Rechercher dans ce blog

lundi 20 juillet 2015

Belles couv X (men) de Silvestri

Si je mets la grande majorité de son run sur Wolverine au dessus de son travail sur les X-Men, j'ai beaucoup aimé le 1er run de Marc Silvestri (aidé de Dan Green) sur le groupe de mutants, avec un Claremont encore en pleine forme
Je voulais parler de son approche graphique, fine et belle, d'un Colossus sensible et artiste...
 
Mike Oeming lui a rendu un bel hommage
Et puis j'ai changé d'avis en découvrant cette couv inédite
Je me suis dit qu’elle était en dessous de ce que Silvestri a pu faire, et cela m'a donné l'envie de poster quelques une des ses couv, qui ont très bien fonctionné (sur moi en tout cas)
Assez terrifiante
 Classique, et avec un Piotr en slip!
 
 Une compo (à la Frazetta) que Silvestri va beaucoup utiliser, et ça fonctionne
 Intéressant. J'aimais cette couv Alien, "in your face", avec la saga des Broods

Elle fonctionne aussi en noir et blanc
 Et je découvre qu le layout vient du directeur artistique de l'époque, Mister John Romita himself
 Iconique couv de cette période Broods
 J'aimais beaucoup cette fausse photo
Rien de recherché dans cette idée/compo, mais l'un de mes numéros favoris, sur le cross Inferno (qui a donné les meilleurs DD)
 
 Très sympathique clin d'oeil à une mythique couv du mag Mad
 Retour de la compo et hommage à Frazetta
 Et pour terminer, THE couv de Silvestri sur le run.

25 commentaires:

Lionel Garcia a dit…

Wolverine crucifié et en brood reste des images définitivement ancrées dans ma mémoire. Si l'association de Silvestri avec Morrison a pu donner quelques belles images et un scénario trop souvent abscon. Pour moi, sa période maitresse sur Uncanny X-men, reste le cycle sur l'Adversaire. Une période des X-Men pas assez reconnue.

plumoc a dit…

Quel remarquable encrage à la pointe sèche pour la première image,splendide comme planche,dommage que cet instrument n'est pas été plus utilisé au fil des épisodes,le pinceau était parfois un peu "lâche"sur des crayonnés de Silvestri un peu trop précipités,la couleur ensuite n'arrangeait rien,donnant un effet de lourdeur et de mauvaise finition,alors que le simple noir et blanc restait agréable.Du très costaud quand-même ces épisodes.
Je l'aime bien moi cette couv qui semble te laisser froid,elle est pleine de bonnes choses je trouve,et elle "prépare"tellement l'arrivée de Jim Lee qui avait forcément vu ce travail sur le X-men de Silvestri auquel il rajoutera une pointe de Mignola/Arthur Adams,avec un peu de Miller/Janson période DD et surtout une bonne dose de Michael Golden pour la précision un peu lisse.
Grand bonhomme au crayon ce Silvestri.

plumoc a dit…

Ha oui,j'adore sa Malicia.

Franck Jammes a dit…

Le layout de Romita Jr est vraiment très léger, on distingue à peine deux-trois traits.

phil cordier a dit…

T'as raison Plumoc, même si Green était à l'époque si bon au pinceau que je me demande dans quelle mesure il n'y en a pas sur cette page de "crayonnés" de Piotr (que j'adorais)
Franck c'est vrai le layout est léger mais Romita faisait ,en gros, TOUTES les couv en layout donc il allait vite

JP Nguyen a dit…

Je rejoins Lionel Garcia pour l'appréciation de la période avec l'adversaire. La couv de Silvestri qui m'a marqué, c'était celle de Fall of The Mutants avec l'équipe au complet volant vers son destin fatal. C'était une époque où Serval n'avait encore que quelques cases par épisode pour jouer au gros dur ou pour faire la leçon à ses coéquipiers. Dans cet arc, il était leader par intérim et l'intensité dramatique était bien rendue, avec le siège de Dallas par des monstres comparé à la lutte des 300 de Sparte...
A cette époque, j'exposais chaque couverture du dernier numéro de Special Strange sur mon étagère, une déco renouvelée tous les deux mois... sauf pour ce numéro qui trôna plus longtemps que les autres...

Philippe Cordier a dit…

Les gars rappelez moi qui est l'adversaire (à l'époque je ne lisais, déjà, que de la vo :-)

Lionel Garcia a dit…

L'Adversaire, si ma mémoire est bonne, est un ancien ennemi de la tribu de Forge. Après le combat des X-Men, l'Adversaire pris possession de Nazé, le vieil indien qui éleva Forge. Il fit croire à Tornade que Forge menaçait le monde en voulant ouvrir une porte dimensionnelle à des démons alors qu'il voulait la refermer. Dès lors, Tornade tenta de tuer son ancien amant, en vain. Après quelques déboires, Forge et Tornade retrouvèrent les X-Men. Forge expliqua aux enfants de l'atome que pour vaincre l'Adversaire et les démons, 9 âmes devaient être sacrifiées. Les X-Men se sacrifièrent à Dallas. Puis furent ressuscités par Roma...

Lionel Garcia a dit…

Il faut lire "Après le combat des X-Men contre les Spectres, l'Adversaire..."

Philippe Cordier a dit…

Ah oui ok, c'est donc le prélude à leur "mort à Dallas"?!
De toutes façon j'aime toute cette période Claremont/Silvestri, sauf peut être les derniers épisodes car on sentait Silvestri moins impliqué,et encore

Lionel Garcia a dit…

C'est exactement ça. Et pour l'implication de Silvestri, il reste encore de belles prestations dont Inferno.

