Rechercher dans ce blog

lundi 22 février 2016

Neal Adams month I

Neal Adams a révolutionné le monde des comics de super héros, apportant un dynamisme inédit pour  l'époque, un réalisme surprenant. Depuis les années 70 on aime ou pas ce qu'il a fait (je ne suis pas fan, depuis des années) mais le Monsieur est une force qui compte dans l'industrie
DC lui a demandé, comme pour Cooke et Romita Jr, d'illustrer 26 variant covers des principaux titres de la maison
C'est lui qui s'en sort le mieux, avec une approche originale : rendre hommage à ses propres couv mythiques, en les interprétant à la sauce actuelle (ceci doit flatter un ego que l'on sait important)
Il s'en sort bien et le jeu est passionnant car l'encrage est confié à des tas d'artistes différents. Tous sont à l'évidence un peu sous pression et les résultats varient pas mal
Grosse entrée graphique donc (et une autre salve mercredi)
Quand je le peux je vous mets les couv d'origines, et le plus de matériel possible

Scott Williams encre fidèlement cette nouvelle version
 
 Le mariage avec le trait de Craig Russel n'est pas le plus heureux mais il s'adapte
 
 Le grand Walter Simonson rend un superbe encrage, qui affine le crayonné d'Adams en gardant la puissance
 
 
 Mick Gray, que je connais peu, respecte aussi  le trait
 
 Kevin Nowlan fait de son mieux pour ne pas changer le dessin, mais on le reconnait quand même bien (les bouches à la Nowlan...)
 
 Là c'est le fils de Neal, Josh, qui se colle à l'encrage. Bof
 
 Brent Anderson et son encrage solide (Adams a juste regretté qu'il ait incliné la tête comme sur la version d'origine, pour la nana, alors que sur le crayonné actuel il l'avait volontairement redressée)
 
Richard Friend, propre et net comme toujours
 Jim Lee se fond bien dans le crayonné
 
 
 
L'une de celles que je préfère. Et Terry Dodson encre d'une jolie manière, arrondissant le trait

 Scott Hanna, fidèle
 

Celui qui débuta comme un clone de Adams, et qui est devenu le génie que l'on sait : Bill Sienkiewicz. Brillant
 
 L'un des meilleurs, sur une belle couv : Tom Palmer. Pourquoi Adams a t il poussé le fond en grisé? En tout cas du coup il n'est pas encré mais le résultat rend bien
 
 Je ne connais ce Buzz que de nom car il hante les forum et autres  festivals de comics, mais là il encre carrément pas mal . Je crois qu'il fut assistant de Neal Adams (cqfd)
 
 Enfin, Ryan Sook au style de dessin reconnaissable, se cache là totalement derrière Adams
 
Inégal dans l'ensemble mais toujours agréable de voir le trait rapide et puissant d'Adams, et de s'amuser à comparer les approches à l'encrage
Attention les yeux, la suite mercredi

10 commentaires:

Vincent B a dit…

Ourf, je préfère mille fois l'encrage des anciennes couvertures à la tendance moderne à l'encrage clarté bétonnée, mais peut-être est-ce parce que j'ai été nourri à ça. °-°

Philippe Cordier a dit…

surement un peu de nostalgie + les couleurs modernes pas très adaptées, et aussi un encrage de l'époque Adams/Giordano rarement égalé

nolegz a dit…

Au moins, contrairtement aux couvs de JRJr, il y a un ici un concept, un fil rouge pour donner un peu d'intérêt à cette série de couvs, si, comme tu l'as fait, on les compare aux couvs iconiques de l'époque.
Malheureusement, elles ne supportent pas la comparaison avec leurs "ainées". ça fait même très mal aux yeux.

Seules les couvs encrées par Walter Simonson et Terry Dodson sortent du lot. Les autres sont assez quelconques, les encrages et les mises en couleur sont sans interêt. On ne retrouve pas la puissance physique qui se dégageait des personnages de Neal Adams il y a 40 ans.

Mais comme tu dis, le style Adams est tellement associé dans nos mémoires à cet encrage 70's de Giordano, ces couleurs passées, traitées en aplats et imprimées sur un papier de m... Un ensemble qui donne à nos yeux ce côté "vintage" et nostalgique qu'on ne pourra pas retrouver dans ses travaux d'aujourd'hui.

Heureusement qu'ils ont mis un gros sticker avec son non sur chaque couv parce sinon qu'on a du mal à reconnaitre "notre" Neal Adams.

Philippe Cordier a dit…

si ta dernière phrase est exagérée/ provoc, je suis plutôt d'accord avec tout le reste
Reste que des crayonnés récents vus ici ont quand même encore une bonne patate par moments

nolegz a dit…

Oui, Phil, j'exagère. Evidement que les crayonnés sont bons.
C'est le rendu "moderne" et les couleurs numériques qui donnent un côté "cheap" à la plupart des covers. Tous les exemples que tu as mis, surtout quand on voit les différentes étapes du crayonné au final, montrent parfaitement l'importance d'un bon encreur. C'est flagrant sur la couv de "Sinestro" par exemple.

Finalement, j'aime bien aussi les covers de "Robin, son of Batman" et du "Martial manhunter", on reconnait bien Neal Adams dans le traitement de l'arrière-plan où le crayonné a été gardé. Et il est assez fidèle à ses covers originales, finalement.

Sinon, sur l'instagram de Neal Adams, il y a les covers originales qui te manquent dans tes comparatifs.

Lionel Garcia a dit…

Mon tiercé gagnant concernant les encreurs de ces couvertures: Sienkiewicz, Simonson et Anderson. Entièrement d'accord avec Nolegz concernant la thématique des couvertures. Cela permet de créer un certain intérêt. Même si la comparaison est vraiment en défaveur des couleurs actuelles.

Que l'on aime ou pas l'égocentrisme évident de Neal Adams, force est de reconnaître que ses crayonnés débordent toujours d'une vitalité enthousiasmante.

Philippe Cordier a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Philippe Cordier a dit…

sur que je pouvais difficilement rater ça, ici, vu l'intérêt évident de l'encrage sur ces exemples
Merci pour ton lien Nolegz, je suis flemmard et je laisse les gens aller directement dessus

lemmy/chris a dit…

Impressionnant.

A quand une nouvelle édition française de ses Deadman ?

Philippe Cordier a dit…

Jamais lu mais ce que j'en ai vu parait superbe