Rechercher dans ce blog

vendredi 14 octobre 2011

Les ignorants


 Encore un grand cru pour Etienne Davodeau. Ok, l’image est facile, mais vraie

Je suis assez peu objectif car j’aime tout ce que nous propose cet auteur, mais là quand même, c’est la classe. L’auteur de BD ne connait pas grand-chose au vin. Son voisin vigneron n’a jamais lu de BD. Les deux mondes vont se mêler et chacun va s’enrichir (intérieurement). Et le lecteur en apprend au moins autant.

Davodeau est un roublard et sait comment présenter le réel pour le rendre encore plus intéressant qu’il ne l’est déjà (narrations parrallèles, croisée, éllipses...). Il parle vrai, sans « niaiserie contemplative » ni pédagogie appuyée. Le lecteur est dans les vignes, puis près de la table à dessin, en festival, chez les éditeurs, imprimeurs, vignerons… On a clairement l’impression de passer quelques heures (de lecture) avec des copains. Amusant de côtoyer des auteurs, et instructif de vivre un moment avec des pros du vin qui aiment autant leur métier/vie que les auteurs aiment le leur.

Comme toujours avec Davodeau le trait est purement au service du récit. Il est parfaitement maitrisé, mais pas tape à l'oeil. Il suggère parfois plus qu'il ne montre. l'oeil du lecteur complète et c'est l'une des grande force du 9ème art que de s'appuyer sur le vécu et l'histoire de celui qui lit. On se prend à imaginer le livre en couleurs, pour profiter de ces tons qui paraissent merveilleux, mais le lavis est beau aussi et force également à utiliser l'imagination.
Le ramage vaut le plumage et, encore une fois, le nouveau Futuropolis présente un très beau livre.

En le refermant on a envie de sortir, d’aller dans les vignes et, surtout, de se pencher sur ce Richard Leroy et de goûter son vin.

Après le Portugal de Cyril Pedrosa, voici mon 2nde livre de 2011.

4 commentaires:

Zaïtchick a dit…

Davodeau, c'est sympa.

stephane a dit…

J'ai eu une chance incroyable Jeudi en allant chez mon libraire préféré (et ami), M. Davodeau était de passage.
Je n'aurais jamais osé l’embêter mais mon pote libraire m'a un peu poussé et m'a permis d'avoir une chouette dédicace et une tite discussion rapide..

En tout cas moment particulier pour moi surtout pour un auteur que j'admire bcp et donc du coup contrairement à ce que je disais sur buzz, je l'ai donc acheté, pas encore lu mais rien qu'en le feuilletant je sens que je ne vais pas le regretter

Philippe Cordier a dit…

Veinard
Si je ne m'abuse, en quelques jours/semaines tu rencontres mes 2 coups de coeur 2011 en dédicace non?
Tu veux que je parle de qui ensuite? Une entrée sur Bachalo? : -)

stephane a dit…

C'est vrai que j'ai eu beaucoup de chance surtout que je suis loin de courir après les dédicaces.

Je crois que j'ai de la chance d'avoir un très bon libraire avec qui je m'entends beaucoup et qui lui même a très bonnes relations avec beaucoup de dessinateurs

Mais bon après ça m'arrivera pas tous les 4 matins lol (mais si l'un est lié avec l'autre ouais une petite entrée sur Bachalo, je veux bien loool)