Rechercher dans ce blog

lundi 13 avril 2015

DD & Joe Q

On reste sur DD
Je crois que c'est RDB qui nous a informé il y a quelques semaines d'un lien tumblr tenu (très ponctuellement, juste à l'occasion de la série tv Daredevil) par Joe Quesada Une merveille sur laquelle j'ai passé du temps et vous invite à faire de même, ici
Je m’impose ici à cette occasion un drôle d'exercice: évoquer le DD de Quesada sans avoir relu le moindre épisode depuis leur parution en single il y a ...longtemps (plus de 15 ans?)
Ce sera donc, comme d'hab ici, plus axé dessin que scénario
Pour moi graphiquement à l'époque il était au top, en pleine possession de son style, ayant enfin un peu quitté Mignola, et encore loin de son photo-réalisme actuel

Gros souci pour moi : Ce run, objectivement marquant, et en tout cas remobilisateur des fans/lecteurs, par Kevin Smith (l’homme qui a tant fait contre les encreurs avec une phrase dans un un film) Quesada/ Palmiotti m'a laissé un goût amer, pour différentes raisons subjectives : trop de noirceur calquée sur l'approche de Miller sans en avoir la profondeur, un manque cruel d'humour, qui pourtant est nécessaire pour désamorcer la noirceur (ce que faisait Miller) une approche judeo chrétienne pataude et pesante, un coup médiatique discutable (la mort de Karen Page) et surtout des dialogues trop présents. Les choses s'améliorent avec le départ de Smith, toujours sous l'ère Quesada, mais globalement je fus déçu car Smith a redynamisé le perso et aurait pu apporter plus, et mieux.
Côté dessins Quesada s'est fait plaisir, mais il a oublié que les comics étaient en petit format et que la réduction, quelle que soit la qualité (réelle) de l'encrage allait rendre la chose moins digeste, surtout alourdi par des pavés de texte et des couleurs trop travaillées et trop détaillées
Rien que le crayonné, avant même que les textes et les couleurs n'alourdissent, était fourmillant. 
Magnifique mais pas pensé pour le format comics
Techniquement j'ai adoré mais...trop de dessin tue le dessin
Même cette page de droite, pourtant en pleine page est trop fouillée/fouillie

Il y avait pourtant des tas d'idées narratives/ de découpage
Quesada a reconnu s'être amusé, par exemple avec ces enluminures telles qu'il les faisait avec sa série Ash, mais il reconnait aussi l'erreur car un dessin ultra détaillé, plus ces "fioritures" = lisibilité altérée
La seule touche de pseudo humour ne vient pas de Smith mais de Quesada qui donne à un perso les traits de ...Dolan (Le Spirit/ Eisner)
Et là encore il blinde déjà de noir mais rajoute en plus un fond
Je suis peu être un peu dur, et il me faudrait relire ce run, mais c'est parce que j'attendais davantage de la forme et du fond avec un potentiel pareil

Seconde couche avec un autre passage de Joe Quesada sur une mini série : Daredevil Father. Cette fois il scénarise aussi
Là encore je n'ai pas relu cette histoire depuis le HC mais de mémoire il rate le coche, cherchant à être très analytique, introspectif, jouant sur un tableau très personnel (le lien au père) mais du coup le propos est lourd et des perso arrivent comme des cheveux sur la soupe (j'ai souvenir de sortes de "héros" bizarres/sans intérêt sur la fin, équivalent aux arrivées des Ninjas chez Miller)
Beaucoup furent surpris (dont moi) par le côté carré/énorme qu'il donna au perso. Mais je n'ai pas détesté, même quand il allait loin. Il explique aujourd'hui qu'il voulait dessiner le ressenti d'un personnage traqué par DD, tel qu'il le voit donc. D'où un Matt Murdock plus mince que DD en tenue. Pas bête mais un poil trop poussé
Graphiquement ça tape
Il a tiré des leçon de son run et l'absence régulière de lisibilité à la réduction : Ses planches sont ici  très belles, mais plus sobres, moins fouillées, et très lisibles
Le problème n'est plus la réduction, c'est plus l'encrage : il dit aimer Danny Miki mais moi je lui préfère, de loin,  un Jimmy Palmiotti plus souple et moins dans la pointillisme maniéré.
Par moment les détails reviennent mais le format de parution est plus grand.
La couleur de Richard Isanove est "peinte" et supérieure à celle du run régulier

Image de fin à la limite du hors sujet : Elektra encrée par le magnifique Al Williamson, sur un dessin ancien période Quesada sous influence Mignola. Le logo bizarre est celui d'un parfum je crois, car il s'agissait d'une fausse pub

