller découpé, seul, par Romita Jr sur 200 pages!
La narration étant son point fort ca va être classe de ce côté là
Ca me permet de casser une des (assez nombreuses) rumeurs/spéculations que l'on peut déjà lire sur le net, comme le fait que Miller fournirait un découpage un peu dense au dessinateur...vous savez donc maintenant qu'il ne fourni aucun découpage et que ce dernier est le choix du dessinateur

Je reste persuadé que si la finition "pointilliste" de Miki attire l'oeil d'un lectorat plus jeune (et lui faisant croire que JRjr ressemble à Capullo par endroit) ce n'est pas forcément le choix le plus approprié.
Une nouveauté certes, un ton assurément "moderne", des décors ultra lêchés, mais Miki suit le trait, ne corrige rien, alors qu'il y aurait matière à, de temps en temps.
Ces planches furent montrées il y a longtemps, elles datent de plus d'un an
 Miki s'est régalé avec des détails à en perdre la vue (mais, pour pinailler, le cou aurait pu être "assoupli" en case 4)
La page me plait sinon
 Sur la suivante c'est étonnant
La version de l'an dernier et la version à paraitre diffèrent
J'aimais bien le choix d'une mini ellipse pour découvrir le gamin qui vole. Or, sur la version imprimée la case 3 est refaite (en mieux pour le visage) la 4 aussi, et la 5 est coupée en deux, mâchant plus le boulot au lecteur, et nous privant d'une très belle dernière case qui pétait bien en pleine bande.
Le roi du ragot Rich Johnson/bleeding cool part déjà sur des divagations de "ils ont du lui demander de refaire le gamin pour qu'il ait l'air plus jeune..." et d'autres lui emboitent le pas, estimant que si plein de pages sont refaites ainsi ça expliquerait le retard. Non, le retard est du, quasiment exclusivement, à une chose : l'attente de scénar/plot à dessiner.
Quant à la raison de la page refaite, je préfère partir à la source. Interrogé quant à qui commanda ce changement (Miller, DC?...) voici ce que John Romita Jr me répond : "c'est un ajustement narratif de ma part.J'ai voulu un passage plus progressif d'un gros plan au survol du champ." Il ajoute avec une pointe d'ironie "les deux fonctionnent mais un  grand champ de maïs est moins important que l'histoire -et  son découpage"

Alex Sinclair n'est pas Lynn Varley, c'est un peu flashy mais ca peut venir des jpegs, et le rendu colle plutôt bien avec la finition du dessin
 
 Découpage classique mais là encore je pense que des petits détails auraient pu être "arrondis" à l'encre
D'autres pages finalisées à la couleur circulent sur le net, mais trop en  montrer divulguerait beaucoup.
Je peux juste confirmer mon ressenti : il y a des pétouilles de dessins (est ce du à l'utilisation d'un gigantesque format de planches originales? Pas impossible), sur les visages par exemple, des détails..qui ne sont pas du tout rattrapés à l'encrage, et c'est dommage

La page de preview que je préfère ets celle ci. L'encrage respecte le crayonné, ne peut en rajouter trop, et la colo joue une facilité qui fonctionne
Bonus spécial blog : une photo de la planche au crayon, ainsi que celle de la version imprimée qui est en dessous
Désolé pour l'absence de grande netteté, ce n'est bien sur pas un scan mais une photo envoyée par le dessinateur, de sa planche à dessin
Je montre ces deux pages avec son accord express.
Je n'en montrerai d'autres (supérieures : ) que quand elles auront été publiées ou en preview sur le net)
 
 En dessous, Miki s'amuse sur l'herbe, a un peu trop conservé la "raideur" de la jambe en premier plan à mon goût, mais pour le reste c'est plutôt bien cool
Je pense que ce récit au long cours sera bien. Je l'aurais bien sur préféré encré par son compère qui vous savez, mais je suis très curieux


Bon allez je suis faible, j'ajoute une image, pour étayer mon propos sur la combo Jr/Miki
Quand il se cherchait encore, Mignola a épuré ses formes, sans aller jusqu'au bout, sur Cosmic Odissey.. Carlos Garzon ne comprenait pas et il terminait les dessins à l'encre, jusqu'à ce que Mignola lui demande de ne pas le faire
C'est relativement similaire avec JRjr, même s'il ne râlera pas, voire même qu'il s'amusera d'un rendu différent
Il a un dessin réaliste pour les décors, et ceux ci ne peuvent que difficilement être mal intérprétés par quelque encreur que ce soit, mais pas pour les personnages. Pour eux il est dans une sorte d'entre deux et applique, inconsciemment, l'approche (dans son style à lui) d'un Joe Kubert qui demandait au lecteur de finir lui même, à la lecture, des personnages qu'il ne poussait pas trop loin. C'est l'approche que j'aime
Or les perso de JRjr, et surtout les visages, de ce fait, ont des indications au crayon qui non seulement se suffisent à elles même, sans en ajouter, mais qui, pour aller plus loin, demandent presque à l'encreur d'en enlever un peu ou d'utiliser un trait d'encre rapide, suggérant plus qu'il ne fige.
Williamson, Palmer et Janson l'ont compris, d'instinct, mais ce sont les seuls (+ Giordano et Manley mais ils ont encré peu de planches, surtout le second)
Sur cet exemple on voit que le visage du père (entre autres) a des traits suggérant, rapidement, des volumes. Il eut fallu, à mon sens, que l'encrage maintienne cette simple suggestion, en lançant juste quelques petits traits, pas plus. Ici Miki repassent bien sur ces traits, voire même en ajoute, et il fige l'ensemble en un tout qui non seulement ne demande plus au lecteur de "terminer" le visage, mais qui au contraire lui laisse l'impression que le dessin n'est pas allé assez loin. Un comble, contre productif.
Ajoutons à cela le fait que le coloriste, s'il ne comprend pas cette approche, peut aller lui aussi à contre courant (je ne dis pas que c'est le cas avec Sinclair) et on perçoit bien la fragilité d'un oeuvre collective

