Rechercher dans ce blog

mercredi 15 mai 2019

MCP

 Une entrée un peu lourde en images
J'ai commencé cette année, en single/vo, à suivre cette nouvelle mouture de l'anthologie Marvel Comics Presents, attiré par le visuel de cette couv, ci dessus, de Marcos Martin, et également pour comparer avec ce qui fut fait avant sur ce titre assez méconnu qui devrait pourtant être mythique.
C'est le grand Art Adams qui se charge des couv, avec du Wolverine, souvent (faut bien tenter de vendre ma bonne Dame)
 
 Déjà à l'époque des grands noms vendaient des couv (et déjà sur Wolverine) Ici,John Byrne
 Peu de numéros sont parus mais le panachage grands noms/noms moins connus semble à peu près là
 MCP 1ère époque c'est 1988/95. Dark Horse a eu un format similaire, avec Dark Horse Presents qui publia, excusez du peu, les premières pages de Sin City.
Le concept était fourre tout et donc inimaginable en compil aujourd'hui : de la place pour que les nouveaux fassent leurs preuves (un luxe de nos jours) un endroit pour que les grands noms expérimentent sans s'engager sur la durée, des anciens grands noms en recherche de publication, le tout avec des tranches de quelques pages à suivre sur quelques mois.
A boire et à manger mais, surtout, des choses introuvables aujourd'hui.
Il y a eu tant de choses que je ne fais qu'effleurer le sujet
Nous avons parlé, il y a peu, du Wolverine de Peter David/ Sam Kieth mais Kieth a fait d’autres histoires, aussi déjantées, jamais compilées
 Ce qui m' a fait acheter ce titre, c'est le fait que je ne savais pas si le récit fondateur de Barry Smith serait compilé. A l’époque on ignorait qu'il le serait autant et qu'il aurait une telle influence
 
 
 Pareil pour ce joyau de Nocenti/Leonardi/Russell
 
 Il sera bien compilé plus tard, mais pas d'autres pages de Leonardi (encrées par Palmiotti)
 C'est dans les pages de MCP que nous avons eu l'intro du titre régulier de Wolverine, par Claremont/Buscema/Janson
 là encore il y eu compil plus tard, mais pas sur d'autres pages de Buscema seul
 Des grands noms, en début de désamour auprès des éditeurs, trouvaient encore un petit refuge dans cette anthologie moins exposée, comme Gene Colan, que ce soit encré par Williamson...
 ou Tom Palmer
 Je n'ai jamais accroché au travail de Paul Gulacy mais c'est au sein de MCP que ses fans durent, un temps, le rechercher
 John Byrne offrit le prélude à sa reprise de She Hulk en courtes séquences également
 MCP fut, enfin, l'occasion pour des auteurs débutants, de faire leurs preuves. C'est aussi pour compenser cette exposition qui intéressait peu les fans, que le titre utilisait tant Wolverine et autres Ghost Rider
Ici, le jeune...Jim Lee!
 Erik Larsen, pas ultra débutant et au style déjà reconnaissable
 Enfin, une ancienne gloire des chez Image/Cliffhanger (avant de partir dans le jeu video) qui, à ses débuts, copiait clairement Art Adams : Joe Madureria!
Il va sans dire que MCP était en couleur mais j'adore montrer du n et b

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Petits commentaires très très rapide sur cette entrée super sympa :

- "MCP 1ère époque c'est 1988/95, et il a fait des petits, tels Dark Horse Presents qui publia, excusez du peu, les premières pages de Sin City."

Euh... attention. Dark Horse Presents (1ère version) est antérieur (débuts en 1986).
Bien sûr, je ne crois pas que DHP ait inspiré MCP (Dark Horse en était à ses débuts en 1986, donc ne devait pas peser grand chose en terme d'influence sur le marché).

- les exemples que tu cites sont les plus marquants, mais j'ai le souvenir que Clandestine d'Alan Davis démarra aussi dans ce titre (sur sa fin). Voilà un numéro que j'ai eu beaucoup de mal pendant des années à trouver dans les bacs de back-issues.

