Rechercher dans ce blog

vendredi 28 novembre 2014

Le bâton de DD

 Une entrée longue et très copieuse aujourd'hui
Après le survol récent des gadgets de Spidey, voici, plus poussé, un focus sur le gadget de Daredevil : son lasso canne
Présent dès le numéro 1, sur la couv dessinée par le King
 Tout parait simple : il décide de garder sa canne d'aveugle, dont il n'a plus besoin because nouveaux pouvoirs,  mais de l’utiliser pour son autre "job"
 
 C'est tout? Ce serait trop facile. Parce que cette canne, elle va causer bien des soucis au pauvre tête à cornes. 
On l'utilise contre lui...
 ...elle sert à tuer l'un de ses amours...
 et va même le tuer lui, dans Daredevil End of Days (pas de spoiler, ça arrive dès les 1ères pages)
 Alors reprenons à la base, puisque cette canne est un peu le coutelas de Rahan : indissociable du perso et indispensable
Wally Wood fut celui qui a dessiné le 1er le costume rouge, toujours d'actualité. Il a composé la charte graphique du perso, qui évoque aussi la canne,
 une canne très détaillée et blindée de composants/gadgets
 Même si Wood va essentiellement axer l'utilisation de cette canne sur ce que l'on connait le plus et sur quoi je reviendrai : le "grapin"
 Les gadgets de cette canne ont permis aux auteurs d'aller loin, très loin (trop loin). Orlando dessine ça
 elle devient boomerang!!
 et que dire de ceci?!
 Wood flirte avec le ridicule, grâce à un écran de fumée intégré
 Kirby est allé encore plus loin, sur un crossover avec les FF : la canne sert de ...fusil!!??
 Il était temps de quitter l'esprit de la série tv Batman, et de revenir à un poil plus de sobriété. The Dean Colan s'y colle et tout semble dit
 A quoi sert cette canne, une fois séparée en deux?
A taper les méchants de loin bien sur
 
 j'avais beaucoup aimé ce plan/caméra subjective par Romita jr/Williamson
 A noter que la canne a aussi servi en défensif, allant jusqu'à arrêter les balles dans Man Without Fear (Miller/ JRjr)
 2ème utilisation, principale même : rivaliser avec tête de toile et se balader dans les airs, en utilisant la partie qui lance un "filin"
 
 on peut même embarquer ainsi sa nana
 Cette utilisation a permis à de très nombreux artistes de jouer avec l'aspect gymnaste virevoltant de DD. Joie de la licence artistique, beaucoup ont fait comme McFarlane avec la toile d'araignée, c'est à dire un filin totalement non réaliste, emberlificoté à l’extrême mais qui permet des effets graphiques
 Une interrogation reste, guère évoquée : comment détache il le "fil" quand il doit soit lâcher pour atterrir soit le renvoyer ailleurs? Spidey n'a qu'à lâcher sa toile et en faire une autre, mais DD n'a qu'une canne, qu'il ne peut jeter
 Possible que cette version de l'embout soit alors plus cohérente, le "crochet" se rétractant plus logiquement d'une simple pression
 c'est la dessus que sont partis les repreneurs de la version actuelle du titre, comme en atteste ce design de Paolo Rivera
 Mini aparté : un retcon c'est une réécriture de l'histoire, rétroactive (retroactive continuity) C'est ce qu'ont fait Miller et Romita Jr dans la mini Man Without Fear, nous montrant qu'à ses débuts Matt n’utilisait pas sa propre canne, mais une matraque de policier, volée
La page est minuscule ici alors je vous mets une nouvelle image subjective "in your face" de Romita Jr/ Williamson dans la tenue qui inspire très nettement la série tv netflix imminente
 
 Que manque t il dans cette illue? Comme beaucoup d'artistes, surtout à l'occasion de couv ou pin up, John Byrne (sur néanmoins cette magnifique couv pour mon mag DD) a oublié le holster/étui  dans lequel DD range sa canne une fois pliée. Quand l'artiste ne se trompe pas de jambe (un canne de super héros ça se range à gauche!) il oublie carrément de le dessiner; Pov' DD qui doit se garder la canne à la main
 Alors on le range comment cet ustensile? 
Aux début le holster c'est ça
 Sous Colan/ Miller:Mazzucchelli/Romita jr... c'est simple et direct, en deux parties
 Aujourd'hui, si fort heureusement les auteurs de DD ne partent pas dans des excès de réalisme (les super héros ne sont pas réalistes, est il utile de le rappeler?) ils ont choisi de fermer le holster (s'agirait pas qu'ils tombent ces bâtons)
 Rivera, à la reprise du titre, à décidé d'utiliser cet étui triple, se basant sur un type de canne se divisant en 3
 ce n'est pas, loin s'en faut, le modèle dominant, mais c'est un choix comme un autre (j'aimais bien l'étui en 2 parties moi)
 Voilà, fin de ce tour d'horizon du lasso canne. La série Daredevil actuelle est excellente. Probablement l'un des meilleurs titres Marvel (le meilleur à mon goût). Waid et Samnee oublie enfin un peu le pesant héritage de Miller (aussi brillant fut il) et reprennent l'esprit des débuts : Du Fun avant tout. 
Et qui dit fun dit ...lasso canne. La preuve
 J'aimerais revenir un jour sur l'autre élément qui fait l'essence de DD : le sens radar! Sujet que j'ai effleuré dans mon magazine, mais qui date, et sur lequel il y a bien des choses à dire
Mais ce genre d'entrée prend du temps donc...wait and see
Pour l'instant...that's all folks

15 commentaires:

JP Nguyen a dit…

Bravo! Tu as pensé aux furieux qui se préoccupent de la place du Holster!
Très complet mais j'ai encore deux trois trucs à ajouter.
La poignée : incurvée au début puis en forme de lanière chez Miller et Mazzucchelli.
La couleur : marron, blanche ou rouge.
Les transformations en nunchakus ou bâton...

