Rechercher dans ce blog

vendredi 13 avril 2018

DK II Noir

 Comme prévu, je fus faible
J'ai commandé/reçu et lu la version noir et blanc du Dark Knight Strikes Again (pas cette couv)
Il en a été question, ici, en septembre dernier
Je confirme que le re(re) lecture est loin d'être désagréable, d'autant que sans les couleurs psychédéliques/pop qui piquent la redécouverte des planches est relle et non parasitée. D'autant plus que certains effets photoshops faisaient quasi disparaitre le dessin. 
Des bouts de scénar partent un peu en vrille mais on retrouve aussi pas mal du ton du 1er Dark Knight et le tout est très cohérent, voire agréable.
Bien sur par endroits il y a pas mal de vide/blanc, on sent que des pages/cases furent pensées pour la couleur mais Miller est bon, et des pages sautent aux yeux.
J'avais montré des repro de planches originales donnant donc une idée précise du rendu du livre.
En voici d'autres
 Il y a un peu plus de cartoony que dans le 1 mais n'oublions pas qu'il y en avait aussi un peu dans le 1 qui n'était pas que sombre et sérieux
A propos de "pas sérieux", Miller est capable de s'amuser avec sa propre prod, sous forme de clin d'oeil
Dans ce DK 2 il donne cette attitude à un Superman sérieux face à sa fille...
 Ailleurs, Sup se prend un vent avec un Batman, qui lui "pique son rocher"...
un rocher, et une attitude, faisant clairement référence à cette séquence du DK 1
 dont voici une repro de la planche originale

Il y a, dans ce DKSTA Noir, des pages très aérées, des pages simples, des plus complexes... et des gaufriers bien denses
 
J'ignore quand Urban en fera une vf mais je ne regrette pas du tout mon achat, espérant même qu'une version du DK III arrive prochainement sous cette même forme.
En conclusion, une petite photo un peu floue pour vous donner une idée de la différence, de taille et de contenu

3 commentaires:

Laurent Lefeuvre a dit…

Intéressant !
Ce bouquin a été exagérément descendu, car il y avait tant d'attente par rapport au "VRAI" DKR.

Il en est moins une suite qu'une version "au carré".

Alors oui, on peut légitimement penser que Miller s'est planté. Mais on ne lui enlèvera pas qu'il a vraiment tenté quelque chose de sincère, et d'expérimental.

Ça n'enlève rien au premier cycle, d'autant plus que son petit est totalement différent.

Je ne le feuillette pas souvent, déjà parce qu'il élargit son propos à l'univers DC entier (et que je m'en tape royal du volet "cosmique", autant que de voir Daredevil face à Thanos, par exemple), et que c'est "conceptuel".

Néanmoins, je le feuillette. J'y trouve toujours quelque chose d'intéressant (pas si évident).

Bref, en effet, si Urban s'y intéresse, je pense que j'en serai.

La bise !

Lionel Garcia a dit…

Pour ma part, j'aime beaucoup ce récit, justement, parce qu'il permet à Miller de donner sa vision des personnages de DC. J'ai toujours pensé qu'avec ce DK2 Miller avait saisit l'occasion, non pas de faire une suite à son premier récit, mais bien de revisiter les icônes de DC. Et je pense que la déception de beaucoup de lecteurs vient de là.

Alors évidemment, certaines planches en noir et blanc peuvent faire vide. Mais l'occasion est trop belle de voir le travail graphique de Miller. Une approche pleine de maladresses, parfois; d'outrance très souvent. Mais un travail vivant et qui expérimente.

Et si Urban traduit cet album, je serai également preneur.

Philippe Cordier a dit…

oui Lionel tu as certainement raison, mais je pense comme Laurent du fait de mon désintérêt, moi aussi, pour l'univers DC et le cosmique
Et je confirme vraiment que relire ce volume 2 en noir et blanc est un plaisir et presque plus une découverte qu'une redécouverte
La vo est carrément identique aux vf Urban dont elle s'inspire,
Amusant de voir que sur mon étagère il y a les vf n et n urban et celle ci en vo et seul le logo Urban manque sur le dos, remplacé par celui de DC