Rechercher dans ce blog

mercredi 26 avril 2017

Baker vs Sinnott

 Exercice passionnant (que j'avais peut être déjà évoqué) démontrant au plus haut point l'intérêt d'un encreur, et du choix de ce dernier
En 1985, John Byrne scénarise et dessine l'annual des FF,  et son ami Roger Stern scénarise celui des Avengers, que Byrne dessine également
Sur quelques pages le crossover est poussé à l’extrême puisque les même crayonnés sont utilisés pour les 2 comics, mais encrés par le titulaire de chaque numéro, à savoir Kyle Baker pour Avengers et le vétéran Joe Sinnott pour les FF. Quel rendu différent pour un même crayonné!!! 
Sinnott donne une golden/classic touch, de son pinceau magique, là où Baker, dans la veine d'un Klaus Janson, joue d'un mélange fin/épais, plume/pinceau plus moderne
Vintage contre moderne (pour l'époque)! J'étais à l'époque bien plus sensible à Baker, mais avec le temps, et l'âge, la patine du meilleur encreur de Kirby me parle bien aussi


11 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

Idem !

Parfois même, Sinnott trouve des astuces que Baker n'a pas trouvé. Exemple dans les cases 1 et 2 de l'avant dernière-page où Miss Hulk est entourée d'une zone blanche qui préfigure, telle une vitre, le champs de force contre lequel Starfox va buter : On n'y fait d'abord pas gaffe, puis en comprenant ce qui se passe ensuite, on relit le tout avec plus de clarté.

Car c'est aussi ça un encreur : rendre compréhensible, "verrouiller la narration" par tout ce qui est en ses moyens : placements d'ombres, expressions, insistance sur certaines zones de la case pour le dégager, etc.

Dernier point : la couleur aussi est différente ! Amusant de regarder les sensations différentes créées par une palette pourtant pas très différente de l'un à l'autre.

Philippe Cordier a dit…

bien vu le coup du détourage de Miss Hulk, je l'avais raté

Duphot a dit…

Celui de droite me semble bien meilleur à tous point de vue !

franck a dit…

Je n'y connais rien techniquement mais perso, y'a pas photo visuellement pour moi : ceux de droite aussi

Philippe Cordier a dit…

j'aimais vraiment mieux Baker (à gauche donc)à l'époque, car plus moderne, mais techniquement c'est clair que Sinnott est le roi
Cela dit je garde une préférence pour Baker pour des détails comme la tête de Cap que je trouve nettement mieux par Baker que Sinnott (dernière page case 1)

OmacSpyder a dit…

Je découvre ce parallèle entre ces numéros des FF et Avengers de Byrne, et je trouve très éclairant cet exercice de comparaison!
Avec une base de dessin tel que Byrne, cette mise en parallèle permet d'apprécier véritablement l'apport de l'encreur au dessin final. La première vignette avec les visages montre cet effet de façon saisissante.
Merci pour cette chronique qui va à l'essentiel avec cette revue aux rayons X...

Lionel Garcia a dit…

Voir les crayonnés de Byrne auraient été également intéressant. Ce qui me frappe le plus, ce sont les différences de traitement que Baker fait sur les visages de certains personnages (Miss Hulk, Mr Fantastic...).

Des variations infimes sur les expressions mais qui modifient la perception que l'on a des personnages. Ses rajouts d'ombre participent également à créer une ambiance plus oppressante.

Mais je préfère quand même le travail de Sinnott. Je trouve que son encrage donne une assise, une force "élégante" aux dessins de Byrne. Encore bravo pour ces trouvailles...

Lionel Garcia a dit…

... aurait été... Vivement des vacances.

Philippe Cordier a dit…

Oui les ambiances sont bien différentes et le maitre mot pour Sinnott est bien élégance

Alors Kevin Smith, les encreurs sont des traceurs???

Francis a dit…


Cela ne va pas participer à renforcer le peu d'estime que je peut avoir pour lui en tant que scénariste et cinéaste.
De mémoire, Baker avait également encré un des épisodes de l'arc de Spidey par Nocenti (celui qui se déroule dans un asile).

Philippe Cordier a dit…

Oui je crois, et du bon Silvestri sur Spidey

Il avait, en tant qu'encreur, une approche intéressante, proche de celle de Janson, puis il a évolué en tant qu'auteur complet, pas inintéressant du tout