Rechercher dans ce blog

Chargement...

vendredi 30 juillet 2010

Bonnes vacances


Comme chaque année, 15 jours à l'ancienne (comme le Rahan de Zep ci dessus), sans internet, dès ce soir. Je crois qu'à part une bricole je n'ai rien programmé en auto sur ce blog, donc rdv après le 16 08 et bonnes vacances à tous. Revenez nombreux regarder quelques jolies choses ici bas
Que ces chouettes BB X Men (+ l'omniprésent deadpool) de Skottie Young vous accompagnent dans vos lectures estivales

jeudi 29 juillet 2010

Des crayons pour Scarce


Le numéro 75 de Scarce devrait partir à l’impression en fin de mois prochain, et les suivants avancent bien. Le 76 aura un dossier sur Cloak and Dagger. Il serait bien que le portfolio porte sur ces perso ou, au moins, des « perso d’ombre et de lumière » :-)

Si vous êtes intéressés, artistes en herbes ou confirmés, le principe est toujours le même : pas de garantie de publication, car la place manque souvent, mais nous apprécions toujours de recevoir des dessins proposés, toujours gracieusement    :-)
L’impression est en noir et blanc, donc gare à d’éventuels niveaux de gris. Et enfin, aucun impératif de style, bien au contraire, la diversité étant un plus.

Questions éventuelles dans les commentaires, ou à la même adresse que pour envoyer les dessins :
phil.cordier « at » yahoo.fr

Histoire de vous mettre un peu la pression, l’illu d’entrée de ce post est un sketch ultra rapide, mais beau, de Rick Leonardi.
Et ci-dessous la case est de Stroman/Williamson

A vos crayons…

mercredi 28 juillet 2010

Le roi David

Histoire de se changer les idées, j’ai fais une entrée plus souriante que celle d’hier.
J’avais oublié de marquer le coup de la victoire de l’un de mes chouchous aux Eisner Awards. Le très grand David Mazzucchelli

Best Graphic Album—New
• Asterios Polyp, by David Mazzuccheilli (Pantheon)

Best Writer/Artist
• David Mazzuccheilli, Asterios Polyp (Pantheon)

Best Lettering
David Mazzuccheilli, Asterios Polyp (Pantheon)

C’est pas rien !

Voici quelques échantillons de ce qu’il y a dans ce livre, somme de tout ce qu’est Mazzucchelli aujourd’hui (qui, pour rappel, a très peu en commun avec le Mazz’ de DD et Batman)

Il y a tout là dedans : l’expérimentation graphique, le fond, la forme, les esssais, les images, les jeux narratifs…On est par moment un peu proche de l’art pour l’art, mais souvent  l’équilibre est là, avec un livre lisible, profond et beau.





J’aime bien ce jeu là, avec un style graphique évoluant selon la psyché du perso. Asterios est un architecte, et ça se voit

D’ailleurs sa tête rentre dans un rond parfait, comme le prouve cette dédicace
Je vais me le relire tiens

L’an dernier il a eu droit à une méga expo à New York, dont voici quelques clichés trouvés sur le net



Deux originaux de Rubber Blanket

Et leur version deux couleurs

Recherche (et photo), pour le très bel album Big Man


S’il estime, avec raison, ne plus être l’artiste qui faisait (et avec quel brio) du super héros, il ne renie pas tout. Pour preuve, ces clichés exposés lors de cet évènement.
Du Batman


Gros plan sur une jambe pour montrer, dixit le Mazz, qu’à l’époque en pleine mutation il passait un temps fou à gouacher de blanc des détails « inutiles » qu’il avait dessiné



Et on fini avec un bout de l’incontournable Born Again



PS : rien à voir avec Mazzucchelli (même si l'approche graphique, à la base, n'est pas à l'opposé) mais rappelons que parmi les Eisner Awards il y a aussi cet indispensable, dont le second "roman graphique" sort à la rentrée aux USA

Best Adaptation from Another Work

Richard Stark's Parker: The Hunter, adapted by Darwyn Cooke (IDW)



mardi 27 juillet 2010

Monde cruel

Andre Geerts est mort, des suites d'un cancer, cette nuit
Quelle merde
Je ne le connaissais pas, mais j'étais fan de son boulot,surtout Jojo, dont je parlais ici le 13 05
Le 18ème album de Jojo venait d'être fini et sortira le 01 10. Il porte bien son nom malheureusement

Il avait 54 ans
Ca fait vraiment chier

Très bel hommage de BOULET

lundi 26 juillet 2010

Du Miller pour les riches



Il y a peu, se sont tenues des enchères plus ou moins privées car passées par l'intermédiaire du revendeur de planches Spencer Beck
2 planches de Dark Knight Returns par Miller et Janson furent mises en vente
J'ignore à quel prix elles sont parties, mais la mise de départ était de 55 000 usd!!!???
Ce bouquin a évidement un intérêt historique, mais allons allons, que représente cette somme? C'est un peu ridicule. Elles ont probablement été vendues quelques centaines de dollars dans les années 90. Et maintenant ça! Passons!
Le but ici est juste d'admirer la combo FM/ KJ en bonne def



