Rechercher dans ce blog

mardi 8 novembre 2016

Trumpkiewicz

Juste une image, pour, espérons le, conjurer le mauvais sort
Bill Sienkiewicz, pro Sanders d'assez longue date, ne ménage pas ses efforts, à son échelle, pour que Trump ne soit pas élu (et non pas pour que Clinton soit élue, c'est une nuance) 
Allez farfouiller sur le net et voir tout ce qu'il dessine et/ou dit sur le sujet. Je partage à peu près tout ce qu'il met. 
Cette couv est superbe (Bill S. est un génie du comics moderne, rappelons le) et tellement vraie

17 commentaires:

Lionel Garcia a dit…

Au final, il faudra que les américains choisissent entre un moindre mal. L'affiche me fait penser à un dessin d'Alex Ross concernant Bush. Il est toujours intéressant de voir nos auteurs de comic se muer en dessinateur politique. Déjà en son temps, Mc Cay avait fait ce parcours avec un talent immense.

Raf a dit…

Je partage aussi cette vision de Sienkiewicz, et j'ai pu ressentir cela cet été aux US. Les américains ne souhaitent pas voir Clinton à la Maison Blanche et c'est ce qui est en train de faire basculer cette élection du côté obscur.

Philippe Cordier a dit…

Tu as malheureusement raison Raph. C'est hallucinant, à peine croyable ce matin!!!

Laurent Lefeuvre a dit…

Ça nous pend au nez, à nous aussi. On y va, bêtement, mécaniquement, prévisiblement, et RIEN ne semble aller dans le bon sens.

"Make America dumb/racist/sexist again"

Au secours.

On repense au candidat Ken Wind, du Elektra Lives Again par Frank Miller et le même génialissime Bill Sienkiewicz.

Raf a dit…

Lolo j'ai exactement pensé à elektra de Sienkiewicz. De là à ce que cela arrive chez nous je pense pas, il faudrait déjà que les candidats se concentrent sur leur programme plutôt que de décortiquer celui inexistant du FN et surtout ils me donnent l'impression de vouloir se retrouver au second tour face à Marine (il se passerait la même chose qu'avec Chirac-Le Pen), je n'ai décidément qu'une piètre opinion de la classe politique ....

Laurent Lefeuvre a dit…



Débat long, compliqué, pas forcément le lieu.
Comme dit Bill S. ce matin sur sa page FB :

"I'm down to do what I used to as a kid when life got too insane or unsafe or out of control: I'm going to go work on my comics, where I can make the world make reasonable sense, at least on paper.

Be strong folks. Love you all."

Love you Bill.

Philippe Cordier a dit…

Il a également noté qu'il était cynique de nature et démoralisé de voir que tous les éléments factuels, non discutables, contre Trump, n'ont rien changé. je pense aussi que Marine Machin présidente est un récit potentiel de en moins fictionnel

Laurent Lefeuvre a dit…

J'essayais de ne retenir que le plus positif de ses tous derniers messages... mais j'ai le regret de dire que je partage aussi son point de vue.

Comme disait (en substance) cet Italien Gramsci :


« Il faut allier le pessimisme de l'intelligence à l'optimisme de la volonté »

Philippe Cordier a dit…

retenons cette intéressante dernière phrase (car sinon le pur pessimisme l'emportera)

Franck Jammes a dit…

He's the president...
And he has the box !!!

Anonyme a dit…

Attention à ne pas commenter l'élection de Trump avec les mêmes informations (médias français, pseudo-experts qui nous expliquaient qu'Hillary ne pouvait perdre) que celles avant l'élection : pour avoir parlé avec des amis américains, pour toute élection, ils sont avant tout pragmatiques et pensent à la possibilité, quelque soit le rang social, de faire du business, c'est à dire de gagner de l'argent. C'est à cette seul aune là qu'est jugé un US Président.

Voir des manifestants contre l'élection de Trump est une aberration : si le résultat avait été inverse (Clinton élue démocratiquement) on aurait accusé les manifestants du camp d'en face de tous les maux (racistes, anti féministes, obsédés des armes...).

Le problème dans cette élection est LE PEN a DEJA gagné, ne vous y trompez pas : je ne parle pas de l'élection de Marine à la présidence mais des idées de Jean-Marie : moi ce qui me choque c'est entendre parler un ancien Président de "lutte contre la pensée unique" et son ancien Premier Ministre de "victoire contre l'establishment"...ce sont les propos de LE PEN père dans les années 80 et 90. Bravo Jean Marie, tes idées ont fait leur chemin dans les esprits..je m'étonne d'ailleurs qu'aucun média ne reprenne cette constatation factuelle de bon sens...

Philippe Cordier a dit…

Mais elle est reprise, en tout cas il me semble, cette idée, si évidente qu'elle est! la TRES grosse dérive droitière des politiques de France saute aux yeux : les idée d’extrême droite sont passées à droite et tout glisse de ce côté là
Tu as raison, d'une certaine manière Le Pen a gagné en effet, mais reste cette étape, ce gros risque, de l'élection, car tous les hommes politiques ne semblent pas réaliser que la Marine peut très bien passer
Sympa un monde avec Lepen, Poutine, Erdogan, Trump...