Je ne sais pas si j'ai été clair, alors j'en remettrai un couche à la sortie/lecture de la chose :)

vendredi 17 mai 2019

Barry Windsor S...ienkiewicz

 En 1990, sous une laide couv de Chris Wozniak se cachait un ovni absolu du monde des comics. Régulièrement évoqué ici, mais peu (pas?) montré
Un numéro "ordinaire" de la superbe série de Claremont/Davis, mais exceptionnellement réalisé, en cette époque où un comics mensuel ne pouvait être en retard, par des artistes invités. 
Deux personnalités que tout semble opposer : l'ultra fin, super précis, control freak du détail qui tue Barry W Smith, et le roi du lâcher prise, de l'encrage fait devant la téloche, mais avec talent, Bill Sienkiewicz
J'ai un net souvenir d'une impression étrange à la lecture, perdu entre "c'est beau" et "quelle horreur", et je pense avec le recul que c'est là l'un des intérêts des comics: surprendre, avec talent.
Il faut dire qu'on voit et BWS et BS, tout en ne retrouvant ni la finesse du premier, ni la folie du second
Étrange, vraiment
 La raison en est, même si partiellement, due aux outils : BWS est habituellement un roi du pinceau fin, Sienkiewicz est le fou de la plume "sèche"
 c'est par moment limite bien moche, mais il y a toujours cette étrangeté qui attire l'oeil, surtout quand on reconnait BWS (là par exemple que le visage féminin en avant dernière case )

 Celle ci est la plus parlante, peut être parce que Sienkiewicz a fait preuve de plus de minutie. On a les attitudes, l'approche de BWS, avec la plume cassante, les traits tranchants, de l'encreur

mercredi 15 mai 2019

MCP

 Une entrée un peu lourde en images
J'ai commencé cette année, en single/vo, à suivre cette nouvelle mouture de l'anthologie Marvel Comics Presents, attiré par le visuel de cette couv, ci dessus, de Marcos Martin, et également pour comparer avec ce qui fut fait avant sur ce titre assez méconnu qui devrait pourtant être mythique.
C'est le grand Art Adams qui se charge des couv, avec du Wolverine, souvent (faut bien tenter de vendre ma bonne Dame)
 
 Déjà à l'époque des grands noms vendaient des couv (et déjà sur Wolverine) Ici,John Byrne
 Peu de numéros sont parus mais le panachage grands noms/noms moins connus semble à peu près là
 MCP 1ère époque c'est 1988/95. Dark Horse a eu un format similaire, avec Dark Horse Presents qui publia, excusez du peu, les premières pages de Sin City.
Le concept était fourre tout et donc inimaginable en compil aujourd'hui : de la place pour que les nouveaux fassent leurs preuves (un luxe de nos jours) un endroit pour que les grands noms expérimentent sans s'engager sur la durée, des anciens grands noms en recherche de publication, le tout avec des tranches de quelques pages à suivre sur quelques mois.
A boire et à manger mais, surtout, des choses introuvables aujourd'hui.
Il y a eu tant de choses que je ne fais qu'effleurer le sujet
Nous avons parlé, il y a peu, du Wolverine de Peter David/ Sam Kieth mais Kieth a fait d’autres histoires, aussi déjantées, jamais compilées
 Ce qui m' a fait acheter ce titre, c'est le fait que je ne savais pas si le récit fondateur de Barry Smith serait compilé. A l’époque on ignorait qu'il le serait autant et qu'il aurait une telle influence
 
 
 Pareil pour ce joyau de Nocenti/Leonardi/Russell
 
 Il sera bien compilé plus tard, mais pas d'autres pages de Leonardi (encrées par Palmiotti)
 C'est dans les pages de MCP que nous avons eu l'intro du titre régulier de Wolverine, par Claremont/Buscema/Janson
 là encore il y eu compil plus tard, mais pas sur d'autres pages de Buscema seul
 Des grands noms, en début de désamour auprès des éditeurs, trouvaient encore un petit refuge dans cette anthologie moins exposée, comme Gene Colan, que ce soit encré par Williamson...
 ou Tom Palmer
 Je n'ai jamais accroché au travail de Paul Gulacy mais c'est au sein de MCP que ses fans durent, un temps, le rechercher
 John Byrne offrit le prélude à sa reprise de She Hulk en courtes séquences également
 MCP fut, enfin, l'occasion pour des auteurs débutants, de faire leurs preuves. C'est aussi pour compenser cette exposition qui intéressait peu les fans, que le titre utilisait tant Wolverine et autres Ghost Rider
Ici, le jeune...Jim Lee!
 Erik Larsen, pas ultra débutant et au style déjà reconnaissable
 Enfin, une ancienne gloire des chez Image/Cliffhanger (avant de partir dans le jeu video) qui, à ses débuts, copiait clairement Art Adams : Joe Madureria!
Il va sans dire que MCP était en couleur mais j'adore montrer du n et b