Rechercher dans ce blog

jeudi 27 août 2015

Gene Colan II

Après Colan, DD et son influence j'axe sur 2 choses : son boulot le plus reconnu, et son encrage

Il a bossé sur des tas de persos, presque tous ceux de Marvel, et sa carrière fut telle que chaque lecteur a ses favoris (moi je l'ai découvert trop tard pour avoir un effet madeleine de Proust) mais le perso qu'il affectionnait le plus était Dracula
 Le run fut très long et d'un niveau assez exceptionnel pour l'époque. Duo magique avec Tom Palmer qui interprétait divinement les aplats de crayon, et respectait le trait. Les trames étaient nombreuses, et belles
 Son crayonné était poussé mais un cauchemar pour une encreur qui ne saurait que "tracer" à l'encre sur le trait de crayon
 Colan expliquait que Dracula fut le seul et unique perso pour lequel il a demandé à travailler sur le titre. Stan Lee refusa, disant avoir promis la série à Bill Everett. Colan a donc fait spontanément cette planche "test", envoyée à son chef, avec un Dracula très inspiré de Jack Palance. Appel de Lee : "tu as le titre"
 Des centaines de pages aussi belles que celle ci ont donc pu suivre

 S'il a eu de bons encreurs (et de très mauvais) et si une partie de sa (fin de) carrière fut faite avec des crayonnés imprimés, il ne faut pas oublier qu'il fut également son propre encreur. 
Rarement chez Marvel, et dans les années 90 ce n'était pas top, son trait était un peu trop gras et son dessin léger (ici sur un Wolverine 1ère époque)
 Mais pour Creepy ou Eerie, bien avant, c'était fabuleux. Il avait déjà ces découpages qui ne m'emballent que rarement, mais son encrage était très bon et l'ambiance extra
 J'ai souvenir de cette sublime page/case (peut être un Echo des Savanes Spécial Usa?)
 Observez enfin ces 2 pages. N'y retrouvez vous pas un approche similaire à celle d'un grand artiste? Surtout la 1ère?
 
Alex Toth bien sur. Géant très productif à l'époque et donc influence certaine

9 commentaires:

Lionel Garcia a dit…

"JEMM, SON OF SATURN" reste définitivement ma Madeleine de Proust concernant Gene Colan. Même si j'adore son Batman. Et si quelqu'un à les premiers numéros parus chez Arédit, je prend. Si c'est vrai que son découpage nécessitait souvent une attention particulière, il savait l'utiliser à merveille pour créer une dynamique toute personnelle.

RDB a dit…

Je n'ai pas réagi à la précédente entrée sur l'influence de Colan sur Mazz, mais c'était effectivement troublant. Je ne l'avais jamais notée, Mazz' étant associé dans mon esprit (comme à celui de beaucoup, je pense) à Toth lorsqu'il a dessiné "DD". Vraiment bien vu.
J'ajouterai, comme un des intervenants, que, moi aussi, j'ai un souvenir ébloui de l'épisode où DD croise le Two-gun Kid. J'aimais aussi la manière dont O'Neil envisageait le fameux "sens radar" de DD : en fait, il n'aimait pas cette astuce, et préférait penser que DD était dans un rapport quasi-fusionnel avec New York, ce qui lui permettait de s'y repérer et d'y détecter le mal - une relation quasi-mystique, magique, qui n'a (à ma connaissance) jamais été reprise ensuite.

Sinon, Colan... Je dois bien avouer que je ne connais finalement pas grand-chose de cet immense artiste. Chaque fois que je tombe sur une de ses pages, je suis sidéré, mais je n'ai par exemple jamais suivi ses "Dracula" (manque d'intérêt pour le personnage, ce genre de récit). N'empêche, qu'est-ce que c'est beau !
Concernant ses découpages avec ces "décadrages", ces cases en diagonales, on peut remarquer que ça a fait école, même chez des dessinateurs bien plus médiocres (comme Greg Land). Mais aussi chez de très bons artistes (comme Alan Davis, qui, je pense, a été influencé par Colan : c'est, je trouve, particulièrement flagrant maintenant où il se lâche complètement quand il cadre ses plans, et avec un trait très vif, que capte bien Paul Neary - même si parfois Davis, comme Colan, se laisse un peu aller).

