Rechercher dans ce blog

lundi 11 avril 2016

Onomatop-Man

 Non je ne vais pas vous parler de la première partie de carrière de Georges Michael, mais d'un prince du design, de la compo, du lettrage et des onomatopées : Walter Simonson
She Hulk (aidée par John Byrne), ne s'y étais pas trompée, quand elle exigeait, pour un numéro anniversaire, d’avoir un auteur cosmique...
 c'est à Walter qu’elle pensait
 Doom Doom doom...Simonson se parodie lui même, avec cette approche bien spécifique des effets sonores/visuels
 Il a toujours aimé jouer avec les lettres, leur placement, les formes, les sons...plus qu'aidé en cela par le lettreur qui a le plus travaillé avec lui, l’excellent John Workman
 
 
 Il y a environ 20 ans, le très discutable magazine Wizard lui offrait une tribune sur les effets sonores. Un régal. Depuis cette époque l'ordi est passé par là et la confection à la main telle qu'il la présente n'est plus la régle, mais tout le reste est encore totalement d'actualité.
 Excellent, drôle, bien dessiné, et vrai
 
 
 
 
 
 Bien des années plus tard, aujourd’hui, constatons que Uncle Walt applique toujours ses propres recettes

14 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

L'Histoire parue dans Wizard est géniale !
Merci pour la découverte !

Le lettrage, l'onomatopée me paraît bien négligée, voire snobée, de ce côté-ci de l'Atlantique.

La mode des testes écrit à la main (façon Sfar, Sattouf, Mandel, Mottin, Sapin et quelques centaines d'autres), donnent un aspect CP, que je ressens comme de la fausse modestie (on est des gens simples, mais on va vous dire des trucs "France Inter").

L'onomatopée, telle que décrite par Walt Simonson (et utilisée par ceux qu'ils citent - Wood, Eisner, Bodé - ajoutons Crumb, Franquin, Gotlib, Quitely, Moebius, ou Tardi) ont gardé le plaisir enfantin et généreux de raconter une histoire en faisant la voix qui fait peur du narrateur, les "Boum" en écartant les bras pour faire sursauter les gosses, bref : de l'ENTHOUSIASME !

BORDEL !

=;^)

Lionel Garcia a dit…

Les onomatopées, le lettrage et le traitement des phylactères représentent une des grandes spécificités et richesse de la BD. Leur usage apporte une personnalité et une identité graphique à l'univers d'un auteur. C'est vrai que par chez nous, tout cela semble enfantin et à l'encontre d'un désir de perception artistique trop souvent répandu. Dommage.

Pratt adorait faire les titres de ses albums à la main. Malheureusement, après sa mort, Casterman a uniformisé le lettrage des titres... Mais je me souviens également d'un entretien de David Lloyd, dans lequel il déclarait en substance, que les onomatopées ne participaient pas à une perception intelligente de la BD. Peut être est ce vrai pour le propos de "V pour Vendetta". Mais il est dommage de croire que la reconnaissance de la BD et d'un propos passe obligatoirement par une austérité de façade. Se couper des apports d'un moyen d'expression aussi universel que la BD par snobisme m'amène à penser que certains se sont tromper dans leurs choix professionnels.

Alan Davis avait crée un personnage maniant les onomatopées dans Excalibur et j'adorais ce personnage.

artemus dada a dit…

Belle entrée !
En effet comme tu le dis Laurent le lettrage et l'onomatopée sont le parent pauvre de ce côté de l'Atlantique si je puis dire.
Aux USA il y a eu de belles choses de faites comme avec la série Hercule ou l’onomatopée parle, littéralement : http://www.mysterieuxetonnants.com/la-science-des-onomatopees-dans-incredible-hercules/ par exemple.

J'avais signalé ici-même le beau travail de Quitely : http://artemusdada.blogspot.fr/2016/02/shimura-r-morrison-f-quitely.html

Côté Hexagonal j'ai fait un article sur le magnifique travail de Tiburce Oger sur Buffalo Runner : http://artemusdada.blogspot.fr/2016/03/buffalo-runner-tiburce-oger.html

Et dernièrement j'ai été assez interloqué si je puis dire par le beau travail de "feues" les éditions Artima/Arédit sur le magazine EPIC et plus particulièrement sur Almuric :

http://artemusdada.blogspot.fr/2016/04/almuric-howardthomasconrad-2.html

http://artemusdada.blogspot.fr/2016/04/almuric-robert-ehowardroy-thomastim.html

Artima/Arédit n'étant pas connues pour leur lettrage, ou plutôt si, pour leur "mauvais" lettrage.

[-_ô]

Ps: j’espère ne pas être (trop) embarrassant avec tous ces liens, dont une bonne partie renvoie à mon blog ?

Laurent Lefeuvre a dit…

Exact !

