Rechercher dans ce blog

Chargement...

dimanche 30 novembre 2008

en cours d'encrage


Voir dessiner un artiste a quelque chose de magique. Et bien l'art de l'encrage m'attire tout autant. Pour les curieux de cette technique, cette photo vous montre un planche de World War Hulk par Romita Jr en cours d'encrage par Klaus Janson. La photocopie à côté est là pour permettre de vérifier, à tous les stades de l'encrage, si l'intention et le trait du dessinateur restent clairs (une planche en cours de finalisation à l'encre perdant parfois, temporairement, de sa clareté)
Pinceau...encre...talent !

samedi 29 novembre 2008

My name is Blade




Pour fêter le (quasi) bouclage de Scarce (pré maquette), je me suis fais un p'tit dessin de Blade pour le sujet mensuel sur Buzz (lien à droite) organisé par Laurent Sieurac (thématique ouverte à tous)
Crayon, encre et pinceau peinture rouge. Je ne suis pas dessinateur mais ce genre d'exercice est amusant

lundi 17 novembre 2008

Scarce 71 Teasing Couv


Le bouclage du prochain Scarce approche à grands pas (sortie toujours prévue pour janvier)

La couv est finie (par Mauricet)

Voici un tout petit bout de cette couv (si si, ce n'est vraiment qu'un petit bout :-)

samedi 15 novembre 2008

Le Paradis d'Arnaud Quere

Je ne connais pas Arnaud Quéré

Je passe en coup de vent sur le festival de Brignais (69) et je m’arrête prês d’un stand sur lequel un auteur, Arnaud Quéré donc, signe un petit livre d’une chouette maison d’édition, Les petits chats carrés, spécialisée dans les BD pour enfants sans paroles (qui me filles dévorent) Or celui de M Quéré, Le cochon qui criait au loup, j’ai dû le lire 100 fois à ma grande fille.



On discute quelques instants et je vois qu’il a fait un second petit livre comme le Cochon, Le Manchot, qu’il dédicace




Seconde surprise : il a signé, dans un autre style qui m’accroche le regard, Un air de Paradis (Editions Des ronds dans l’O) Une autobiographie sélective, sur des souvenirs d’enfances de ce Lyonnais trentenaire. Préface d’Edmond Baudoin s’il vous plait


Plus de 100 pages en noir et blanc, entièrement réalisées au feutre pinceau, sans crayonné, et le plus souvent sur place (la planche originale sous le bras, il embarque son feutre pinceau sur les lieux de son récit/ de son enfance). C’est une merveille. On replonge dans sa propre enfance, quelle soit proche ou pas de celle de l’auteur. Et quelle virtuosité au dessin. Emile Cohn (à Lyon) lui a donné ce sens du pinceau magique, et les Gobelins lui permirent de travailler dans un style cartoon différent mais aussi admirable

Un air de Paradis est sorti l’an dernier. Il se suffit à lui même, mais une « suite » des souvenirs est prévue pour janvier. Ne manquez pas ces livres rares
Je ne poste pas mes dédicaces (peu d’intérêt+ trop de dessins+je n’en demande plus depuis des années) mais voici une exception, pour montrer que cet auteur ne « triche pas » sur ses planche
Son travail « en live » sur dédicace



Et un exemple de planche


Je ne connais pas Arnaud Quéré. Mais il m’a touché
Le site de l’auteur
http://arnaudquere.club.fr/topic/index.html

jeudi 13 novembre 2008

Cap et Bat par K Janson

Deux dessins rares par Klaus Janson Deux techniques proches à 17 ans d'intervalle.
Le Captain America a été fait en 1990 pour Scarce. En plus de l'utilisation du Zip a Tone (trame découpée et collée sur le dessin) sur le bouclier, il a fait un fond a coups de pinceau rageurs réhaussés de gouache blanche
Vous ne verrez le Batman, a priori, nulle part ailleurs car il s'agit d'un dessin fait pour une oeuvre de charité. Pour le fond, même principe de coups de pinceau à l'encre de chine, mais beaucoup plus contrôlés, "serrés" et réhaussés cette fois de coups de cutter.
J'ai rarement vu un aussi beau portrait du Batman