Quant à juger le président US uniquement à l'aune du money maker, c’est peut être vrai (et triste) mais ça n'excuse rien. Même si tu accordes de l’importance au pognon ...à partir du moment où tu entends un candidat, sans déformation ni hors contexte, avoir des propos racistes, bellicistes, sexistes, homophobes...si tu votes pour lui c'est en connaissance de cause et que soit tu partages ses idées soit tu es un imbécile (c'est un "tu" générique bien sur :)

Anonyme a dit…

Ben, j'ai peur que ce soit plus compliqué que cela : bien sûr, les propos de Trump sont si énormes qu'ils font horreur à tout le monde (moi, y compris).

D'un autre côté, je me dis que s'il est arrivé au stade de Président des Etats Unis, c'est qu'il n'est peut être pas aussi stupide qu'on veut bien nous le présenter, qu'il a peut être juste adopté les postures, aussi détestables soient-elles, nécessaires pour arriver à son but : une sorte de Magnéto contre le Professeur Xavier... Bref, je pense qu'il s'est construit le personnage pour parvenir à ses fins ...et force est de constater qu'il a réussi. C'est d'autant plus fort qu'il avait TOUT le monde contre lui(médias et caciques de son parti) ! Par suite, on peut conclure que soit il est un produit stupide et malheureux des circonstances, soit que c'est un peu plus complexe que cela.

A cet égard, je ne pense pas que le peuple français (et ses tentations d'extrême droite)aie des leçons à donner au peuple américain. Si tant de gens ont voté pour Trump, il n'y a pas que de l'abruti blanc du Nevada féru de religion, d'armes et aigri par la globalisation et la perte des emplois...C'est, à mon humble avis, une facilité de raisonnement qui nous est présentée par les mêmes médias que ceux qui annonçaient qu'on ne comprenait rien au système de vote américain et qu'Hillary devait gagner car elle ne pouvait perdre 7/8 états cruciaux...Sauf à habiter quelques mois aux Etats Unis, comment peut on comprendre la vie politique là-bas, les attentes des électeurs à l'aune de nos propres critères ? C'est infiniment plus complexe qu'un reportage de 5 min sur France 2...

Pour les médias, je trouve qu'aucun média ne fait le parallèle : pour l'instant on nous remonte au contraire un Sarkozy conquérant (en pourfendeur de la pensée unique) à l'assaut du Juppé : les médias tentent d'inverser la tendance pour avoir un beau combat à nous vendre, "suivez absolument le 3ème débat de la primaire qui sera déterminant sur notre antenne de Shit TV. D'accord, on vous a déjà fait le coup pour les 2 premiers, mais là c'est pour de vrai...".

Enfin, je ne trouve pas du tout que les médias reprennent cette idée : j'attends juste qu'un média nous montre sur le même écran à gauche une interview de Jean-Marie en 90' pourfendant les tenants de la pensée unique, et à droite, Sarkozy et Fillon tenant les mêmes propos. Il ne s'agit plus là de reprendre quelques idées (bloquer les frontières, défendre la France catholique éternelle) mais bien de la posture de base du FN face à la politique : tous pourris, tous corrompus sauf moi. Le pire dans cette affaire est que Marine pourra faire observer, non sans raison hélas, que ceux qui avancent la lutte contre l'eshtablissement aujourd'hui étaient justement ceux que LE PEN accusaient de "pensée unique" avant et qui ont été au pouvoir les 20 dernières années...





Philippe Cordier a dit…

C'est forcément plus compliqué; mais je maintien ma dernière phrase, et ne qualifie pas Trump d'imbécile, seulement ceux qui votent pour lui soit disant sans adhérer à toutes ses idées

Sur la France le parrallèle que tu évoques a été fait (à gauchede l'écran Lepen, à droite Sharko...) par, de mémoire, Yann Barthes. Il a des défauts mais mettait (ou met, je ne suis plus trop sur sa nlle chaine) ce genre de choses

Après je fais parti des désabusés de le politique, tendance cynique qui plus est, donc je ne suis probablement pas le mieux placé pour ce genre d'analyse

Franck Jammes a dit…

Une partie de l'électorat populaire a été court-circuité par les démocrates, ceux qui soutenaient Bernie Sanders que les caciques du parti ont banané à la primaire dans des conditions plus que suspecte. Clinton incarne tout ce que détestent les électeurs populaire : c'est une politique professionnelle, elle magouille, elle est riche, elle est soutenue par le show-biz friquée, elle profite du système qui enrichit les fameux 1% et le favorise. Elle est loin d'être vertueuse... L'électorat populaire de droite a tranché. Celui de gauche ne s'est pas déplacé.

Quant aux politiques chez nous... franchement, Valls est aussi fasciste que Sarkozy : pour le fichage, pour le libéralisme économique, à la botte du MEDEF, faisant passer des lois crapuleuses à coup de 49-3 et nous infligeant un discours moralisateur tout en clamant qu'il est de gauche ! Le sociétal, ça ne coûte rien et c'est un alibi. ça sert juste à bien montrer que la gauche est de gauche et la droite est de droite... Sauf en économie où tout le monde est libéral !

Maintenant, n'oubliez pas qu'une élection n'est JAMAIS jouée d'avance.

Philippe Cordier a dit…

jamais gagnée d'avance? Je pense qu'avec l'exemple US même les plus angéliques l'ont saisi (enfin espérons le)

Franck Jammes a dit…

Y avait eu le Brexit avant.
La leçon n'a pas porté.