Rechercher dans ce blog

lundi 5 novembre 2012

JRjr X au choix

 Ci dessus : Uncanny X-Men 207, 1er run de John Romita jr (Dan Green à l'encrage). Page de gauche, la version publiée, page de droite une case différente en bas. Pourquoi ne fut elle pas retenue? Aucune idée. Probablement une histoire de scénar. En tout cas ça fait de l'inédit pour vos yeux
Tout comme ci dessous
Second run. Couv publiée du 310
 et couv non retenue? Laquelle auriez vous choisi? Pour être honnête je trouve les deux assez moyennes (voire pire) Légère préference pour la 2 mais j'imagine que le but était de ne pas montrer "l'agressé"

13 commentaires:

lefeuvre a dit…

C'est vrai qu'elles sont hideuses, ces couv. Ce style en vogue au début des années 90 marque la période qui m'a éloigné des comics.

Comme quoi, Liefeld a fait plus de mal aux comics que le bon docteur Wertham : le premier a failli tuer l'industrie en poussant les éditeurs dans une voie sans issue, le second aura stimulé involontairement les auteurs à renouveler d'imagination pour survivre !

lefeuvre a dit…

A propos de liefeld, j'ai découvert le film Wolverine hier soir sur TF1 : le film que j'ai tant attendu semble avoir été écrit par Liefeld.

Comment faire comprendre à ma femme après ça, que les comics ne sont pas forcément pour les débiles ?

Philippe Cordier a dit…

Ce serait un vase sujet mais ce nivellement par le bas date en effet de la création d'Image, à peu près. Des auteurs ont eu un style "grossier" à succès et ce sont les éditeurs qui ont donc demandé aux auteurs d'aller dans ce sens (cf le pov' Herb Trimpe obligé de faire du Liefeld, "parce que c'est ce qui vend coco") Le coupable est donc...le lecteur/acheteur :-)

lefeuvre a dit…

Comme disait Coluche :

"Dire qu'il suffirait qu'on arrête d'acheter ça pour que ça ne se vende plus".

Il y a eu une toute nouvelle génération de lecteurs en ce début des 90's : Les "petits frères" qui commençaient alors à lire des comics, sans s'encombrer de la continuité des persos et de l'univers.

Et comme les plus vieux (nous !) ne se sont pas franchement passionnés pour ces nouveaux persos (Deadpool, Cable, Gambit, Stryfe, Spawn, Youngblood...)les editors ont tout misé sur ces nouveaux lecteurs avides.

Le résultat : le film Wolverine d'hier soir :)

Pour les auteurs, outre le cas Trimpe que tu cites, on peut aussi relever le pauvre Gil Kane qui a fini sa carrière en essayant de copier les "Gimmicks" de Liefeld !

Heureusement, ça va quand même mieux depuis, et internet permet à chacun de trouver son compte... quitte (dans mon cas) à verser dans la nostalgie.

Philippe Cordier a dit…

serions nous tous en passe de devenir de vieux c... nostalgiques? :-)

Philippe Cordier a dit…

à propos de Wolverine, comme l'a dit la mienne (de femme) : "ce n'est pas décevant quand on n'en attend rien "

Franck Jammes a dit…

Phil, ton épouse est sage. Pas de mauvais souvenir de ce film car je n'en attendais rien. Pour Image, d'accord à 1000% avec vous. Le danger qui guette les arts populaires (et les arts en général) est le nivellement par le bas. Ce qui arrive quand on observe servilement les "goûts" du public. Alan Moore a ceci de grand qu'il s'efforce d'élever le niveau de son lectorat. Liefield et Cie faisaient des comics parce qu'ils trouvaient ça cool, qu'il n'avait aucune culture en dehors et se contenter de recracher les mêmes recettes en en rajoutant dans la violence pour épicer le plat. Dessineux ils étaient (les Image Boys), dessineux ils auraient dû rester. (Et il a fallu qu'Alan Moore vienne leur sauver les fesses.)

Philippe Cordier a dit…

c'est un peu le grand écart là, avec Rob L et Moore. Le second tendant, par moment selon moi, vers un pseudo élitisme,mais à choisir c'est mieux bien sur
Quant au nivellement, ca me rappelle un phrase que, selon Byrne, Stan Lee répétait à l'envie : "ne donnez jamais au public ce qu'il pense vouloir". Sage

lefeuvre a dit…

Sage, le Stan Lee en effet !

Le pire, c'est que moi non plus je n'en attendais rien de ce fichu Wolverine. Malgré ça, j'ai quand même eu la détestable impression d'inviter "un super copain d'enfance" à la maison, et de voir arriver un gros beauf bourré qui pète à table...

Il y a une parole au début du film "Ca va être un grand désastre !"

Prémonitoire.

Franck Jammes a dit…

Phil, si je parle de Moore, c'est parce que c'est lui qui a "réparé" les comics Image. Et même "rectifié" les Image comics, cf. Judgement Day. Par ailleurs, on s'interrogeait, après Watchmen sur la possibilité de faire encore du super-héros après, et la réponse est venu des Image boys qui ont pris l'exact contrepied (zéro histoire, tout pour l'effet visuel.) Quant à "l'élitisme", mettons qu'à côté de certains projets personnels (auxquels je n'adhère pas nécessairement), il a été capable de produire du très bon mainstream. Ce n'est pas à toi que je vais l'apprendre.

Philippe Cordier a dit…

T'es dur :-)
j'ai trouvé qques scènes sympas, et qui parlent au fanboy en nous : l'adamantium (merci BWS, 1 ou 2 combats (quand ils n'étaient pas trop fouillis)des scènes "lonely Miller' Logan on top of the Rocheuses"...Mais l'intrigue aurait pu être mieux, et le final sur le haut de la centrale...bof

Philippe Cordier a dit…

ok Franck là ça me va; Sur du mainstream Moore a montré comment on peut faire au mieux c'est vrai

Franck Jammes a dit…

@ Laurent.
ça "sent" le vécu.
ça t'est arrivé avant hier soir ?