Rechercher dans ce blog

lundi 16 octobre 2017

Après l'homme sans peur...celui en fer

 Je pensais attaquer la phase de finalisation des textes puis de la mise en page définitive de mon "JRjr Storyteller" et puis non, je décale encore un peu. Cette fois ce n'est pas à cause de Daredevil, mais du second run le plus important, pour moi, de Romita jr : son passage, le 2nd, sur Iron Man, sur scénar de Byrne publié juste après DD. Un peu moins de pages que sur DD, une dizaine, mais ces crayonnés sont tout bonnement introuvables donc en avoir quelques uns ne se refuse pas
Maintenant j'ai un souci de pagination (bien trop de pages, va falloir trancher) 
Une case que j'ai toujours apprécié
Bonus : une case en crayonné/encrage/couleur (faudra que je scanne l'encrage-Wiacek- à l'occasion, là c'est une mauvaise photo)
 
 

18 commentaires:

Lionel Garcia a dit…

Presque son chant du cygne, à mes yeux, si l'on ne tient pas compte de la mini sur Daredevil. Les erreurs de proportions ne sont pas encore là. La finesse du trait est toujours présente... Le mandarin n'a plus jamais été aussi majesteux.

Je rêve d'une édition noir et blanc sur ce run!

Philippe Cordier a dit…

probabilité de réal de ton rêve, je dirais...0,1% :)

Il faudra te contacter de 10 pages de crayonnés

Quant au chant du cygne je ne peux pas suivre; certes avec DD c'est un run éblouissant mais objectivement il y a toujours eu des "erreurs de proportions" et pas forcément plus ensuite qu'avant Il y a eu des hauts et des bas mais la grande particularité de ce run Iron man est qu'il a été totalement libre du découpage

Laurent Sieurac a dit…

Je crois que c'est ça, JB lui a écrit une histoire sur mesure "bigger than life" avec une totale liberté de découpage qu'il fait que, même si à la relecture, c'est uand même mince niveau scénario, niveau narratif c'est une grosse baffe avec un WIACEK méconnaissable qui rend peut-être le meilleur travail d'encrage, à mes yeux, sur Junior. Je sais, comme tu l'as dit ici, que Williamson y a également participé, mais je trouve que sur ce run l'alchimie est est extraordinaire...et pour couronné le tout, la couleur informatique n'est pas encore là pour saloper leur combo ! ;)

RDB a dit…

Je connais mal son run sur Iron Man (celui écrit par Byrne), mais pour ce que j'en ai vu, l'encrage de Wiacek est effectivement magnifique. Il évoque Williamson sans pâlir de la comparaison (ce qui n'est pas rien).

Je crois que, depuis, c'est ce qui me manque le plus chez JR Jr. Je n'ai rien contre son évolution graphique (de plus en plus orientée vers Kirby, disons, pour résumer, même si c'est évidemment moins simple car il ne copie pas le "king"), il a produit des pages que j'adore ("Eternals" notamment).

Mais, sans être aussi sévère que j'ai pu l'être à une époque avec Janson et Palmer (ou d'autres encreurs ponctuels) qu'il a eus depuis, je préfère Romita Jr dans les mains de gens comme Williamson et Wiacek, un rendu fin, qui souligne davantage la souplesse et l'énergie de son trait, que quelque chose qui me paraît plus épais ou plus détaillé.

En fait, je dirais que Romita Jr bien encré prouve qu'il est non seulement un excellent dessinateur/storyteller mais aussi capable de produire du beau dessin. Sinon, il est efficace, plus ou moins inspiré, enclin à faire des efforts, à sortir de sa zone de confort (justement cette énergie impressionnante qui se libère au détriment du découpage, de l'expressivité, etc).

S'il n'était pas déjà bien occupé par Immonen, j'adorerai voir Von Grawbadger (que je considère comme le meilleur encreur de la profession) encrer JR Jr : il embellirait certainement considérablement son dessin tout en le rattrapant quand il peine dans les côtes. Mark Farmer aussi, habitué à la rondeur de Alan Davis, serait intéressant à tester avec Romita Jr.

Philippe Cordier a dit…

Oui le lien avec Williamson est là, et c'est bien la première fois, pour cet encreur; Je ne connais qu'une planche de Ion Man encrée par Williamson, mais j'en ai vu de Wiacek, encadrant celle de Williamson, qui ont une sensibilité proche en effet
Quant à la combo avec Von Grawbadger, je serais bien curieux et intéressé car il est versatile; Pas pour farmer qui a un encrage trop rond selon moi pour JRjr (il a encré une pin up de Thor et tentait, excice voué à l'échec, à pousser le trait vers du Alan Davis)

Laurent la couleur informétique ne salopait certes pas mais le coloriste "manuel" baclait quand même un bon gros paquet de pages

Lionel Garcia a dit…

J'ai -peut être- un peu exagéré en parlant de chant du cygne. Surement, parce que je pense que, même si j'ai beaucoup aimé des réalisations ultérieures de Romita Jr, les scénarios sur lesquels, il a travaillé ne m'ont vraiment pas -pour la majorité- transporté.