Après, c'est vrai que ça devait être redoutable à encrer, et je pense qu'aujourd'hui, avec les moyens d'impression très sensibles disponibles, Colan s'en serait certainement passé.

PS : au mois d'Octobre, Panini sortira, en kiosque, le n°3 de la revue "Marvel Classic" avec justement plusieurs épisodes de "DD" dessinés par Colan, avec la Veuve Noire en guest. Ce sera une bonne occasion pour de nombreux curieux de se procurer des pépites à petit prix.

Philippe Cordier a dit…

Oui RDB une influence de Colan sur Davis mais bien plus, je pense, et même sur les cadrages, de Neal Adams
Intéressante ton indication d'un Marvel Classic sur Colan mais je passe car le papier glacé qu'ils utilisent...argh. Le mieux est de commander, pas chers, les Essential n et b Marvel
Lionel je suis comme toi : Jemm est un souvenir de jeunesse extraordinaire; J'ai perdu les Aredit (bon sang mais comment est ce possible!!??) mais je me souviens de ce plaisir du noir et blanc de Colan merveilleusement encré par Janson et, déjà, la déception quand il était remplacé (en l’occurrence par McLeod)

Laurent Lefeuvre a dit…

Alors là, je vais me la péter deux minutes (on fait avec ce qu'on a)... Mais je suis content d'avoir offert mon unique numéro de Démon (revue Arédit avec dedans, les fameux épisodes de Jemm par Colan), à son encreur Klaus Janson. Outre les inévitables retouches du studio Arédit (cases massacrées, tronquées ou rallongées), l'intérêt pour lui était de revoir ces planches... en noir et blanc !

Sinon, en effet, les dernières planches que tu montres semblent le chaînon manquant entre Toth... et le Mazzucchelli des derniers numéros de Born Again.

Merci RDB, pour l'info des Marvel Classics spécial Colan sur Daredevil : Je jetterai un oeil en octobre.

Tous ces noms cités ici sont au coeur de mon inspiration du moment. Je croise les doigts pour que le résultat final ne soit pas trop indigne !

Lionel Garcia a dit…

Vous pouvez également retrouver les premières apparitions de Captain Marvel (avec le costume vert et blanc)par Gene Colan, dans "Marvel Classic" n°14 de Janvier 2014. Quelques épisodes avaient été traduits dans "Strange, Spécial Origines". C'était hier. Autre pépite de "Marvel Classic", le N°11 de juillet 2013 avec le Warlock de Roy Thomas et Gil Kane.

Pour en revenir à "Jemm, son of Saturn", je ne me souvenais plus à quel point, la série avait perdu en impact visuel avec l'encrage de Bob Mc Leod. Même si j'ai souvent apprécié le travail de celui-ci. Une rapide relecture de mes "Demon" et l'évidence saute aux yeux. Les personnages n'ont plus la même puissance, émotion, voire malignité selon. Le contraste est saisissant. D'une bande toute en ambiance et en puissance, on passe à un travail presque "aseptisé".

Et qu'a pensé des albums Arédit Mr Janson? Au-delà des "malversations" éditoriales, mon plaisir avec les publications Arédit-Artima, Sagédition et leur approche 2 pages couleurs/2 pages noir et blanc, c'était vraiment de pouvoir admirer le travail des artistes sans l'apport de la couleur.

Laurent Lefeuvre a dit…

Demon étaient de simples fascicules format poche.
Klaus m'a remercié poliment avec un grand sourire, il m'a dit que c'était une des collaborations dont il était le plus fier (bosser sur Colan).

je ne me souviens pas d'une remarque spécifique sur Arédit de sa part (comme je l'ai dit, le gars est poli, et entre le lettrage fait à la machine à écrire et le reste, on ne peut pas dire que c'était du haut de gamme).

Ca avait le mérite d'exister, dirons-nous !

Philippe Cordier a dit…

McLeod est assez bon mais il figeait le dessin, et le contraste était vraiment saisissant. J'étais jeune mais j'ai un souvenir très net de mes impressions de lectures de Jemm avec des planches et des cases incroyables d'ambiances sombres, d'encrage noir, de scènes merveilleuses avec le gamin et Jemm qui sort de l'ombre...du grand art qui aurait pu être une oeuvre encore plus à part si Janson avait tout encré.

Franck Jammes a dit…

ça me donne juste envie de me remettre au lavis.

Philippe Cordier a dit…

Ce qui est déjà une bonne chose