Philippe Cordier a dit…

Magnifique
Super boulot puis encore mieux sur Wolverine puis la dégringolade en fin de de run/passage Image

Laurent Lefeuvre a dit…

D'accord avec vous tous.

Pareil que JP, sur la présence mesurée, laconique et subtile de Wolverine, ingrédient majeur, mais pas surdosé, de cette époque.

Et quelle tristesse de le voir gâcher son talent réel de narrateur, a faire des images si dénuées de personnalité ! On dirait son propre clone, aujourd'hui.

Il montre des bouts de pages de son fameux projet secret (AKA : Batman) sur sa page Facebook, et je trouve même un certain intérêt à regarder, autant qu'un pincement au coeur en imaginant ce que le même gars aurait fait sur le même titre... il y a 25 ans !

Philippe Cordier a dit…

Oui techniquement il a gagné des trucs avec le temps

mais alors narrativement...

D'accord avec vous sur le dosage de Wolverine même si j'ai fais partie des lecteurs ravis en découvrant une série continue, en 89, rien que pour le griffu

Lionel Garcia a dit…

Une série bien éloignée du super-héros et qui, de fait, avait une raison d'exister. A sa sortie, j'avais adoré son approche pulp à la "Terry et les Pirates". Les lieux malfamés de Madripoor changeaient des immeubles de New York.

Philippe Cordier a dit…

pareil
un peu désarçonné par le "patch" et surtout le truc sur les yeux genre bout de voile qui tient tout seul, mais j'adorais tout le reste

et puis Buscema, Williamson, Byrne, Janson, Sienkiewicz, ...et Silvestri!!!

Laurent Lefeuvre a dit…

Ah mais moi aussi, je me suis excité comme un fou en apprenant l'arrivée de la série solo (c'est dire ma fierté d'avoir pu exposer dernièrement, une certaine couv de numéro 1 de Serval par Ciro Tota).

Disons qu'il y avait un pas entre le Serval encore relativement discret, quoique déjà pilier des X-Men, puis une série solo avec un univers propre et original... et l'actuelle (sur)exploitation dont il a fait l'objet ces 20 dernières années.

Cette précision apportée, l'arrivée de la série Wolverine coïncidait avec une période où justement, dans la continuité X-Men, Serval/Wolverine ne pouvait s'afficher en tant que tel, puisqu'il devait garder le secret de sa "non-mort" (pour cause de "Fall of the Mutants" évoqué plus haut).

Du coup, on avait la mariée, mais on ne pouvait pas VRAIMENT profiter de la Lune de miel... jusqu'à (en ce qui me concerne) l'arrivée du run Hama/Silvestri, et où enfin Logan/Serval a comblé pendant une dizaine de numéros... toutes mes attentes.

Jusqu'à ce run (en gros les 30 premiers numéros), et malgré les hommages de qualité à de séries plus classiques d'aventure (comme le personnage Archie Corrigan, en référence à l'Agent X-9 par Williamson), je rongeais globalement mon frein sur les histoires interminables en Amérique du Sud (Milgrom/Byrne/Janson), où avec des Vampires (David/Buscema), dans l'attente de rencontres... avec des persos plus "Marvel" (X-collègues, ou DD, par exemple).

Philippe Cordier a dit…

ah non, moi je ne rongeais rien, je m'éclatais, Un poil long sur le run de Peter David certes, mais pas celui de, sacrilège pas Milgrom mais Goodwin/Byrne/janson

Laurent Lefeuvre a dit…

OUPS !
Il ne manquerait plus que je manque de respect à Klaus Janson, et je suis banni !
:^)

Lionel Garcia a dit…

Mon plaisir résidait justement dans l'absence de "l'écurie Marvel" classique. Ce qui ne m'a pas empêché d'apprécier le run de Hama/Silvestri. Mais aussi, la période du dessinateur Mark Texeira. Dans un autre registre d'auteurs, j'avais adoré le Wolverine de Sam Kieth dans MCP.

Philippe Cordier a dit…

Texeira ne m'avait pas tenté donc je connais trop peu ce run
le Kieth par contre c'était super beau, et si loin de ses drôles d'experience graphiques avec Maxx

Laurent Lefeuvre a dit…

Ah !
Là c'est toi qui es sacrilège avec moi ! :^)
The Maxx est la seule série dont j'ai jamais acheté (et adoré) l'intégralité des numéros ! Pour le scénar ET le dessin !

On ne va pas trop digresser, par rapport à Silvestri qui a déjà glissé sur Wolverine, alors on dira juste que j'ai beaucoup aimé les MCP de Wolverine sous LSD par Sam Kieth... et ai donc du mal à comprendre qu'on n'apprécie pas les The Maxx qui en est juste l'aboutissement, et le seul bon comics des premières années de Image Comics !

Philippe Cordier a dit…

taratata, j'ai bien aimé puisque je les ai aussi tous acheté les Maxx mais quand même, sur la fin il partait loin à mon goût, et sur ses mini parallèles j'ai carrément décroché
Sur Wolverine il était tellement fou de détails à la Adams meet Frazetta que c'est un monde différent

Francis a dit…

Je garde une excellent de la trilogie avec les yakuzas et de l'épisode avec le chasseur de la nuit, pour moi c'est clairement ce que Silvestri a fait de mieux sur ce run (le reste est très bien aussi du moins jusqu'à l'arc avec L'Arme X).

Philippe Cordier a dit…

exactement
le début est extra, ensuite ca ne diminue pas, puis sa dernière partie de run est plus faible au scenar et infiniment plus faible au dessin