Rechercher dans ce blog

mardi 4 décembre 2012

Yes we Kane

 Si je n'aime pas du tout Hogarth (cf entrée d'hier) j'apprécie moyennement Gil Kane. Mais je lui reconnais un talent autrement supérieur, et surtout un sens du découpage et du dessin. Il était, lui aussi, plutôt maniéré, mais surtout (et c'est un plus par rapport à Hogarth) il intellectualisait son travail, dans le bon sens du terme puisqu'il se posait sans cesse des questions de narration et de compo. 
Ses roughs sont un plaisir pour cela

 L'encrage pouvait par contre facilement flinguer l'ensemble, comme ici où la ligne est sans épaisseur (qui est ce? Lui même? je l'ignore)
 Sur Star Hawks il s'encrait lui même et, comme souvent, il n'était pas son meilleur encreur. Sans compter qu'il se foutait de l'outil, encrant souvent au feutre et, du coup, les possesseurs d'originaux comptent les jours avant disparition complète des traits sur la planche
 Ernie Chan était un poil lourd sur ses crayonnés, mais ça rend bien
 Mon favori (oh surprise) fut l'un de ses plus grands fans, Klaus Janson. Ses épaisseurs de traits firent merveilles sur les tout derniers boulots de Kane (Green Lantern) mais sur d’anciens travaux, comme ici, je trouve le résultat encore meilleur
 Le très bon Tom Palmer rendait aussi quelque chose de bien classe
Sur des l'ancien...
 comme sur du Kane plus moderne (et presque méconnaissable pour le coup)
 Le meilleur de tous : John Romita. Il redessinait plus qu'il n'encrait mais c'était le top du top : Kane fournissait une charpente solide, et Romita affinait, rendait moins anguleux, et peaufinait

 Avant/après. L'apport de Romita se passe de mots



9 commentaires:

lefeuvre a dit…

Pour le n°6 de l'excellent fanzine Français sur les comics Back-Up, John Romita a signé en mars 2000 un portrait de Gil Kane au crayon de bois. Dessous est écrit :

"In Homage to Gil Kane... Every time i inked Gil's work i learned something. He was one of a kind !"

Tout est dit

franck a dit…

Tiens, j'ai la collec mais je ne me rappelais pas de ce portrait... Ce sera l'occasion d'y revenir !

lefeuvre a dit…

Wah la chance !
moi je n'en ai que 2 numéros, et c'est un bijou ! Tristan Lapoussière et les autres font un boulot de dingues

franck a dit…

Au départ, c'était un peu le hasard, je savais que le 1 était consacré à Frisano et je le recherchais (il m'aura quand même donné moins de mal que le Frisano de Vignolles, Cance et Thomassian). Je ne me rappelle plus trop les circonstances mais à l'époque Tristan Lapoussière en vendait et, en voulant le 1, j'ai finalement pris les autres dont il écoulait les stocks sur ebay ou price minister. J'en ai 14, je ne pense pas qu'il y en ait eu d'autres par la suite, mais je n'en sais rien. Si ça se trouve, il m'en manque...

lefeuvre a dit…

non, ça recoupe mes recherches sur le web : les 13 et 14 ont paru l'un à la suite de l'autre en 2008.

Ca prend malheureusement un temps de dingues, des fanzines de cette qualité. Le format poche était également tout à fait agréable.

Pour recentrer sur Gil Kane (le sujet du jour), il avait eu droit à un copieux dossier pour le tout premier numéro de Scarce, puis à la réédition complétée de ce même dossier dans le n° spécial 10 ans (le n° 34 - couv Caza).

C'est eux qui m'ont fait voir le bonhomme sous un meilleur jour.

Philippe Cordier a dit…

ah oui c'est vrai c’était intéressant
le mieux restant, comme pour tous les autres intervenants, l'échange entre le gars et Eisner lors de la compil d'itw du maestro "Shop Talk"

Laurent Sieurac a dit…

J'ai jamais été fan du gars car ce côté trop "bonhomme en bois" de ses perso m'a toujours un peu bloquer. Par contre en effet, il maitrisait la narration.
Perso l'encreur que j'ai préféré sur lui, c'est quand même Nebres sur ses John Carter;)

Anonyme a dit…

"His name is...Savage" de 1968 c'est quand même pas rien

Philippe Cordier a dit…

je ne connais pas faudra que je jette un oeil (je me demande s'il s'encrait lui même)
Pour Lolo : Nebres donne une belle touche à tous les dessinateurs, mais je trouve que la combo avec Romita est ...cosmique