Rechercher dans ce blog

lundi 18 juin 2018

Les petites croix de Mignola

 Cette adaptation du Dracula de Coppola, par Mike Mignola est un petit miracle. Tout simplement parce que 95% des adaptations de films en BD sont des naufrages artistiques. Pas celle ci. Mignola garde son style, alors en pleine maturation (et bientôt au sommet)  et tord juste un peu des visages pour un minimum de ressemblance avec les acteurs, mais pas de copie conforme, loin de là.
C'est une BD de Mignola qui se trouve être aussi une (bonne) adaptation.
Roy Thomas, habitué des adaptations (cf Conan) fait une bonne version du film, et le coloriste Mark Chiarello était alors l'un des meilleurs.
 Probablement pour gagner un peu de temps, Mignola ne s'encre pas, mais il pousse son crayonné au maximum et John Nyberg l'encre pratiquement comme si Mignola s'encrait lui même.
Au passage notez la mini ressemblance à K. Reeves et A. Hopkins
 C'est maintenant que rentrent en jeu les petites croix du titre de cette entrée: Mignola, comme presque tous les dessinateurs de l'époque, indique à l'encreur les zones qu'il souhaite voir en noir plein, en mettant des croix. Mais alors quel paquet de croix!!!! Avait-il peur que Nyberg n'oublie des zones?!
Longtemps, je n'ai connu que cette planche ci de Dracula, avant encrage. Tirée d'un vieux mag us, que je vous scanne
 Grace à Michel Monteillet en voici une autre
 dont je vous mets aussi l'encrage
A suivre, très vite

16 commentaires:

Anonyme a dit…

J'avais entendu des échos d'une ressortie en VF (chez Delcourt ?), je croise les doigts pour que ça se fasse.

Philippe Cordier a dit…

et alors en noir et blanc je sauterais dessus
En couleur peut être cela dit, je n'ai que les singles

Laurent Lefeuvre a dit…

J'ai le TPB de Topps.

Meilleure qualité que la VF (USA Comics) qui m'aura tant fait baver à 16 ans, à la sortie du film, mais dont la colle du pelliculage était diluée (comme sur tous les albums USA Comics de cette époque).

Le rôle si fort de la couleur fait que je le préfère en couleur, mais je compléterai néanmoins volontiers aussi en NB, car je suis, comme toi, incurable.

Les croix, ça sert aussi à ne pas empêcher l'encre de rentrer dans le papier.

La graphite des crayons opère comme une couche d'argile au sol qui empêche l'encre de pénétrer le papier et donc de sécher.

Du coup, un coup de gomme sur de l'encre posée sur graphite, et c'est la cata assurée.

Mais ce qui continue à me surprendre, c'est que Mignola arrive à composer ses pages, à déterminer les contours des zones noires, en ayant à l'aveugle, conscience du rendu final.
De plus, il accepte aussi en n'encrant pas lui-même, la frustration de ne pas aboutir son geste. Comme un peintre qui indiquerait à un autre, comment donner la sensualité dans l'accomplissement de son tableau.

Ces petites croix si nombreuses... comme le repentir involontaire du papa qui rechignerait à abandonner totalement le bébé?

Mais qu'il est bon !

Philippe Cordier a dit…

oui c'est très surprenant en effet, de savoir à l'avance ce que donnera la page, au point de ne pas mettre de noirs

par contre je "sèche" sur ton explication : tu dis que ça (les croix au crayon) permet de ne pas empêcher l'encre de rentrer, donc ca facilite le fait qu’elle rentre, puis tu indiques que cette couche de graphite (donc les croix) empêche l'encre de pénétrer!? Sauf si tu veux dire que de ne faire QUE des croix, au lieu d'un gros aplat au crayon, permet de moins gêner cette absorption. C'est ça je pense, mais alors ca n'explique pas pourquoi il en fait tant de ces croix(2 ou 3 par zone suffiraien)

Laurent Lefeuvre a dit…

C'est ma dernière phrase, Phil.

Il sait qu'il ne faut pas couvrir de crayon (perte de temps + problème avec l'encre), mais en faire plein, c'est pour être sûr que l'encreur ne va pas s'amuser à inventer des reflets (réserves blanches, donc).

Mais cette accumulation de croix, comme les tirs groupés de fléchettes au centre d'une cible, ça forme une sorte de gris optique à l'œil. C'est ce qui me fait dire qu'il lâche peut-être à regret son crayonné, en esquissant un début de remplissage avec ces croix.

Comment savoir ?

Il faudrait lui demander, et risquer de passer pour des cinglés.

Demande à Thierry Martin : Ils sont copains Facebook ! =;o)

Philippe Cordier a dit…

ah mais oui, belle analyse!

'tain c'est vrai que Mike M a demandé Thierry M en ami!!!!

Laurent Lefeuvre a dit…

Je l'ai charrié ce week-end avec ça.

Pure jalousie, évidemment.

Thierry Martin a dit…

Il met des petites croix parc que c'est plus facile à faire que des ronds, c'est pourtant évident.

Philippe Cordier a dit…

j'hésite...serait ce le fait de trop dessiner, ou de trop aller en Guyane, ou de discuter avec Laurent... mais Thierry semble...abimé

Laurent Lefeuvre a dit…

La voix de la sagesse.

Laurent Lefeuvre a dit…

(je parle du commentaire de Thierry, évidemment.
Le tien, Philippe, n'est que poison).

Philippe Cordier a dit…

ce copinage excessif ne t'apportera rien de bon Laurent

Thierry Martin a dit…

Merci Laurent, je me demande pourquoi on perd notre temps à discuter avec quelqu'un qui ne pratique ou très mal le langage premier qu'est le dessin.

Philippe Cordier a dit…

plus primaire que premier :)

Laurent Sieurac a dit…

Concernant le travail à l'aveugle sans les aplats de noir perso j'aimerais bien voir son board/ses prélim etc bref, voir l'étape précédente où là, à n'en pas douter, les aplats sont présents.

Philippe Cordier a dit…

oui j'imagine (et j'espère) sinon le gars n'est pas de cette planète