Rechercher dans ce blog

mercredi 24 juillet 2013

LE livre

En début de mois je vous ai saoul..euh, expliqué ma vision d'une page de Will Eisner. Rassurez vous je serai moins long cette fois (je l'espère du moins) Je relis régulièrement les bouquins de ce génie (terme souvent utilisé trop vite, mais pas cette fois); J'avais peu relu celui ci. C'est fait.
 C'est le livre fondateur. 1978 marque un tournant pour Eisner, et pour la vision US de la BD qui, oh surprise, pouvait ne pas raconter que des histoires de super héros
Qu'il ait inventé, ou juste popularisé (cf Steranko) le terme Roman Graphique, peut importe. L'essentiel est la claque que ce livre fut, et reste. 
4 histoires coups de poings. Je n'en dirai rien car les rares à ne pas l'avoir lu doivent le faire, d’urgence
La 1ère est la plus poignante (et encore plus lorsque l'on sait à quel point elle flirte avec l'autobiographie)
Une oeuvre très forte
Je voulais montrer là son process
Eisner découpait à l'époque en bleu puis rough au crayon et c'est à la table lumineuse, sur papier fin , qu'il encrait/finissait. Malheureusement pour les collectionneurs de nombreuses planches finales sont sur papier fin, l'auteur étant notoirement "économe" (heureusement que Catherine Yronwode l'a ensuite poussé à pérenniser son oeuvre par de meilleurs supports) 
Bref voici deux exemples

Ces planches, et beaucoup d'autres de ce Contrat, sont visibles et parfois dispo à la vente, chez ce galeriste
Avoir The Dark Knight Returns, Year One, Born Again, Watchmen, Maus...dans sa bibliothèque c'est très bien, mais sans les livres d' Eisner, et en particulier celui ci...c'est une faute :-)
J'oubliais : le bouquin est en petit format (pour attirer, à l'époque, les non lecteurs de comics) et imprimé en sépia, "la couleur des rêves". De nombreuses pages n'ont qu'une case, ou guère plus, Eisner innove, tente, expérimente, magnifie le lettrage  (cf planche ci dessous)...

Incontournable j'vous dis
 

4 commentaires:

Lefeuvre a dit…

"Le Contrat". C'est sous ce traduction que cette BD (chez Glénat) est devenu mon premier album d'Eisner (si l'on excepte les parutions en épisodes de l'Appel de l'Espace et Big City dans l'Echo des Savanes spécial USA).

Ce livre est malheureusement disparu de ma bibliothèque depuis qu'un certain Riad Sattouff me l'a emprunté quand nous étions tous deux stagiaires en agence de pub.

Du coup Phil, tu me donnes furieusement envie de le relire !

Philippe Cordier a dit…

tant mieux :-), je rêve, le Riad il pique les dialogues des djeunes ET tes bouquins!!!
et il faut la vo de ce livre
j'ai des Eisner en vo, d'autres en vf, ca dépendait de quelle version sortait en 1er (oui, des vf sont sorties avant la vo)et de mon âge quand j'achetais (mon premier fut New York et je ne connaissais alors que Glenat) mais pour celui ci j'ai souvenir d'une version français horrible avec un papier trop épais, glacé...beurh Celui que j'ai est juste parfait avec couv souple, papier presque à grain...

Benjamin BASSO a dit…

Delcourt fait du super taff en ressortant toute la bibliographie d'Eisner, en commençant par ses deux grandes trilogies.

Philippe Cordier a dit…

c'est vrai que le boulot est bien fait et les livres aussi (j'ai le gros, superbe, sur la ville) Mais je trouve les compil par thèmes un peu artificielles, mais là c'est plus la "faute" aux éditeurs US "post mortem" que de Delcourt qui suit (joliment)