Rechercher dans ce blog

Chargement...

lundi 13 janvier 2014

Bouncer


Fan de François Boucq depuis assez peu de temps, j’aimais bien sa prod’ déliro-absurde (Moucherot…) mais je le connaissais peu sous son aspect réaliste, ayant surtout lu dans ce domaine le  Janitor (avec un scénar qui ne me parle pas). Lacune comblée car je viens de me lire presque d’une traite les 9 Bouncer
D'une manière générale je n’apprécie pas le travail de Jodorowsky (intéressant à écouter au demeurant). Je n’aime rien de ce que j’ai lu de lui. J’y vais donc à reculons. Mais c’était sans compter sur l’extrême implication du dessinateur dans cette histoire (surtout sur les derniers tomes pour cause d’indisponibilité du scénariste pris par son film). Si je retrouve plein de choses qui m’agacent toujours chez le scénariste comme les difformités appuyées, les perversions sexuelles et autres jeux faciles sur les liens du sang (« oh mais c’est ta cousine avec qui tu couches, ah mais je suis sa sœur jumelle, le méchant est mon demi frère… ») Boucq apporte un équilibre, une « normalité » qui me rendent le Jodo abordable. Ca, plus le fait qu’il joue sur des codes classiques du genre, en les détournant parfois habilement. 
Bref un très agréable moment de lecture, mais je n’en parle ici que pour dire tout le bien que je pense du dessin. Respect des codes popularisés "post-Jijé" par Maître Giraud, souplesse du pinceau, narration fluide au possible, mouvement…tout est maitrisé et beau. Tout parait simple (et dire qu’il ne met « que » 6 mois par album, en alternant les styles). 
La couleur n’est pas toujours au sommet (c’est évident quand on lit le 4 en n et b par exemple) mais c’est mieux sur les derniers (sur lesquels il intervient avec son neveu)
Voici des pages en n et b

un morceau de page
une illu
et deux cases inédites dont je ne me souviens plus de la source (sur le net)
 
Un dessinateur/encreur excellent
 Et comme d'habitude, de fort jolies choses à voir sur le (tout jeune) blog dédié au travail de Ciro Tota,

PS 2 : l'entrée sur le lettrage (de vendredi, juste ci dessous) s'est vue améliorée (dans les commentaires) par l'auteur de l'illu initiale, Bruno Duhamel, n'hésitez pas à aller lire ça

8 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

Idem : Je suis hermétique à l'ésotérisme shamanique Jodo. Comme tous ceux qui n'y comprennent rien, sans doute.

Le Western, c'est des décors naturels de fous en Cinémascope. François Boucq l'a parfaitement compris. Sa marque, c'est de faire au moins un plan qui prendra toute la largeur de la page, et ce (à de très rares exceptions) à chaque page (vérifiez !).

Philippe Cordier a dit…

je vérifierai sur chaque album :-)

aucun lien mais que ceux que ca intéresse n’hésite pas à aller sur l'entrée de vendredi, juste sous celle ci car Mister Duhamel s'est fendu d'une réponse/commentaire fort intéressante

Laurent Sieurac a dit…

Perso j'ai découvert BOucq avec d'un côté les dents du recoin et de l'autre ces adaptations de Charyn. Vraiment deux aspects complètement différent du bonhomme et c'est à chaque fois un régal.

Graphiquement il se dégage une facilité et une aisance comme on en voit que rarement!!!

Laurent Sieurac a dit…

...Et sinon les cases inédites sont en fait extraites du turbomédia qui avait été fait pour faire la promo de l'album. Master&Geoffo ont quelque chose à voir dans cela il me semble ;)

Philippe Cordier a dit…

merci du tuyau Jolies images en tout cas

plumoc a dit…

François Boucq c'est du très lourd.Un des très grands qui garde le niveau et même qui s'améliore encore.Il a élagué sa caricature pour le meilleur et fait évoluer sa narration vers plus de modernité.

On peut le situer à mi chemin entre Jean Giraud et Hermann.Sans qu'il ne leurs cède en rien.excusez du peu.

Se perdre dans ses dessins (surtout en noir et blanc) est toujours un grand moment.

Philippe Cordier a dit…

élagué la caricature, ou c'est ça, et c'est probablement ce qui m'a fait passé de "curieux" à "admirateur"

Vinc a dit…

C'est marrant, mais en regardant les 4 premiers Bouncer (en fait, ceux que je possède !!), je trouve qu'autant les 2 premiers sont très poussés, les 3 et 4 sont plus "jetés". Je ne sais pas comment sont les autres, mais c'est pour ça que j'avais arrêté de lire cette série.
Niveau scénario, je dois d'ailleurs dire que c'est la seule fois où j'ai vraiment accroché à l'esprit Jodo. Je le trouve adapté aux grands espaces du far west et à l'esprit chamanique qui s'en dégage.