Rechercher dans ce blog

mercredi 19 octobre 2016

La Bataille du siècle?

 Je crois n'avoir jamais lu ce 1er énorme cross over entre Marvel et DC. J'ai dû lire la "suite" en version Lug, mais pas celle ci
Enorme morceau d'histoire des comics
Il était question d'un film réunissant les deux icônes concurrentes, au début des années 70, et finalement c'est sous forme de comics grand format (Tabloïd sized) que sortira la rencontre en 1976
Pour une première de cette ampleur les intervenants furent très nombreux
Stan Lee et Carmine Infantino (les deux "chefs") se sont mis d'accord sur la couv (il fallait que les 2 perso aient la même exposition) cf ces roughs de Infantino
 Andru/ Giordano finalisèrent la couv
 Voici les crédits officiels de la chose
 La rencontre n'a pas lieu dans une réalité alternative mais bien dans un même lieu, une même ville. Les deux perso ne se sont tout simplement jamais croisés avant, mais c'est un hasard (ben voyons)
 Ne verrait-on pas un peu de Romita Sr dans la case de gauche? Mais si. On en reparle sous peu
 Un peu de baston...
 et on se quitte bons amis
 Le dessinateur Ross Andru voulait avoir son complice Mike Esposito, à l'encrage, pour avoir travaillé avec lui sur les deux héros. Impossible car la répartition Marvel/ DC incluait d'avoir un dessinateur DC ou Marvel, et un encreur venant de l'autre écurie. Andru officiait sur Spidey, il fallait donc un encreur DC. Ce fut Dick Giordano. Il rendait un superbe boulot...
 Toutefois, Giordano était connu pour beaucoup déléguer, très pris qu'il était par ses différentes casquettes. Les planches crayonnées arrivaient dans le studio monté par lui et Neal Adams. Adams pris sur lui de redessiner "légèrement", avant que Giordano n’intervienne,  presque tous les dessins de Superman qu'il trouvait un peu "légers" (il dit que c'était avec l'accord de Andru mais Giordano dit au contraire que ce fut fait discrètement). Giordano ayant une approche similaire à celle de Adams il n'y a pas de choc graphique du tout. Les modifications côté Marvel sont plus flagrantes, John Romita ayant pour mission de retoucher une grande partie des visages de Peter Parker et de MJ. 
De plus, une majorité des décors est l'oeuvre du jeune Terry Austin ( membre du Crusty Bunkers et "élève" de Giordano) + un coup de main de Bob Wiacek
Sur cette page les décors sont donc de Austin, qui "signe" même sur le panneau (sous la jambe de Spidey)
 Encore une combo Andru/Giordano/Adams/Austin
 
 Je serais curieux de lire ce comics vintage, avec le recul, mais j'ai bien peur de me noyer dans le old school. Une expérience à faire tout de même, signe de temps plus simples, et sans cynisme.
Restent également de bien belles pages, exceptionnellement produites au format de parution (ce dernier étant grand)

7 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

Intéressant !

Je l'ai dégotté il y a peu, celui-là : un VRAI collector!

Terry Austin signe plusieurs fois, sous forme de néons au-dessus d'immeubles, dès la première Splash-page (pages 2-3).

Une curiosité : Dans mon édition française (SAGEDITION), les yeux de Spidey ne sont pas blancs... mais JAUNES !

Je me suis d'abord dit que c'était une de ces stupides directives d'"executives" : "Superman a 3 couleurs - bleu/rouge/jaune... alors Spider-Man aura les 3 mêmes, quitte à lui en rajouter une qu'il n'a normalement pas".

Ça se tenait, je trouve. Surtout il y a 40 ans et pour un tel enjeu : Marvel/DC!

Et puis je suis tombé sur les pages originales (US), où Spidey a conservé ses orbites blanches.

C'est donc visiblement une "correction" de l'éditeur Français qui aura valu ses yeux jaune à Spider-Man dans cette aventure... couverture incluse !



Philippe Cordier a dit…

je pense que ca arrivait régulièrement, ces yeux jaunes, car je me revois, tout gamin, colorier des dessins de Spidey (de moi, mais je me demande si je n'en faisais pas sur des revues!!,,) en jaune. J'ai forcément eu un modele

Bon faudra que je me cherche ce team up,et sa suite (peut être chez un bouquiniste de St Malo)

Lionel Garcia a dit…

Jamais lu non plus. Mais pour rester dans les rencontres qui ont marqué le comic-book, j'ai lu dernièrement le Superman/Mohamed Ali par Neal Adams et consort. Et il y a quelque chose de très agréable à lire ces récits improbables. Je ne suis pas sur qu'il s'agisse que de nostalgie. Peut être une naïveté ou un recul concernant le support?

Philippe Cordier a dit…

Moi le Sup/Ali j'ai franchement eu du mal à découvrir "adulte"
http://philcordier.blogspot.fr/2014/07/super-nealali-et-curt.html

Laurent Lefeuvre a dit…

... Alors tu auras sans doute du mal aussi avec le Superman Spider-Man, pour les mêmes raisons !

Philippe Cordier a dit…

je le pense aussi, même si la curiosité l'emporte
Je n'ai rien contre le côté vintage/old school (d'autant moins que je ne lis quasi plus de comics modernes) mais sans le support de la nostalgie la lecture de ce genre de BD ne m'est pas toujours facile

Lionel Garcia a dit…

Je comprends parfaitement ton sentiment. Mais en même temps, je trouve très plaisant, de voir des auteurs oser les plus invraisemblables sujets, rebondissements, associations...

Et peut être que si, enfants, nous avons été séduits par les comics, c'est parce que des auteurs avaient osé les approches les plus folles. Après, je reconnais que ces récits seraient surement un vrai calvaire à (re)lire dans les mains d'autres artistes.