Rechercher dans ce blog

mercredi 11 janvier 2017

Risso Noir

 Eduardo Risso est intéressant. Pas de l'originalité la plus folle, il emprunte intelligemment au style latin, au Franco Belge, et bien sur aux comics
Ses planches narratives ne sont pas toujours très lisibles car il se fait plaisir avec des angles tarabiscotés, des plans étranges, des cadrages alambiqués...au point que la couleur est souvent nécessaire pour fluidifier la lecture, mais on peut dire qu'il sait gérer le noir et blanc, au moins sur ses couv ou illustrations/commandes...
La preuve
Pupu meets Nancy/Sin City
 Il faut, a minima, rendre hommage à Frank Miller et Mike Mignola à qui il a tant emprunté
 
 Avec les scènes très sombres il est dans son élément
 
 Il aime jouer d'une lumière très vive/surexpo, et de contrastes poussés à l’extrême (façon Sin City, mais en gardant le plus souvent le cerné/contour et en allant donc moins loin)
 
 Très belle illu sur Orange Mécanique
 Des cailloux encrés à la Jean Giraud pour une image bien sombre mais qui fonctionne
 S'il sort de l'obscurité, il reste malin et sait composer une image, même en pleine lumière
 
 Amusante "recréation" d'une couv mythique
 Très étonnante illustration, limite "hors style", en couleurs
 Ses crayonnés, et ce n'est pas étonnant, sont d'une précision chirurgicale. Une ligne claire, tout en cerné.
Dur de vraiment comparer avec la version publiée/encrée, tant il a modifié de choses (passant Logan en hors champ)
 
De Risso il sera encore question, next week

5 commentaires:

Laurent Sieurac a dit…

" Il faut, a minima, rendre hommage à Frank Miller et Mike Mignola à qui il a tant emprunté"

Sauf que Risso à son style depuis des années, bien avant que Miller ne se lance par exemple dans Sin City. Fulu est sortie en France en 1989 alors que Sin City était originalement publié aux States en 91 ;)

...Pour Mignola, ça reste là aussi a voir sachant que plus ou moins j'imagine que ces trois là ont regarder les dessinateurs Sud Américain, maitre du N&B

swamps a dit…

il n' y avait pas aussi, un coté manara, dans ses fulu, justement...? c' est plutot çà qui m' avait marqué à l' époque... :) !
alors que le syndrome miller/mignola c' est revendiqué apres coup... !
les perso de fulu avaint quand meme un petit coté " l" été indien ", non...?

Philippe Cordier a dit…

I disagre Laurent, il avait certes déjà ce côté école latine avec gestion des noirs...sur Fulu, mais bien moins marqué, et c'est après Sin City qu'il a poussé les contrastes à ce point. Pour Mignola oui c'est plus de l'influence commune probablement (et sur Miller on remonte bien sur aussi à Munoz...) On n'est pas au point de Jim Lee qui copiait Sin City un temps, mais on est sur un Miller qui a "décomplexé" Risso on va dire
Manara pourquoi aps mais alors un Manara qui fait du rough encré par Caniff :)

Laurent Sieurac a dit…

Phil, J'avoue que je n'en suis pas si sûr que cela mais n'ayant pas lu d'interview de Risso là-dessus, je m'abstiendrai de toute affirmation ("tain je pourrais être normand :p)

Plus sérieusement, je ne pense pas que Risso ai été influencé par Miller car ce que je vois dans l'évolution de son dessin me semble vraiment très naturel et en aucun cas un changement radical comme l'a été celui de Miller par exp entre ses Dark Knight, Ronin puis Sin City.

Après, sachant que Risso est en général traduit, je ne suis pas arrivé à trouver les dates de ces créations en Argentine dans les divers journaux, ce qui me permettrait d'avoir un avis aussi tranché d'autant qu'il a commencé sa carrière au tout début des années 80 ;)


Philippe Cordier a dit…

allez restons dans le doute
Tu as raison sur l’évolution assez lente mais je reste persuadé que son regard trainait attentivement sur Sin City