Hors enchères, mais on termine avec ces deux cases, parmis les (assez) nombreuses que Miller, non satisfait de parties d'encrage de Janson, à ré-encrer (le cases qui illustrent ce début de post sont, par contre, par le duo)

samedi 24 juillet 2010

JRjr charge

On pense ce qu'on veut des Avengers et de Bendis (perso l'ensemble me laisse froid), mais qu'on ne vienne pas me dire que Romita Jr "baisse avec l'âge"
Son encreur fétiche me dit régulièrement que les crayonnés des Avengers s'améliorent au fil des numéros, et quand je vois cette double page d'un numéro à venir, je veux bien le croire

vendredi 23 juillet 2010

Townsend mal casté

Tim Townsend est probablement le meilleur encreur actuel de Chris Bachalo. Cela ne l’empêche pas d’avoir conscience de ses limites face à d’autres dessinateurs. I reconnait ainsi que si, techniquement, cette couv sur laquelle il encre Carlos Pacheco , est bien, la combo avec ce dessinateur n’est pas des plus heureuses. Je suis assez d’accord avec lui, même si on a vu bien pire

Il a retravaillé l’original, affinant l’encrage du visage en gros plan, et retravaillant le dos de cap. C’est mieux en effet




Pour rappel, THE encreur de Pacheco, c’est Merino. Point. Sa finesse et sa souplesse sont irremplaçables.La preuve

jeudi 22 juillet 2010

Mauvais esprit un jour...

...mauvais esprit toujours

Bon j’ai craqué, et le voyant pas cher du tout j’ai acheté le DVD du Spirit par Frank Miller. Je l’ai pris pour le 2ème disc bonus. Mais en fait on n’apprend rien de la bouche de Miller

Après 2 mois passés près de ma télé, le cd du film a demandé à être visionné hier soir. Je crois bien que j’ai passé un moment encore plus désagréable qu’au cinéma lors de sa sortie. Tout n’est pas nul, loin de là (des idées de mise en scènes, d’ambiance, de cases de la BD reprise, d’allusions à des histoires et perso d’Eisner…) On sent que Miller aime Eisner dans ces moment là. Mais alors pourquoi plomber tout le film avec une voix off tirée directement de Sin City. Insupportable. Et Octopus ? Merveilleuse idée d’Eisner que de ne jamais montrer son visage. L’idée, reprise en film, aurait été bien sympa. Mais non, quand on embauche Sam Jackson (et qu’on lui demande d’en faire des caisses) faut bien montrer son visage tout le temps. Ridicule.

On s’ennuie ferme, un comble pour un film de 1h38 sur un perso de cette classe, par un narrateur de talent.
Miller n’aurait il fait ce film que pour pouvoir avoir ce genre de souvenir ?

Dire que Miller et Eisner furent mes deux idoles absolues (Eisner toujours)

Bref, je reste malgré tout fan de Miller au dessin, et j’aimerais beaucoup trouver ce bouquin des story-boards, donné comme sorti en 2009, et introuvable sur la toile (je crois en avoir vu une version espagnole l’an dernier donc il doit exister) Quelqu’un l’a vu ?

Voici les seules extraits visibles sur le net





Et pour rappel, le Spirit, ce n’est pas lui...


C’est lui (une case que Miller a d’ailleurs repris dans le film)

mercredi 21 juillet 2010

Williams experimental

J’aime bien Scott Williams. Il a acquis un statut d’encreur star grâce à Jim Lee, en très grande partie, et pourtant il continue à chercher à progresser. Il montre ici deux expériences. Il a déjà eu l’occasion de dire que, tout comme Tim Townsend (à son sujet, revenez donc ici dans 2 jours), et contrairement à ce que son style affiche, son encreur préféré est Klaus Janson. Mais autant lui que Townsend reconnaissent avoir du mal à se lâcher. Ici il fait un essai. Finch lui envoie un dessin au crayon, en lui disant qu’il va le travailler davantage, lui donner plein de textures, et le renvoyer à Williams pour encrage. Sachant que le dessin qu’il a sous les yeux n’est donc pas définitif, Williams décide de s’amuser et encre le plus spontanément possible. J’aime beaucoup l’aspect rugueux, cassant, mélangé avec les projections de blanc

A l’opposé, et toujours à la recherche d’expérimentation, il a encré cette cover de Jim Lee, sans le moindre aplat de noir (même le bat logo n’est pas en noir plein). Etonnant

lundi 19 juillet 2010

Tim Sale aux pinceaux



Bon ok, Tim Sale fait un peu parfois le « grand Artiste », surtout pour ceux qui connaissent les prix d’originaux pratiqués par son vendeur de planches, mais j’aime beaucoup le boulot de ce bonhomme. Il a une facilité d’encrage au pinceau étonnante, et un style lâché que j’apprécie presque toujours.
Voici quelques exemples, à la fois d’encrage spontané (avec souvent du lavis du plus bel effet), et d’utilisation des célébrissimes règles de composition verticale/ horizontale.

Composition verticale sur ces 4 exemples (le 3ème étant, j’imagine, un clin d’œil à la dernière planche de Born Again)




Cette compo reste en vertical, mais introduit la diagonale…

Diagonale qui est le cœur du design de cette jolie com de DD
Encore un coup de diagonal

Une très belle commission de notre râleur préféré…
Qui prend toute sa dimension à l’encre

Intérêt de l’encrage encore plus flagrant sur celle-ci (le Shadow a évolué entre les deux étapes)

Et retour sur DD avec cette couv abandonnée, qui semble montrer qu’il ne trace pas les contours de ses zones noires avant de les remplir, mais il parait se lancer directement dans la masse noire au pinceau

Pour comparer, la version finale

Et on termine limite hors sujet, avec les magnifiques couleurs sensibles et originales de Bjarne Hansen, de Superman for all seasons. Pour l’occasion Tim sale avait abandonné les masses noires pour un tracé ouvert laissant toute la place à la couleur (Hansen est alors responsable du rendu final, au moins autant que Tim Sale)