Rechercher dans ce blog

lundi 17 juillet 2017

Klaus Byrne

 J'ai déjà eu l'occasion de dire tout le bien que je pensais de ce run sous estimé, de Wolverine, par Goodwin/Byrne/Janson
La couv ci dessous révèle une suprise intérieure : cette page donne les crédits : 100% Byrne! Vraiment?
 En effet, Janson n'encre pas ce dernier numéro. Mais peu de gens l'ont perçu. Et pourtant, à y regarder d'un peu plus près c'est une évidence
Pour rappel, Byrne ne faisait que des découpages, de ce type, frustrant ainsi beaucoup de ses fans hardcore surpris par l'encrage final
 Les crédits donnaient pourtant bien les rôles exacts
 Janson s'amusait de ses tics principaux : de l'encrage fin à la plume, relevé par endroits au pinceau

 Détaillez, pour le plaisir, les zones fines et les zones épaisses. Plume/pinceau
 Byrne, pour ce numéro spécial sans son encreur/finisseur, a cherché à volontairement rester dans le style de Janson. Il a dit avoir utilisé la plume pour garder le rendu final. Erreur! Il a oublié le pinceau "Jansonien"qui vient relever des zones choisies
Regardez bien les planches qui suivent : que du trait fin, uniforme, sans jeu d'épaisseur d'aucune sorte (les aplats de noir ne comptent pas, c'est du remplissage, je ne parle pas de ça)
 De plus il confond "traitement rapide des arrières plans à la plume" avec "faisons des dizaines de petits traits inutiles"
Et incidemment il n'y a plus de profondeur, de plans distincts
 Seule la case 2 de la planche ci dessous à un tout petit peu de jeu d'épaisseur de traits
 Celle ci est sombre, et peut donc faire plus facilement illusion. Mais que cela ne vous égare pas, l'approche reste assez maladroite, dans son intention de mimétisme : il n'y a quasi que du trait fin uniforme. 
Nosu avons donc un run qui, en apparence, se tient graphiquement, mais avec un ultime épisode à rapprocher d'une mauvaise imitation. Les fans purs et durs de Janson (moi?) furent un peu déçus par cette approche maladroite. Les fans purs et durs de Byrne purent également être déçus par cet encrage impersonnel, alors que Byrne sait très bien s'encrer lui même
Une bonne intention, qui tourne court

7 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

Je vois le titre, apperçois quelques planches, et je me dis que j'ai sûrement déjà tout lu dessus (la case encrée par Williamson, puis l'arrivée de Klaus sur le run, etc.

Et puis je lis.

Avoir toujours quelque chose de neuf et pertinent à dire sur (au final) si peu d'auteurs et d'histoires emblématiques... ça force indéniablement le respect.

Chapeau !

jimmyraker a dit…

en même temps john Byrne est un mauvais encreur ... Il suffit de voir ses she hulk pour savoir qu'il est meilleur dessinateur

Philippe Cordier a dit…

merci Laurent, je ne suis pas mécontent de mon angle

Je ne partage pas ton avis Jimmyraker; Techniquement il a eu des encreurs bien meilleurs que lui, certes, mais il a une approche de l'encrage, ou plutôt il avait, que je trouve...sexy comme dirait Eisner. Il peut se planter (Wonder Woman), il a eu des débuts d'encreur pas simples (sur FF) mais quand il veut il a un trait d'encre qui me plait beaucoup (des Namor, certains next Men, Omac, des Spidey...)
J'ai souvenir, ado d'avoir acheté des comics qu'il dessinait, et que je ne suivais pas, quand il s'encrait (un épisodes des avengers ou west coast je crois)
Sa première couv de Wolverine doit autant à son dessin qu'à son encrage par exemple
Il y a allait au feeling et quand ca ne cassait pas ça passait haut la main

jimmyraker a dit…

et pourtant il y a eu pire comme ses she hulk ou le comics babe ou pire Spider-Man year 1

Philippe Cordier a dit…

Je ne trouve pas sur she hulk.
Sur babe je ne me souviens pas mais sur year one le dessin était pire que l encrage

OmacSpyder a dit…

Un regard acéré sur cet exotique épisode : c'est après tout l'histoire d'une super héroïne débutante qui commet des erreurs d'appréciation et épaulé par un Wolverine baroudeur.
Dans ton analyse, l'association fonctionne de façon approximative, l'un ne rattrapant pas les erreurs de l'autre en dépit des bonnes intentions. Dans l'histoire, les chemins se séparent, la jeune idéaliste devant suivre sa voie eu le vieux baroudeur la sienne.
Quand la forme rejoint le fond...(à défaut de le toucher, j'aime bien cet épisode particulier)

Philippe Cordier a dit…

j'aime bien cette vision des choses