mercredi 12 novembre 2008

La Lulu de DAVODEAU



Etienne DAVODEAU est un auteur qui sort de l’ordinaire.
Je me considère comme quelqu’un d’assez ouvert, côté BD, et aux goûts variés, comme ce blog, je l’espère, en atteste.
En matière de « Franco Belgerie » je me régale autant devant le côté « grand écran » à la Zorro du Scorpion de Marini et Desberg, ou le Ben Hur de Mitton, que face au coup de point dans la figure que peut nous asséner Tardi avec son génial Putain de Guerre chez Casterman.
Mais très rares sont les auteurs dont j’achète TOUS les livres sans même les feuilleter en librairie. Il y a Larcenet, Rabaté, Chabouté (depuis peu), Pedrosa (depuis 3 Ombres qui m’a bouleversé) et...Etienne Davodeau.
Tous ses livres sont intéressants, à un niveau ou un autre, selon la sensibilité du lecteur. Il s’agit, à mon sens, plus d’un écrivain qui dessine que d’un dessinateur qui scénarise.
On sent, comme chez le maître Will Eisner, une parfaite symbiose entre Davodeau scénariste et Davodeau dessinateur. C’est, tout simplement, un « raconteur » au sens noble du terme.
Les mauvaises gens m’avait beaucoup plu, Rural m’avait emballé (les 2 sont chez Delcourt) et son appropriation de l’histoire de Kris sur Un homme est mort était éblouissante.
Il franchi, pour moi en tout cas, un cap avec son dernier livre : Lulu Femme Nue (chez Futuro) C’est un retour à plus de fiction, mais en conservant cet « œil social » qui lui est propre.
Lulu est une quarantenaire qui, après une énième déconvenue professionnelle, lâche (provisoirement ?) mari et enfants pour se perdre (ou se retrouver) quelques jours. Je n’en dirai pas plus (et je suis très mauvais pour parler des histoires).
Je suis un homme de 35 ans plutôt bien dans sa vie. J'ai donc, sur le papier, peu de points communs avec Lulu :- ) Et pourtant l’identification a pris, et impossible de lâcher ce livre avant la fin. J’ai maudit, deux secondes, l’auteur pour nous imposer une attente et n’avoir la fin de l’histoire que dans un autre volume (en cours de réalisation).
Ce livre est magnifique. Etienne Davodeau fait preuve de finesse, de sensibilité, avec une palette d'émotions aussi large que celles des splendides couleurs. Le tout avec une lisibilité parfaite et une narration aussi complexe en théorie que simple en pratique.

Assez parlé, voici quelques images. Ce blog étant plutôt « axé technique », vous verrez ici une case couleur, un crayonné et, surtout, une comparaison crayon/encre. Davodeau écrit avec son crayon, son dessin est donc « lâché », rapide, instinctif, avec un encrage « ligne claire » à l’avenant. Le noir et blanc est toujours d’une efficacité redoutable. Le dessin n’est pas « beau » il est juste. Mais lorsqu’il ajoute de la couleur, comme sur cette histoire, le niveau monte encore d’un cran (les paysages sont à tomber)
Précipitez vous sur Lulu, je doute que vous soyez déçu
Ces illu sont tirées d’un blog créé par l’auteur pour tenir le lecteur informé de l’évolution du tome 2. (http://lulufemmenue.blogspot.com/)
Elles sont reproduites ici avec son aimable (et appréciée) autorisation












Enfin, voici un scan de planche du tome 1, qui atteste, mieux que mes mots, de la qualité du travail de cet auteur complet.











lundi 10 novembre 2008

Le char de MITTON


Après Ciro Tota c'est au tour du deuxième "père des sup'héros Français " (de l'époque de Lug) d'être à l'honneur ici.
La page du format kiosque est tournée depuis des années, et jean Yves MITTON fait aujourd'hui partie de notre histoire de la Bande dessinée (cartonnée) classique.
Le magazine bimestriel gratuit ZOO, dans son numéro de Novembre, qui sort dans quelques jours, (et en ligne ici http://www.zoolemag.com/pdfs/ZOO16_Web.pdf )
publie une interview que JY Mitton a bien voulu m'accorder à l'occasion de la sortie chez DELCOURT du tome 1 de son adaptation du Ben Hur (adapté du livre, pas du film -cf l'interview)
Malheureusement Zoo n'a pas passé les documents envoyés spécialement par l'auteur et qui mettent en avant sa technique très particulière : une planche de rough au feutre pour placer les perso (papier machine format A3), puis aucune autre étape avant la planche finale à l'encre. Je mets donc ces documents ici, en remerciant une nouvelle fois Monsieur Mitton pour sa disponibilité et sa gentillesse.
Vous avez donc tout le processus de création de trois planches du tome 1 : Le rough, suivi de l'encrage. Difficile de se dire qu'il encre directement au pinceau, à la table lumineuse, uniquement à partir de cette simple mise en place au feutre (surtout quand on voit les "visages" du rough de la troisième planche), et pourtant... (47 ans de carrière expliquant peut être en partie cela) Le talent est évident










La seule planche publiée dans ZOO : un rough pour une page du tome deux qui paraitra en principe en mars 2009

jeudi 6 novembre 2008

Obama

Le très grand Mignola avait fait ce dessin, avant les élections, pour soutenir un certain candidat. Visiblement ca a marché.
Tant mieux!