Rechercher dans ce blog

mercredi 21 juillet 2010

Williams experimental

J’aime bien Scott Williams. Il a acquis un statut d’encreur star grâce à Jim Lee, en très grande partie, et pourtant il continue à chercher à progresser. Il montre ici deux expériences. Il a déjà eu l’occasion de dire que, tout comme Tim Townsend (à son sujet, revenez donc ici dans 2 jours), et contrairement à ce que son style affiche, son encreur préféré est Klaus Janson. Mais autant lui que Townsend reconnaissent avoir du mal à se lâcher. Ici il fait un essai. Finch lui envoie un dessin au crayon, en lui disant qu’il va le travailler davantage, lui donner plein de textures, et le renvoyer à Williams pour encrage. Sachant que le dessin qu’il a sous les yeux n’est donc pas définitif, Williams décide de s’amuser et encre le plus spontanément possible. J’aime beaucoup l’aspect rugueux, cassant, mélangé avec les projections de blanc

A l’opposé, et toujours à la recherche d’expérimentation, il a encré cette cover de Jim Lee, sans le moindre aplat de noir (même le bat logo n’est pas en noir plein). Etonnant

5 commentaires:

Ben BASSO a dit…

Oui j'ai vu ça sur deviantART. Super intéressant.

Manu Mane a dit…

Pareil ! :)

Philippe Cordier a dit…

c'est pas super classique de la part d'un encreur reconnu, de continuer à expérimenter. Beaucoup cherche à conserver, voire à améliorer leur technique, mais peu cherchent à la diversier. C'est son cas et c'est bien cool

laurent Sieurac a dit…

L'illustration de Finch est franchement superbe sans tous ses ziguigui qui n'apporte pas grand chose de plus, bien au contraire, à mes yeux.
Là pour le coup, on dirait un peu le taf de Lee sur Deathblow ou il avait lever le pied sur tous ses petits trait inutile!

Philippe Cordier a dit…

Lee levait le pied pour singer Miller mais ca restait bien en effet
Sinon tout à fait d'accord sur la Finch, ca prouve que le dessin de base est solide puisque qu'il tient sans fioritures