Et il est vrai que son travail sur Eternals est plus que plaisant mais j'ai détesté ce que Gaiman a fait des personnages de Kirby. Par contre, je trouve que le scénario de Giffen ,sauf erreur, sur Thorion est beaucoup plus respectueux. Et du coup, cette qualité dessin-scénario me rend ce récit extrêmement plaisant.

Le scénario léger de son run sur Iron Man vient peut être du fait que Byrne n'a pas pu aller jusqu'au bout de son histoire, non?

Philippe Cordier a dit…

Non non il était bien léger à la base le scénar :) Il a juste fini peut êtyer un poil plus vite que prévu, mais je crois que Byrne a seulement laissé son dessinateur complètement libre de gérer le tempo, le découpage, les actions...donc ca peut sembler trainer en longueur mais des séquences sont hallucinantes, dont celle que je montrerai et dont la case crayonnée avec tête de fer ci dessus est tirée

Pour les boulots ultérieurs moi je n'ai pas aimé du tout Eternal, scenar, dessin et encrage; pour une fois...

Lionel Garcia a dit…

Quand je parlais de scénario inabouti, je faisais allusion au fait que -par exemple- Byrne n'a à aucun moment développé l'identité de Dewit, si je ne me trompe pas de nom. J'ai toujours eu le sentiment qu'il pensait que Romita Jr resterait plus longtemps sur le titre.

Je n'ai jamais trouvé que l'histoire traînait en longueur. Je trouvais plutôt que Romita Jr jouait sur une narration de l'émotion à l'image des mangas. Il traduisait en séquences chaque action et son impact. Il utilisait une narration de l'"immersion" pour impliquer le lecteur. Il prenait le temps de développer les scènes jusqu'à leurs "explosions". Et c'est ce tempo, peut être trop lent, qui donnait à la fois un sentiment de longueur mais qui conférait aux scènes toute leur intensité.

Philippe Cordier a dit…

Pour moi les séquences étaient parfaites, le tempo était top mais c'est la fin qui fut précipitée, et je pense en effet que c'est probablement du au départ un peu rapide du dessinateur (à cause de man Without Fear si ma mémoire est bonne)Du coup on prend son temps et la fin arrive un peu comme un cheveu sur la soupe
Ca reste, en lecture complète, du bon gros blockbuster années 90

Vinc a dit…

Je n'ai pas envie de donner une "date de péremption" à Jr, je trouve qu'il y a toujours du bon à prendre chez lui.
Je m'étonne juste du peu de considération porté à son long run sur Thor !! Avec un encrage aux petits oignons !
J'ajouterai (pour me faire des amis) que Williamson fut son meilleur encreur mais qu'il l'a desservie dans "The man without fear" pour lequel il avait fait de superbe crayonnés qui furent encrés comme de banales périodiques…
Bon, je m'écarte du sujet je sais.

RDB a dit…

Pour en revenir aux "Eternals" de Gaiman et Romita Jr, j'aime beaucoup le résultat parce que Gaiman donne du biscuit à Romita. C'est épique, grandiose, "hénaurme", et en même temps, il y a une sorte de poésie cruelle (avec le perso de Sprite, le sort qui l'attend), que l'artiste réussit parfaitement à traduire.
Je suis, en outre, sensible à ce thème "gaimanien" selon lequel les dieux existent tant qu'on croit en eux. Je ne suis pas religieux ni même croyant, mais d'un point de vue scénaristique, dramatique, c'est passionnant à manier, et c'est une métaphore épatante du rapport qu'entretient le lecteur avec les personnages de fiction (là encore, ils continuent d'exister, même quand ils n'apparaissent plus beaucoup ou du tout dans des publications, tant qu'on se souvient et qu'on croit en eux).

