Rechercher dans ce blog

mardi 18 août 2015

Adam's pencils

 Après le père, l'un des fils
L'image du dessus vous induit en erreur car c'est un boulot de Andy Kubert, sur la "vieille" mini série Origin, censée tout dire des origines de Wolverine (récit qui m'a laissé assez froid, les origines du griffu commençant et s'arrêtant pour moi avec le brillant rcm de BW Smith)
Le frenchy Richard Isanove mettait en couleur les crayonnés et le résultat n'était pas mal du tout
Pour  la suite de cette mini, suite totalement dispensable en terme d'histoire, c'est Adam Kubert qui s'y colle.
J'ai été un peu surpris car je pensais que le coloriste Frank Martin mettait là aussi (sur ordi) en couleur des crayonnés; Mais en fait non, Adam a encré les perso et les premiers plans (finement) et laissé uniquement les décors au crayon. Je trouve le résultat plus fade qu'avec Isanove, mais intéressant à observer

 
 
 

8 commentaires:

JP Nguyen a dit…

Ah punaise, encore un post où je pourrais me contenter de dire : "100% d'accord avec Phil"
A l'époque de la sortie de Weapon X par BWS, je n'avais pas forcément apprécié l'histoire à sa juste valeur. Mais à la relecture et en comparaison avec les trucs comme Origin (et Origin II, je crois ?), Weapon X c'était le top.
De BWS, j'aime bien aussi le stand alone dans Uncanny "Wounded Wolf" avec Wolvie contre les Reavers et Lady Deathstrike, sous la neige, déjà...
Et pour les Kubert bros, j'aimais beaucoup Adam dans son 1er run de Wolverine (l'épisode 75 avec les griffes en os !) même si "dernièrement" Andy a sorti de meilleurs trucs. Sur les planches que tu montres, j'apprécie le fait que le Wolvie soit dessiné assez trapu, comme le nain de jardin qu'il a longtemps été, avant que Hugh Jackman vienne brouiller les cartes...

Philippe Cordier a dit…

Faudra que je relise ces wolverine de Andy. J'ai par contre adoré les travaux que tu cites de bws dès leur sortie, quelle claque ce fut (et ce "flip book" comics usa avec wolvy et dd, quelle merveille)

Laurent Lefeuvre a dit…

"Fauve Blessé" (titre Français de ce USA Comics paru en 1988, il me semble).

Je l'ai vu à Strasbourg, mais le gars en voulait une fortune. J'ai laissé tomber, je le regrette, rien que pour l'épisode de DD par BWS.

Sinon, d'accord avec vous deux, à la nuance que dessiner Wolvie petit et trapu n'arrive pas à sauver qu'il est ridiculeusement gaulé, et avec si peu d'imagination (sempiternelle pleine lune gigantesque - n'y a-t-il pas d'autre phases de lune dans les mondes des comics ?!?, et rien non plus dans l'attitude ou l'anatomie qui laisse imaginer un jeune homme redevenu sauvage. John Buscema avait campé un Mowgli du Canada en Logan, nettement plus convainquant.

A force de nous habituer à ces codes comics ridicules : "je suis redevenu une bête parmi les bêtes, mais je reste torse nu dans la neige, avec un petit cache-sexe seyant pour ne pas heurter les plus jeunes", ces pages m'évoquent plus les trucs pseudo-sexy de Zenescope (genre Alice ou Blanche-Neige déguisées en bitch), qu'à Wolverine.

D'habitude, je m'en fiche un peu, mais là, c'est pour poser les origines officielles du perso qu'ils ont fait ça.

Y'a plus d'respect, ma pauv' dame...


Fred a dit…

Ce qui était frustrant dans cette mini, c'est la facilité que s'est accordé Kubert. Il existe de nombreuses pages de l'artiste où la technique de la colorisation directe sur crayonnés apportaient un + narratif, je pense à des scènes de flashbacks dans Hulk, ou des moments où la déformation du réel influence l'histoire (des X-Men période Hunt for Xavier). Il faut dire aussi que Martin Jr a une palette assez limité je trouve, dans le mauve, donnant un résultat froid et peu organique. Finalement, l'aspect bâclé de la prestation de Kubert n'est pas sauvé pr une colo peu innovante et un scénario assez ridicule.

Lionel Garcia a dit…

Je trouve que le choix graphique fait par A. Kubert crée une ambiance décalée, voire, fantasmagorique assez intéressante. Dommage que cela concerne un récit dénué de tout intérêt.

Pour moi aussi, les origines de Wolverine se sont arrêtées avec le magnifique récit de Barry Windsor Smith. L'album Fauve blessé/Rêve américain trône toujours à portée de main de ma bibliothèque. Ann Nocenti avait écrit une tranche de vie magnifique d'ambivalence. Et l'association de la jeune Katie de Puissance 4 avec Serval donnait à l'histoire un contraste qui servait à merveille l'humanité du personnage. Un travail d'orfèvre fait par le regretté Chris Claremont. Regretté car que reste t'il aujourd'hui de son talent?

Philippe Cordier a dit…

Je ne connais pas le Claremont de ces 20 dernières années mais c'est sur que celui de cette époque était top, même si avec bws on avait un dessinateur qui faisait sien le scenar

Lionel Garcia a dit…

Je me suis laissé tenter par ses "X-Men Forever" et la série avortée de Diablo.

Et si Claremont semble toujours avoir à cœur de brosser des portraits "humains" de ses personnages. Le coté saga épique de ses écrits a vraiment disparu. En même temps, on ne peut pas dire que Marvel le gâte, du coté des dessinateurs. Du moins sur les deux séries ci-dessus. Et la mode des histoires en six numéros pour remplir les paperback n'est pas adaptée à son approche feuilletonesque. Dommage. J'aurai bien vu le retour de Diablo avec un duo Claremont/Alan Davis. Mais personne ne semble plus avoir de bonnes idées à la Marvel.

Philippe Cordier a dit…

En tout cas pas NOS bonnes idées :)