Rechercher dans ce blog

vendredi 15 avril 2011

O Vatine

Avec quelques rares auteurs, Olivier Vatine fait partie des dessinateurs qui, à l'adolescence, m'ont traumatisé par un trait qui me sidérait et que je ne parvenais pas à analyser. Encore aujourd'hui je le trouve bluffant. Ce mélange ricain/Franco belge m'a séduit dès ses premières planches. Je pourrais en parler/montrer des heures, mais je vais juste effleurer le sujet, quitte à y revenir plus tard (certainement)
Je suis tombé sur cette couv qui, déjà à l'époque, m'avait skotché. Voici la planche, et la version couleur finale

Son chef d'oeuvre, Angela, siiii long à arriver
Couv normale
Couv de la version n et b
Couv tirage de tête
et affiche
Qui se cache derrière ce cow boy?
Ma première claque de Western made in OV fut Adios Palomita. Je ne comprenais pas en 1991, qui était ce dessinateur crédité, Fabrice Lamy. Puis quand j'ai vu ce que donnait ledit Lamy seul, j'ai compris qu'ici Vatine faisait bien plus que le co-scénario
O Vatine a aussi 3 sketchbooks dispo dans la boite qu'il a particîpé à fonder

Et son bouquin incontournable, déjà évoqué il y a des mois ici
A titre perso voici le rough qu'il m'avait envoyé il y a bien des lunes, suite à une lettre de "fan de base" de ma part. Oh Joy
Et enfin, l'affiche qui trone dans mon garage, entre une affiche d'Eisner et un Spider-Man

5 commentaires:

Ben BASSO a dit…

La lecture du tome IV d'Aquablue m'aura vraiment marqué au fer rouge. J'étais gamin, et pourtant aujourd'hui encore, on peut noter à quel point il est encore une influence majeure dans mon dessin.
Et j'ai beau l'avoir rencontré plusieurs fois et papoté assez longtemps grâce à Comix Buro, j'ai dû mal à ne pas faire le fanboy.

Et j'ai bien sûr son petit livre rouge (on parle bien de Vatine hein) rangé à côté du Bescherelle à portée de main.

Vatine, une lecture, et on ne fait plus les ombres de la même manières. Toute la nouvelle génération (surtout tous les auteurs de chez Soleil, c'est flagrant) est marqué par son boulot. On aurait aimé que tous ces auteurs aient un aussi bon story-telling.

swamps a dit…

olivier vatine, est normand, comme moi, alors c' est un coup de cœur!se sera fred&bob pour toujours. il est vrais que c' est un précurseur en mélangeant deux école, celle des comics et l' autres plus européenne. il est presque dommage que son style unique à l'époque, soit si copié et moins souvent égalé.

Philippe Cordier a dit…

le problème est que beaucoup de ces admirateurs passés au dessin, ont copié les effets de style (certes nombreux) alors quand tu copies la surface du dessin de quelqu'un déjà lui même soumis à de nombreuses influences...y a de la perte
Alors que le père Vatine a étudié les anciens; Il a bien sur chopé des effets "superficiels" chez des grands qu'il admire (dont Mignola) mais il a aussi visiblement passé des heures à étudier ce qu'il y a dessous, et le découpages dont il est devenu expert

Zaïtchick a dit…

Influence comics ET manga !
Moi, c'est la couverture de Corail Noir que j'ai (avais) sous verre (maintenant, dans un carton à dessins).
Quand je pense à la boite à clou qui a remplacé le colosse de métal de Vatine dans la suite...

Philippe Cordier a dit…

c'est vrai que Akira a du lui mettre une claque
Moi aussi j'avais la couv du AQB 4 sous verre, + un autre cadre avec un posterde 3 superbes nanas Et des années plus tard, au bureau, j'avais une litho Angela En fait j'ai du avoir du Vatine au mur de 14 à 30 ans : -)