Un des clichés qui colle à JR Jr me semble être que c'est (devenu ?) un dessinateur bourrin, puissant mais peu subtil. Hors il n'est jamais meilleur qu'avec des histoires où il peut effectivement exprimer visuellement de la puissance, du grandiloquent même (son inspiration Kirby en fait) mais avec des pauses narratives plus sensibles, délicates.
Pourquoi son DD est-il si mémorable ? A cause de cela, cette combinaison de moments dingues, dévastateurs, intenses, et de vulnérabilité, de fragilité.
Et je pousserai le truc jusqu'à dire que ça se ressent dans son dessin : quand le scénariste ne lui donne que du "in your face", il se contente de dérouler. Mais lorsqu'il doit sortir de sa zone de confort (hélas ! de plus en plus rarement - même si ses projets en creator-owned, toujours reportés, semblent indiquer une direction plus subtile, presque intimistes), je pense qu'il peut encore étonner.

J'espère, à défaut des creator-owned sans cesse ajournés, que son "Superman" avec Miller va lui permettre de disposer d'un scénar plus fin (il faudra donc que Miller fasse aussi cet effort, c'est aléatoire mais pas impossible). Rêvons un peu et imaginons que les retrouvailles inspirent à l'un comme à l'autre quelque chose d'aussi mémorable que "Man without fear" : Miller serait pardonné après des années d'errance, et Romita en mesure de prouver qu'il vaut mieux que ce que lui filent Geoff Johns ou Scott Snyder.

Philippe Cordier a dit…

Vinz sur quoi te bases tu pour comparer l'encrage de Williamson aux crayonnés, sur MwF? C'est unen question sans provoc, juste parce que je n'en ai jamais vu (à part 2 cases non retenues) Si tu en as je suis intéressé, grandement même
Pour moi son encrage est aussi bon que sur la série régulière et ne justifiait pas d'une approche changée en tout cas
Quant à son run sur Thor moi je l'ai aimé; Pas fana du perso, ni de Jurgens, mais le scenar faisait la part belle à la puissance Kirbyenne
A ce sujet RDB je te rejoins sur sa zone de confort/la puissance, mais la narration calme, avec scènes du quotidien dans la ville...en fait également partie; C'est même là qu'il se plait le plus
La sortie réelle de sa zone de confort est plus dans l'émotion des perso et là je reconnais qu'il a encore peu eu l'occasion de briller

Vinc a dit…

J'ai vu quelques reproductions de crayonnés au comic shop Déesse.
J'aimais déjà Jr à l'époque mais j'ai découvert une autre de ses facettes à ce moment là. Les quelques planches que j'ai pu voir avait un degré de finition inhabituel. Lui-même parlait de son investissement hors-norme sur ce projet et se plaignait de manquer cruellement de temps pour s'y mettre pleinement (dixit un des vendeurs. On est pas loin du portfolio réalisé pour eux).
Les quelques planches que j'ai pu voir étaient juste extraordinaires, mais a-t'il eu le même niveau de finition sur l'ensemble, je l'ignore. J'ai vu ces reproductions 2 ans au moins avant leurs parutions il me semble et j'ai été très déçu par le rendu final qui n'était pas à la hauteur initiale des crayonnés. Je n'ai jamais vraiment compris pourquoi Williamson n'avait pas adapté son encrage. Un niveau de finition proche de son Empire Strikes back aurait été nécessaire et nous aurait livré le meilleur Jr ever. Sur ce coup, il ne fallait pas être aussi bon (c'est le cas), mais être le meilleur.
J'espérais un peu que tu avais ces reproductions et que j'allais pouvoir les retrouver dans ton ouvrage à venir. Peut-être à creuser du côté de l'auteur lui-même. Ça vaudrait vraiment le coup car c'est vraiment un must.

Philippe Cordier a dit…

J’espérais aussi :)
Tu te doutes bien que j'ai aussi tenté par son biais au John jr. Si un jour je les ai, ce que j’espère, ce sera bien après la parution de mon bouquin et ca justifiera alors amplement un volume 2 ;)
A en juger par les deux seules cases que je connais oui le niveau de finition serait alors au dessus de celui de la majorité de ses DD (pas du début du run, mais de la seconde partie)

Vinc a dit…

Je ne savais pas qu'il y avait une différence de finition entre le début et la fin du run.
J'espère que tu vas nous récupérer du MWF… je réserve d'ors et déjà ton tome 2 ;)

Philippe Cordier a dit…

sur le début c'est du déclaratif (il était trop content de pouvoir enfin finir des crayonnés) mais j'espère en avoir à montrer. Dès le milieu du run il lâche un peu, sachant que Williamson connait ses intentions

jimmyraker a dit…

Je me souviens de cette histoire ... C'est la seconde guerre des armures ! Un type a implanté une puce dans la moelle épinière de stark l'empêchant de bouger ! Tony ne pouvait bouger qu'en portant son armure

Philippe Cordier a dit…

l'idée amena des scènes d'action un peu "old school" mais d'une efficacité impressionnante