8 commentaires:

Lionel Garcia a dit…

Je n'ai jamais aimé le travail de Smith et Quesada sur DD. Pour moi, tout le récit s'avère un mauvais décalque de la période Miller. Le tout avec une thématique "lourdingue" à souhait et une Némésis (Mystério) sans charisme. J'ai été plus sensible à l'association David Mack/Quesada. Surement à cause des efforts de Quesada pour essayer de reproduire, après Miller, une narration spécifique à Mack. Quitte à faire hurler la majorité, j'ai plus apprécié son One More Day et sa version de Méphisto. Bizarrement, l'aspect massif de son DD Father attise ma curiosité. J'ai le sentiment que Quesada a souvent eu du mal à trouver un équilibre entre un dessin réaliste et cartoon. Au final, le meilleur souvenir que je garde de Quesada reste une séance de psy avec les membres d'X-Factor. Un grand moment d'écriture de Peter David.

Philippe Cordier a dit…

Nous sommes donc à peu près raccord :-)
Sur ses anciens boulots oui X Factor était très bon (et révélait le talent et l’éclectisme de Milgrom encreur), mais n’oublions pas, grâce en grande partie à Nowlan, Sword of Azrael, une mini série hallucinante graphiquement

Laurent Lefeuvre a dit…

Vous avez tout dit ! De la séance psy de X-Factor (géniale !) par David/Quesada jusqu'à Sword of Azrael (effectivement, merci Nowlan).

Par contre, Phil, je ne trouve pas que son DD massif "tape", loin de là : Encore du Miller (sur DKR, cette fois-ci) mal compris par Quesada qui croit trouver là un prétexte à faire du Bad-Ass iconique, mais qui foire juste parce que son DD baraqué est juste si mal fichu qu'on dirait qu'il a un embout d'helium fiché quelque part (je vous laisse choisir) et qui le boursouffle jusqu'à explosion.

Pour moi, de Colan, à Weeks, en passant par Miller, Mazzucchelli ou JR jr, DD est un corps en totale liberté (mouvement, pesanteur)dans les blocs de béton de la ville.

Quesada n'en fait jamais qu'un recroquevillé constipé.

Regardez son visage : Pourquoi tant de grimaces, et de contorsionnements? Seule hypothèse qui me vienne à l'esprit : on n'a "un gros paquet à sortir".

Une tentative méritoire de rendre hommage, sans doute, mais ratée pour moi.

Heureusement que du bon allait arriver après lui.

Philippe Cordier a dit…

je continue de trouver marrante sa version sous heliu sur father, surtout en crayonné; le maniérisme de l'encrage aggrave la chose et je pense qu'un Janson aurait donné un volume intéressant malgré tout
Après je te laisse juge d'un rendu proctologique ou pas, selon les affinités : -)

Laurent Lefeuvre a dit…

On avait dit "on ne sort pas les dossiers".

Philippe Cordier a dit…

Quand tu feras les enfants de la télé (ca existe encore?) tu sauras ce que vraies casserole veut dire

RDB a dit…

Ah, ça, quand Quesada se mêle des scénars, il ne fait pas dans la dentelle (demandez à JMS ce qu'il a dû supporter sur "Spider-Man", et pas seulement pour "One more day" : je me rappelle d'un article dans "Comic Box" où étaient rappelées toutes les interférences éditoriales du run, c'était infernal !).

Perso, je connais mal la production de Quesada comme dessinateur, même si je l'ai vu capable de produire des images étonnantes. Récemment, il y a eu cette preview de l'épisode de "Miracleman" qu'il a dessiné et le résultat est très beau. Pas très personnel cependant parce que j'ai d'abord cru que c'était du McNiven !

J'en profite pour revenir sur la précédente entrée concernant la série télé "DD" sur Netflix : les retours sont plutôt positifs, même si beaucoup s'étonne de la violence surprenante pour une telle production. Mais "DD" est une BD violente, au moins aussi bien sur le plan psychologique que physique.

En revanche, les premières images du costume de DD dans cette série sont apparues et le résultat est particulièrement moche. On est encore dans un truc très cuir, mais pas gracieux ni classe (à croire que les costumiers d'Hollywood ne connaissent pas d'autres textures). Dommage (même si ça n'enlève pas les autres points positifs, comme le casting).

Philippe Cordier a dit…

il semblerait que ce costume" moche" ne vienne que dans le dernier épisode donc si c'est le seul point négatif ca ira