Philippe Cordier a dit…

Merci pour la précision/correction, je n'ai pas vérifié, certain que j'étais de l'antériorité de MCP, je corrige

Oui Clandestine ça me revient, cette sorte de preview, et il y a eu encore tant de jolies choses (au milieu de pas mal de déchets il faut dire)

Anonyme a dit…

J'y ai repensé depuis... Ce n'est pas forcément étonnant que la mémoire joue des tours, en fait.
Si on y réfléchit bien, DHP est devenu vraiment visible sur le marché avec la période Sin City/Next Men, à partir de 1991. Avant le DHP #50, pour autant que je m'en souvienne, il n'y avait pas vraiment d'auteurs "vedettes" dedans, en particulier venant des univers super-héros. Il y avait bien sûr Concrete de Paul Chadwick pour pousser le titre, mais Paul Chadwick et Concrete ont justement émergés grâce à DHP et Chadwick était un inconnu avant, et qui est resté depuis un auteur très écarté de l'univers Marvel/DC... En fait, avant le #50, de tête, je me souviens juste de la présence de Matt Wagner avec sa bande "The Aeralist" (qui était un vrai pavé dans la mare à l'époque), et encore, je me corrige, je pense que même Matt Wagner ne devait pas être perçu comme un auteur important à l'époque... Mage et Grendel de Comico étaient connus sur le marché, mais pas autant qu'une série Marvel et DC, je pense.
Hors de 1988 à 1991, pendant ce temps là, MCP avait déjà bien roulé et présenté du Buscema, du Colan, du Byrne, et je ne parle même pas des couvertures.

Philippe Cordier a dit…

entièrement d'accord,
Insensible à l'univers Dark Horse de l'époque je n'ai eu cet ovni en visuel qu'avec l'arrivée, très discrète pour un gars de sa stature (mais c'était voulu et assumé) de Miller/Sin City

Unknown a dit…

Que de noms célèbres! J'adorai avoir une telle revue en France. Des nouveaux, des "maîtres" et plein d'expérimentations... Je ne savais pas que Colan avait connu un désamour avec les éditeurs...

Je me souviens très bien avoir lu un article dans Direct Importation Special X-men dans lequel le signataire assurait effectivement que le Weapon X de BWM ne connaîtrait jamais d'édition paperback puisqu'il paraissait dans MCP. Incroyable le nombre de pépites que Marvel possède sans les rendre disponible en album. Qui a dit qu'éditeur était un métier (je sais je me répète, sourire).

Et quels sont les auteurs présents dans la nouvelle mouture de MCP? Marvel a gardé l'idée du panachage jeunes et moins jeunes?

Philippe Cordier a dit…

Colan a eu des périodes moins fastes, mais la pire fut celle "sous Shooter"
Sans que cela ne soit toujours très justifié, mais avec un fond malheureusement réel, Shooter a considéré, un temps, que Colan bâclait ses planches et il lui a pourri la vie en lui faisant refaire et refaire...Colan l'a terriblement mal vécu et ce fut un cercle vicieux : une possible baisse de régime a entrainé ce sentiment de persécution qui a entrainé...une baisse de régime

Pour la nouvelle mouture j'en ai encore récupéré trop peu mais je n'ai pas l'impression qu'il y ait vraiment de petits jeunes

Anonyme a dit…

Au moment où Colan travaille sur MCP, de plus, je crois que cela correspond à peu près à la période où le pauvre avait contracté son glaucome. Je me souviens que j'étais étonné par certaines approximations flagrantes dans ses planches à cette époque, dont je n'ai compris la raison que bien plus part. En plus, lorsqu'il était encré par Al Williamson, il n'était pas rectifié -> l'encre de Williamson le suivait même juste dans ses erreurs (j'en ai un témoignage à la maison ;-)

Philippe Cordier a dit…

montre, c'est intéressant ça

Anonyme a dit…

Ok, mais il va me falloir un peu de temps pour çà (scans + retrouver ma doc pour les soucis de santé de Colan + étayer un peu mon hypothèse). D'ici quelques jours je pense.

Philippe Cordier a dit…

Sur la santé j'ai, si je puis dire, car c'est très référencé
Williamson suivait assez fidèlement les crayonnés, même s'il embellissait, donc je ne suis pas sidéré qu'il "conserve des erreur" mais je suis plus curieux du type d'erreur
Pas de souci si tu ne peux pas/trop long...

Anonyme a dit…

En raclant ma mémoire sur le sujet MCP, je viens de me souvenir d'une autre histoire que j'avais beaucoup aimé à l'époque : un petit récit de western par Gil Kane dans MCP #116.

Etant trop jeune pour avoir connu Kane sur ce genre de sujet (sans remonter aux années 50, il faisait encore de très belles couvertures pour les westerns de Marvel jusqu'à leur extinction dans les 70's), j'avais apprécié de pouvoir lire "en direct" ce témoignage d'une autre époque.
Je crois avoir discuté de ce récit, quelques années après, avec des connaissances qui eux aussi l'avaient remarqué et apprécié de voir Kane là-dessus. Comme moi, ils avaient un bon souvenir des plans à cheval notamment.

https://www.marvel.com/comics/issue/10029/marvel_comics_presents_1988_116

Philippe Cordier a dit…

ah oui, et du pur Kane pour les fans, crayon et encre