Rechercher dans ce blog

mercredi 5 septembre 2012

Sam Suffit

 Sous ce nom d'entrée bien naze (j'ai hésité avec Play it again Sam) se cache une énigme. 
L'énigme Sam Kieth
Un artiste totalement hors normes et hors modes
Il aurait pu être une méga star à la Lee/Mcfarlane, mais a choisi de partir sur des sentiers tortueux et il a été perdu pour beaucoup (dont moi)
Petit spotlight
Il y a bien longtemps il fut l'encreur de Matt Wagner
 Sa série Epicurus the sage (avec Bill Loebs) montrait déjà clairement les influences de sa vie d'artiste : Frazetta et Wrightson
 il vous faut plus évident que cette illue?
 La reconnaissance arrive grâce à Neil Gaiman qui lui sert les débuts de Sandman sur un plateau. Il ne restera guère (déjà anti star?)
 Le grand public le découvre au détour d'un Hulk visuellement épatant
 L'apothéose arrive avec un récit de Peter David dans Marvel Comics Presents. Son admiration pour les finitions ultra détaillées (de ses maitres cités) éclate au grand jour

 Mais déjà son sens de la distorsion pointe le bout du nez, sous un vernis d’épate
 Son chef d’œuvre, chez Image : The Maxx! Série absolument impossible à résumer, non commerciale au possible, mêlant dessins géniaux, dessins minimalistes, peinture, expérimentation, ésotérisme, onirisme, délire, non sens... Un grand moment (qui a même eu droit à son dessin animé, surréaliste)



 S'il revient au mainstream ensuite (il faut bien manger) le mal est fait, et il ne sera plus jamais "classique", même sur Hulk et Wolverine. Il fait comme Sienkiewicz, mêlant délires graphiques et peinture

 Idem chez le concurrent
 Quand il ne peut pas peindre lui même, le rendu est moins délirant et peut être moins intéressant (ici sur Spidey)
 Il revient un temps régulièrement sur des histoires très personnelles chez Image, comme Zero Girl. On reste dans le "bizarre" avec des histoires de marginaux, de persos cassés, tordus, en marge de tout

 Et c'est depuis qu'il "m'a perdu" puisque si je comprends la démarche consistant à sortir de la norme, il faut, pour moi, un minimum de dessin et là, depuis quelques temps, tout ce qu'il fait ressemble à ça :

 Et pourtant le bougre sait encore carrément (très) bien dessiner, comme en attestent ces deux illues plutôt récentes (tiens revoilà Wrightson sur la 1)

Je reviendrai quand il éditera des choses comme ça. En attendant allez jetez un oeil dans l'antre de ce fou furieux très atypique,

7 commentaires:

Roxanne B. a dit…

Wah wah wah, l'espèce de Marie-Antoinette de la fin me laisse particulièrement sur les fesses.

Je ne sais pas si je l'ai déjà dit, mais votre blog est super, et je suis chaque mise à jour.

Philippe Cordier a dit…

c'est très gentil ça, merci

lefeuvre a dit…

Il n'y a pas que du Wrightson/Frazetta chez lui, mais du Shelton (Freaks Brothers), du Corben (dans les volumes des corps), du Sienkiewicz, et du Eisner (il rend de réguliers hommages au Spirit dans ses planches).
Dans les thématiques, on pourrait voir dans cette histoire d'animal-totem une version psychédélique de Calvin & Hobbes.

Je suis fan, et ça me fait plaize que tu en parles !

Philippe Cordier a dit…

ah ah
Alors du Shelton, ok dans l'esprit et le côté déglingos des dessins Corben, mouais ça me frappe peu, Bill pourquoi pas mais maintenant dès que les gars font de l'encre projetée y a du Bill :-)
Eisner il rend peut être des hommages mais je ne le vois pas dans son trait, ni dans sa narration Et Calvin et Hobbes oui, bravo c'est tellement évident que je n'avais rien vu

lefeuvre a dit…

Pour Bill S. (dur d'écrire Sienkiewicz, hein ?)regarde son loup garou à côté de Batman : compare avec Rahne des Nouveaux Mutants quand il dessinait la série.
Je trouve que TOUS ses Wolverine, Venom, même The Maxx ont un truc qui vient de Bill S. : des yeux blancs écrasés qui arrivent jusqu'aux temps et cernés de rides noires tracées au rotring. Ce même truc qu'a repris Simon Bisley et ses descendants. Mais c'est subjectif, évidemment.

Quant à Calvin & Hobbes, là pour le coup je n'invente rien : Dans le # 6 de The Maxx, il fait intervenir un gosse blondinet en T-Shirt rayé, sosie de Calvin, et nommé ici Henry, avec sous le bras, une peluche-tigre, qu'il nomme "My Pet-Ocelot Nietsche" !



Philippe Cordier a dit…

oui ca me revient le calvin et hobbes

Ce Maxx était vraiment géant

stephane "Hob" gallais a dit…

Ouais tout pareil, gros gros fan et tout comme toi, je toruve qu'il se perd un peu sur ses derniers travaux

Mais je désespère pas le revoir au top du top