Barry W. Smith aussi a créé un personnage qui joue avec les onomatopées, et les codes de BD en général (dans Paradox Man - lisible dans les premières pages de OPUS 1).

Même François Boucq, dans le dernier Super Dupont, dont l'humour me semble passablement daté, mais qui donne un dynamisme bon enfant, et une séquence diablement efficace où il se bagarre contre des BANGS BOUM CRRRRRRACK.

En effet, je suis d'accord avec vos propos. Le lettrage passe pour enfantin.

Je suis navré de voir les titres d'épisodes de Rahan alors écrits à la main, effacés
pour se voir remplacés par une écriture de robot, comme un vilain sous-titrage inutile et nuisible.

Qui oserait faire ça avec Eisner ?

Idem pour Lloyd. Mais faudrait-il renoncer à cette qualité de la BD pour séduire des snobs ?

Quel constat d'échec.

Moi aussi, j'ai écrit les titres de mes histoires "manuellement" (même si dessinés à la tablette graphique). Et ce logo change, varie, d'un album à l'autre, pour s'adapter à l'ambiance de l'album.

C'est ce qui le rend VIVANT !

Encore bravo à Walt Simonson dans son plaidoyer pour "la lettre EST le dessin"... en espérant qu'un ou deux auteurs le comprennent !

Philippe Cordier a dit…

Merci pour tes liens Artemus, très intéressant
Laurent j'ai eu peur, j'ai cru que tu allais attaquer le lettrage manuel dans son ensemble, mais je vois qu'il ne s'agit que de la partie "snob" des ces lettrages Ouf Car manuellement c'est le top, j'ai de si bons souvenirs de discussions avec le meilleur lettreur de France, Remy Bordelet, qui lettrait tout à la main et AU PINCEAU!!!
Il en est question de le bel ouvrage que JM Lainé et S Delzant ont commis sur le lettrage
http://www.editions-eyrolles.com/Livre/9782212126082/le-lettrage-des-bulles

Lionel je pense que le point de vue de Lloyd peut s'entendre sur SON travail, sans généraliser, s'il pense que se passer des onomatopées accorde la forme et le fond sur son approche du dessin...
Pour Pratt tu mets le doigt sur l'une des (rares) choses (avec le choix du papier, parfois)qui m’empêchent souvent d'acheter les albums vf : un lettrage épouvantablement froid/mécanique, si loin de la matière du dessin

JP Nguyen a dit…

C'est marrant, aujourd'hui chez Bruce Lit, on parle de V for Vendetta et du coup, j'ai commenté en faisant un renvoi à cette entrée.
Je suis 100% d'accord avec Phil : "le point de vue de Lloyd peut s'entendre sur SON travail, sans généraliser"

Philippe Cordier a dit…

le cross-over des grands esprits :)

artemus dada a dit…

@ Lionel :

"Alan Davis avait crée un personnage maniant les onomatopées dans Excalibur et j'adorais ce personnage."

Tu te souviens du personnage ? Ou des numéros où cela se déroule ?

Merci d'avance. [-_ô]

Lionel Garcia a dit…

Le personnage crée par Alan Davis s'appelle KYLUN. Il a donc le pouvoir de reproduire n'importe quel son. Je n'ai pas mes Titans sous la main. Mais avec ce lien vers Marvel-world.com : http://www.marvel-world.com/encyclopedie-2273-fiche-kylun-biographie.html

tu auras la fiche détaillée du personnage. Davis a crée ce personnage lors de son passage en tant que scénariste et dessinateur. A ma connaissance plus aucun auteur ne l'a utilisé depuis. Idem pour des personnages comme Cerise et Féron. Surement, trop d'originalité pour les scénaristes lambda de la Marvel. Dommage...

Philippe Cordier a dit…

Probablement la meilleure période de boulot, créativement parlant, pour Davis selon moi

artemus dada a dit…

Merci Lionel.

Lionel Garcia a dit…

Avec plaisir.

Entièrement d'accord avec toi Phil. Un feu d'artifices d'idées et un dessin magnifique. Dommage que faute de succès, sa création "Le Clan Destine" n'ait pas pu être plus développée. Je crois avoir lu un entretien dans lequel Davis considérait son travail sur KillRaven comme sa pièce maîtresse. The Nail reste aussi un très beau travail...

Par contre, j'ai lu dernièrement un récit mettant en scène différentes versions des Vengeurs et son dessin n'était pas au top.

Philippe Cordier a dit…

pareil. le dessin est en mode auto
the nail ne me parlait pas trop car je ne suis pas trop DC mais dessin top
Clandestine parait très personnel mais je n'ai guère adhéré
Killraven m'a beaucoup plus et ses Excalibur restent, pour moi, le top (avec son Wolverine Bloodlust)

artemus dada a dit…

Son travail sur les FF "La fin" est pas mal du tout aussi.
Je feuilletais aussi hier son "Gen 13 Bootleg", excellent également.