Laurent Lefeuvre a dit…

Tu es complètement fou !
C'est génial !
Bravo, Phil !

Ca ferait un article parfait pour Scarce ou Comic-Box, tes post sur les lance-toiles et le lasso-canne de DD !

Vivement que je développe l'intérêt de la bombe de peinture de mon petit Fox-Boy (faut bien que je tire un peu la couverture, moi !)

Philippe Cordier a dit…

Merci les gars
Pour Scarce pas sur mais CB oui c'est vrai Même si seul le net permet de mettre autant d'images

J'aurais été déçu que le 1er commentaire ne soit pas signé de l'ayatolla du holster :-)

RDB a dit…

"Daredevil" m'a, je crois, aussi plu, à l'origine, parce que c'était une série où les personnages, bons ou mauvais, avaient un objet fêtiche, offensif ou décoratif, qui "compensait" en quelque sorte le folklore habituel des super-héros et des super-pouvoirs spectaculaires. Ainsi, il y avait cette espèce de "pseudo-réalisme" mais sans perdre la fantaisie propre au genre.
DD avait donc sa canne, avec tous les usages que tu cites (tu es un grand malade, quand même), mais aussi la dague de Elektra, les cartes du Tireur, la canne du Caïd, les griffes du Hibou, les échasses de l'Homme aux échasses, etc.
Tout ça, même si c'était exploité de manière très fantaisiste donc, constituait un prolongement plutôt moins excentrique que d'autres ustensiles chez d'autres personnages (les lance-toiles de Spidey, le bouclier de Cap, l'armure d'Iron Man, le marteau de Thor).
Et ce n'était pas étonnant que la Veuve Noire soit régulièrement dans les pages de DD, avec ses bracelets (même si elle est apparue ailleurs avant).
Aujourd'hui, j'ai ce même sentiment avec le traitement d'Hawkeye par Fraction et Aja, où l'arc est manié de façon extraordinaire mais par un héros qui, en même temps, estime que Kate Bishop (l'autre Hawkeye) lui est supérieure, ou qui se coltine des adversaires avec également une arme de prédilection (le Swordsman, le Clown, les Dracula tracksuits, etc).

En fait, tout ça pour dire que j'aime mieux les héros comme DD et Hawkeye, que les super-héros plus extravagants (dans le look et les pouvoirs).

J'espère que tu trouveras le temps de causer du fameux "sens radar" un jour. Je me souviens que Denny O'Neil ne l'aimait pas et qu'il préférait dire que DD était quasiment en osmose avec New York pour aussi bien s'y déplacer, ce qui est une interprétation très intéressante (en tenant compte des aventures à San Francisco de DD).

Philippe Cordier a dit…

très intéressant ressenti

Grand malade certes mais je rassure mes toubibs du net : je compte "essayer le sens radar" un jour, mais rien d'autres côté gadget: -)

JP Nguyen a dit…

Petite digression, l'autre jour au Cirque, je vois un jongleur avec un diabolo. Deux batons reliés par une ficelle, devinez à quoi ça me faisait penser...
Mon bon, j'étais pas à fond dans le trip, il avait pas de holster...
L'Ayatollah du Holster, je trouve ça pas mal comme surnom. Un peu confidentiel pour la compréhension, mais pas mal...

Philippe Cordier a dit…

moi si je vais au cirque je me rattache à tout ce qui peut m'en sortir


je m'ennuie ferme au cirque

Franck Jammes a dit…

C'était vraiment très intéressant. :)

Philippe Cordier a dit…

Merci
Etre futile demande un minimum de sérieux :-)

plumoc a dit…

Superbe et plein d'enseignements bravo.Je m'en suis posé des questions sur ce lasso-canne et son crochet, comment il s'accrochait, se décrochait, à quoi, où , comment c'était suffisamment résistant, comment ça ne glissait pas, par tout les temps, sur toutes les surfaces, comment il se déroulait et s' enroulait à la vitesse requise pour être efficace , combien il y avait de longueur de fil, en quelle matière ect ect....Ce concept de lasso-canne il fallait vraiment y croire, sinon ça coinçait avec le personnage et son univers particulier.D'autres choses bien plus incroyables me semblaient tout à fait naturelles...

Philippe Cordier a dit…

genre la toile de Spidey? : -)

moi pareil

plumoc a dit…

Ouais, mais Peter Parker était un petit génie scientifique (et visiblement un bricoleur hors pair, avec du matériel/matériaux assez sophistiqué à portée de mains bien évidemment....comme tout le monde)et d'une certaine manière c'était cohérent.Par contre le voir marcher aux murs par la grâce de ses pouvoirs malgré ses semelles épaisses et son costumes ça c'était une vraie interrogations!

Il s' en passe des choses dans la tête d'un jeune accroc aux comics...

Philippe Cordier a dit…

maintenant que tu le dis...je me souviens très bien rester relativement perplexe devant une image de Spidey grimpant au mur, vers nous, par Ditko (je crois qu'il allait vers le repaire d'Octopus) et me poser la question sur les doigts qui collent à travers les gants : -)

Duphot a dit…

Jamais imaginé qu'elle contenait autant de technilogie cette canne :-)

Philippe Cordier a dit…

ce concentré de technologie est inversement proportionnelle à la noirceur du scénario
Autant dire que "sous Miler" c'était un bâton :-)
Et avec Waid elle reprend du service